Des monts célestes aux sables rouges - Ella Maillart

Publié le par Papillon

 

maillart2.jpg

 

En 1932, Ella Maillart est à Moscou avec sa carte de presse et le désir d'aller explorer le Turkestan, cette région sauvage aux confins de l'Union Soviétique et de la Chine. Elle veut découvrir les Tien Shan, ces fameux monts célestes qui constituent l'arête nord du Pamir et culminent à plus de 7000 m d'altitude. Mais c'est moins l'exploit sportif ou le goût des beaux paysages qui la motivent que le désir d'aller à la rencontre des nomades qui peuplent la région et qu'elle sait en danger, menacés de sédentarisation par le régime communiste.

 

"La vie des nomades me captive. Leur instabilité m'attire, je la sens mienne comme celle des marins : ils vont, d'une escale à l'autre, partout et nulle part chez eux, chaque arrivée ne marquant somme toute qu'un nouvel appareillage."

 

Elle veut partager cette vie simple et rude.

 

"Seul un retour vers leur manière de vivre peut nous sortir de l'ornière où nous piétinons." "Apprendre à connaître la vie. Surtout, la rendre vraie en la simplifiant moralement et physiquement. Alors seulement, en goûter la saveur saine."

 

Elle se joint à un groupe de jeunes montagnards et la voilà partie pour le sud, au-delà de la mer d'Aral, en train d'abord, puis en camion, en bateau et enfin à cheval. Pendant des semaines, elle va vivre la vie des nomades : sur un cheval le jour, sous une yourte la nuit, se chauffant au feu de bouses séchées. Parvenue au sommet des Tien Shan, elle est tentée de passer en Chine. Mais elle n'a pas de visa et le risque est trop grand. Elle renonce, tout en se maudissant de son manque de témérité. Elle ignore qu'elle réalisera son rêve trois ans plus tard. A Alma-Ata, elle quitte ses camarades et continue seule vers l'Ouzbékistan et ce qui reste de la route de la soie : Tachkent, Samarcande et Boukhara où elle se mêle autant qu'elle le peut à la vie de la population locale, en vivant comme une vagabonde. L'arrivée de l'hiver la contraint à retourner vers Moscou à travers le terrible désert des sables rouges.

 

Ella Maillart ne cesse de me surprendre, autant pour son intrépidité, sa curiosité que son humanisme. Partout elle va à la rencontre des gens, quels qu'ils soient, avec simplicité et une absence totale de préjugés. Sa plume très visuelle, quasi cinématographique, nous fait vivre son aventure au plus près, dans le vent, la poussière, la fumée. N'y manque rien, pas même les puces !

 

Payot, 1991 (1e édition 1943). - 336 p.


Publié dans Essais - Documents

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Flo 31/07/2012 12:54


Ok. Je note. Merci !

Flo 28/07/2012 18:19


Cela fait longtemps que je souhaite la lire, plus par envie de combler un trou dans ma culture que par intérêt réel mais à lire ton article, je sens mon intérêt grandir. Merci pour ce billet
alléchant ; il devrait contribuer à me booster et, qui sait, à faire une découverte trop longtemps repoussée !

Papillon 29/07/2012 16:36



Le précédent que j'ai lu : Oasis interdites était encore plus passionnant, par la rudesse du voyage, les rencontres réalisée et surtout le fait que ces livres nous restituent un monde qui
n'existe plus...



Allie 23/07/2012 17:37

Ce doit être fort agréable à lire. Son parcours est intéressant. Je ne connaissais pas et j'ai noté. Ce genre de livres pourrait me plaire.

Papillon 29/07/2012 16:34



Tout ce qu'a écrit Ella maillart me passionne. J'adore ces grandes figures féminines qui ont silloné le monde.



kroustik 20/07/2012 11:28


Je l'avoue : Ella Maillart me tombe des mains Et pourtant j'ai tenté à plusieurs reprises parce que tout le monde en
parle en bien et parce que son parcours de femme m'intéresse énormément. Ce que tu en dis continue à me faire penser que j'ai tort de ne pas insister.

Papillon 29/07/2012 16:34



C'est peut-être que le récit de voyage n'est pas fait pour toi. J'avoue que c'est un genre à part...



Minou 20/07/2012 09:51


La couverture n'aurait pas attiré mon attention a priori, donc je suis très contente que tu m'aies faut dépasser cette première impression : je note ! Ce récit semble passionnant. Je connais très
peu et mal la vie nomade, ça pourrait être une bonne approche pour commencer. (Et comme le dit Keisha, il est en poche cette fois, ça devrait me faciliter l'achat !)

Papillon 29/07/2012 16:33



Comme je l'ai dit à Keisha : on le trouve aussi facilement en bibliothèque.



keisha 05/07/2012 06:43


Je le veux! Bon,en poche, ça devrait pouvoir se faire...

Papillon 05/07/2012 18:21



Je l'ai trouvé à la biblio pour ma part et elle n'est pourtant pas riche en récits de voyage (deux petits rayons de rien du tout !)