Freedom - Jonathan Franzen

Publié le par Papillon

Rentrée littéraire 2011.

franzen

« Fais bon usage de ta liberté. »

La liberté, qui trône dans le port de New York, est le concept fondamental sur lequel les Etats-Unis se sont construits. Mais qu’est-ce que la liberté, aujourd’hui ? C’est à cette ambitieuse question que tente de répondre ce roman, à travers l’histoire de la famille Berglund, sur trois générations.

Patty s’était jurée de ne jamais ressembler à sa mère, qui avait plus ou moins négligé sa famille pour se consacrer à sa carrière politique de députée démocrate. Patty avait donc mis toute son énergie dans un domaine totalement étranger à sa famille, le sport, et devint championne universitaire de basket-ball. Et c’est à l’université du Minnesota qu’elle rencontra Walter et Richard, deux copains aussi proches que différents l’un de l’autre. Walter, l’exemple parfait du gentil garçon, serviable, généreux et travailleur ; et Richard, le bad boy, rocker égoïste, séducteur et volage. Malgré son attirance pour Richard, Patty épousa Walter et renonça à toute carrière personnelle pour se consacrer à sa famille, devenant l’une de ces mères parfaites, toujours prête à garder la fille du voisin et préparer des tonnes de cookies. Vingt ans plus tard, son fils la fuit et sa fille lui bat froid. Patty tombe dans une profonde dépression et se demande où elle a fait une erreur.

L’erreur de Patty est sans doute celle de tous les américains, de se croire parfaitement libres. Libres de bousiller une planète qui ne leur appartient pas pour préserver leur confort, libres d’envahir un pays étranger pour lui voler son pétrole, libres de mettre en péril leur économie pour quelques (millions de) dollars de plus. Patty et Walter, eux, pensaient pouvoir échapper à leur histoire familiale et son cortège de névroses, oubliant au passage que l’on n’est jamais libre quand on aime et que le désir est mauvais conseiller. Dans leur quête effrénée du bonheur et de la réussite, tous les héros de cette histoire vont mettre à mal leurs idéaux en se livrant à d’embarrassantes compromissions, pour finalement découvrir que la vraie liberté est ailleurs.

En toile de fond, l’auteur déroule l’histoire américaine des trente dernières années, de Reagan à Bush II, portant un regard très critique sur la politique de son pays, renvoyant dos à dos démocrates et républicains, faux altruistes et vrais égoïstes, et donnant une vision déprimante d’une Amérique déprimée, qui peine à se remettre de la ruine du rêve américain.

Je n’ai pas retrouvé dans ce roman la plume caustique du Franzen des Corrections, mais il y a toujours ce soin maniaque à disséquer le moindre comportement de ses personnages, ce qui les rend particulièrement proches et humains, d’autant que la construction très habile et en miroir présente tour à tour leurs différents points de vue.

Un roman passionnant et foisonnant, à la fois politique et humaniste, qui est aussi une magnifique histoire d’amour.

Traduit de l’américain par Anna Wicke. L’Olivier, 2011. – 718 p.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Phil Did 13/02/2012 11:53


Bonjour,


De passage sur votre blog par hasard en cherchant avis et critiques sur ce livre de Jonathan Franzen que je viens de commencer et dont je ne connais pas d'autres livres.


J'ai parcouru votre article qui n'est pas bien différent de ce que j'avais déjá entendu sur les ondes.


D'aprés le peu que j'ai lu du livre je peux déja y voir une remise en question de certains auteurs américains qui font désormais cessession avec le roman saga fleuve et vont droit au but (ou au
panier).


Moi aussi j'ai beaucoup aimé PATTI SMITH et je l'aime encore.


A quand la même chose en France, le thème de la  serait-il essentiellement made in USA ? en tout cas avec des gens comme Luc Ferry ou autres on est plutôt mal parti.


PS: si vous avez des suggetions sur le même thème, sur des auteurs non US, n'hesitez pas à m'envoyer un petit mot.


 


Phil Did


 

Ikebukuro 04/09/2011 15:50



Il est sur ma liste pour la rentrée car les critiques semblent assez unanimes... Je ne connais pas encore l'auteur alors je ne serai pas dans la comparaison d'un roman précédent.



Papillon 04/09/2011 20:18



Et de tout façon celui-ci me parait encore meilleur que le précédent !



Un autre endroit... 03/09/2011 11:45



Encore un que j'ai acheté pour la bibli !



Papillon 03/09/2011 15:11



Très bon choix !



Cuné 03/09/2011 07:13



Je le veux et je sais déjà que je vais adorer :)



Papillon 03/09/2011 15:11



J'adore son acidité, et j'ai cpmlètement craqué sur Richard, le bad boy...



gambadou 01/09/2011 22:14



je viens de le noter suite à un avis positif sur un autre blog, je surligne donc !



Papillon 02/09/2011 19:22



J'espère qu'il te plaira !



In Cold Blog 01/09/2011 12:55



Voilà un des quelques livres fraîchement sortis qui me tenteraient bien. L'occasion aussi de découvrir Franzen.



Papillon 01/09/2011 20:16



Je pense vraiment qu'il faut découvrir Franzen quand on s'intéresse aux Etats-Unis (et au monde en général d'ailleurs, parce que ses critiques vis-à-vis de son apys, iraient très bien au nôtre,
en fait...)



keisha 01/09/2011 08:26



Merci! Mais ne t'inquiète pas, il viendra bien sur les étagères, quitte à dire aux dames de la bibli que je suis intéressée.. Mais il est sur la liste des acquisitions. le problème, c'est quand
lesdites dames le lisent avant. mais je me répète, les pavés, ça dissuade du monde!


Là on en parle on en parle, mais Les corrections, qui l'a lu? Je serai patiente.



Papillon 01/09/2011 20:13



moi aussi j'ai remarque qu'entre le moment où un livre apparait dans le catalogue et le moment où je le trouve sur les étagères, il s'écoule... un certain temps !



sylire 31/08/2011 19:00



Me laisser décourageR !



sylire 31/08/2011 19:00



Je ne connaissais pas l'auteur mais ce que tu en dis me tente beaucoup. Seul bémol : le nombre de pages mais bon... je ne vais pas me laisser découragée pour si peu !



Papillon 31/08/2011 21:00



Oui, il y a plein de pavés dans cette rentrée, mais cette année j'avais justement décidé de lire des pavés, donc je suis ravie ! cela dit, celui-ci se lit très bien.



Mimi 31/08/2011 17:06



J'avais tellement aimé Les Corrections qu'il fallait que j'achète le dernier livre de cet auteur dès sa sortie le 18 août dernier. J'ai vraiment adoré ce livre que je trouve aussi bon que le
précédent, aussi intéressant, caustique et avec une certaine pointe d'humour. On peut juste déplorer quelques longueurs, notamment lorsque Franzen fait parler Richard au sujet de son programme
d'écologie .. Mais sur 760 pages, c'est largement pardonnable.



Papillon 31/08/2011 20:59



Tiens, c'est amusant, parce que moi celui qui m'a un peu saoulée c'est Joey et ses états d'âme à propos de sa copine.