Je sais pourquoi chante l'oiseau en cage - Maya Angelou

Publié le par Papillon


angelou.jpgAvec ce livre, reçu grâce à Suzanne de Chez les filles, j’ai découvert que Maya Angelou est une figure de la lutte pour les droits civiques des Noirs, aux Etats-unis d’abord, en Afrique du Sud ensuite. Elle a milité aux côtés de Martin Luther King, exercé divers métiers et écrits six volumes de mémoires, aujourd’hui considérés comme des classiques de la littérature américaine. Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage est le premier, elle y raconte son enfance, l’enfance d’une petite fille noire au temps de la ségrégation.

Maya Angelou naît en 1928, et après le divorce précoce de ses parents, elle est envoyée avec son frère chez sa grand-mère paternelle, à Stamps (Arkansas), dans le sud profond (et raciste) des Etats-Unis.

« A Stamps, la ségrégation était si totale que la plupart des enfants noirs ne savaient pas, en vérité, à quoi ressemblaient exactement les Blancs. Excepté qu’ils étaient différents, et qu’il fallait avoir peur d’eux, et cette peur traduisait aussi l’hostilité des faibles contre les puissants, des pauvres contre les riches, des travailleurs contre les patrons et des mal habillés contre les bien vêtus. »

Sa grand-mère est une forte femme qui dirige d’un main de maître, avec son fils handicapé, le seul magasin noir du village. Pétrie de religion, c’est une femme qui sait garder sa dignité quelles que soient les humiliations subies. Elle élève ses petits-enfants dans le respect de Dieu, de la loi, des autres et d’eux-mêmes. Maya grandit entre l’épicerie, l’école et l’église, avec deux passions : son frère et les livres. Très tôt, elle fait preuve d’une grande intelligence et d’une forte personnalité. Elle ne cesse de s’interroger sur l’origine de cette haine qu’ont les Blancs pour les Noirs, et de ressentir la profonde injustice de la ségrégation.

« Nous étions des femmes et des hommes à tout faire, des servantes ou des lavandières, et aspirer à quoi que ce fût de plus ambitieux était de notre part grotesque et présomptueux. »

Depuis La case de l’Oncle Tom, j’ai beaucoup lu sur cette thématique mais c’est la première fois que je lis un témoignage sur la ségrégation écrit par une femme noire, et c’est le principal intérêt de ce livre. Vu de l’intérieur, ça fait froid dans le dos. Malheureusement, la seconde partie où Maya retourne vivre en Californie chez sa mère comporte pas mal de longueurs et se révèle moins intéressant que les premiers chapitres sur son enfance à Stamps. J’ai quand même hâte de retrouver Maya dans sa vie de militante. Vivement les prochains chapitres, donc.

D'autres avis : Enna - Delphine - Saxaoul - Catherine - Argantel - Pascale - Ma tasse de thé - Joelle - Keisha - Cathulu

chezlesfilles.jpg               

challenge-100-ans-litte-ame.png

Traduit de l’américain par Christiane Besse
Le Livre de poche, 2009. – 343 p.


Commenter cet article

Jackie Brown 07/03/2010 21:46


Je ne sais pas où est passé mon commentaire. Désolée si je "double".

Je disais donc : Vous devez avoir entendu parler de Rosa Parks ?
http://en.wikipedia.org/wiki/Rosa_Parks


Virginie 29/12/2009 20:52


Oui d'ailleurs, quand j'ai accepté ce livre, je m'attendais à ce que  ce soit le sujet, mais là la quatrième de couv est totalement à côté de la plaque, c'est à se demander s'il n'y a pas eu
une erreur


Virginie 29/12/2009 11:56


J'ai hâte de lire la suite aussi


Papillon 29/12/2009 20:27


Je pense que sa vie de militante doit être passionnante.


Aifelle 23/12/2009 10:53


Je l'ai noté et je le lirai un jour. Preuve s'il en est qu'il y a autant de figures de femmes héroïques que d'hommes, mais on les met moins en valeur. Entendu à 10 heures ce matin : les
négociations piétinent sur France Inter, c'est pas gagné.


Papillon 23/12/2009 19:55


En tout cas dans la lutte pour l'émancipation des Noirs, c'est la première fois que j'entends parler d'une femme militante...
Quant à France Inter, d'après ce que j'ai entendu en rentrant du bureau, ça avance ! Il est temps : je ne sais plus du tout ce qui se passe dans le monde


keisha 23/12/2009 09:34


Quelle découverte! je ne la connaissais pas avant, et j'ai bien envie d'en savoir plus. Une collègue possède la suite (en anglais, je me demande si je ne vais pas craquer, et puis c'est bien pour
le challenge de Bladelor, non?)
Sur ton blog it : nous sommes plusieurs dans la blogosphère à souffrir le matin sans Nicolas et ses copains. Gr!


Papillon 23/12/2009 19:52


En anglais ? Pourqoui pas ? Maintenant je n'ai plus peur de rien !


In Cold Blog 23/12/2009 09:12


Delphine m'a prêté ce volume que je ne devrais pas tarder à lire. Dire que jusqu'à ce que Les Allusifs se décident à la traduire, j'ignorais jusqu'à l'existence même de cette femme qui a
eu pourtant un destin hors du commun...


Papillon 23/12/2009 19:51


Tout comme moi...