Chroniques - Bob Dylan

Publié le par Papillon

 

dylan.jpgJe suis un poil trop jeune pour que Bob Dylan ait été l’idole de ma jeunesse, mais il reste pour moi une figure emblématique et un peu mystérieuse de ces folles sixties qui ont profondément modifié le XXe siècle. Mais attention ! Ceci n’est pas une autobiographie. Le contenu est conforme au titre : des tranches de vie plus ou moins longues, plus ou moins espacées retraçant quelques moments clés de la carrière de l’auteur de Blowin’ in the wind.

 

Bob Dylan, alias Robert Zimmerman est né en 1941 dans une ville industrielle du Midwest. Il revendique une enfance banale de petit américain moyen. Dès les années du lycée, la musique remplit sa vie. A vingt ans tout juste il débarque à New York avec pour tout bagage une guitare. Sa passion : la musique folk ; son idole : Woody Guthrie ; son rêve : chanter. Pendant des mois, il écume les caves de Greenwich, joue dans les bars, mène la vie de bohème. Il squatte chez des copains dont il dévore la bibliothèque : livres d’art, d’histoire, classiques, poésie, il engrange la matière de ses futures chansons. Pour l’heure, il n’envisage pas vraiment d’écrire ses propres chansons, se contentant d’interpréter celle des autres. Son tour viendra, il apprend… Jusqu’au jour où un producteur le remarque et lui propose d’enregistrer un disque...

 

Là il laisse son lecteur en plan en lui offrant un grand blanc (un peu frustrant quand même…) sur les années marquantes de sa carrière : la gloire, le succès, Woodstock et la Marche sur Washington. Et pour cause… On le retrouve dix ans plus tard, fatigué, reclus, salement désabusé. Entretemps les media et les fans ont fait de lui le porte-parole d’une génération, l’idole des jeunes, le meneur d’une révolte contestataire. Toutes ces étiquettes, Dylan les refuse et les rejette. Devenu père de famille, il rêve de mener une vie tranquille, alors qu’il est harcelé par ses fans qui voient un lui un nouveau gourou :

 

« J’avais une femme, des enfants, que j’aimais plus que tout, j’essayais de subvenir à leurs moyens, d’éviter les ennuis. Mais les ténors de la presse continuaient de faire de moi l’interprète, le porte-parole, voire la conscience d’une génération. Elle est bien bonne. Je n’avais fait que chanter des chansons nettes et sans détour, exprimant avec force des réalités nouvelles. Cette génération, je partageais fort peu de choses avec elle et je la connaissais encore moins. Depuis dix ans que j’étais parti de chez moi, je ne vociférais les opinions de personne. Mon destin et la vie me réservaient sans doute encore des surprises, mais représenter une civilisation, non. La vraie question était d’être fidèle à moi-même. J’étais plus un conducteur de bestiaux qu’un petit joueur de flûte. »

 

Pour casser cette image dans laquelle il ne se reconnait pas, Dylan change sans cesse de style, donnant à sa carrière des tournants hasardeux qui déroutent son public. Viennent alors les années de doute : il envisage à plusieurs reprises de mettre un terme à sa carrière : manque d’inspiration, mauvaises critiques, grave accident de moto… mais à chaque fois, il se retrouve devant une feuille de papier, un crayon à la main, à écrire des chansons…

 

A travers ces chroniques un peu nostalgiques, se dessine la personnalité, un peu secrète mais réellement attachante, d’un artiste à la fois fragile et déterminé, introverti et hypersensible, habité davantage par une œuvre que par un destin, un homme d’une grande simplicité et d’une modestie totale, qui rend hommagee à tous ceux qui l’ont inspiré.

 

« Ma route était semée d’embûches, je ne savais pas où elle me mènerait, mais je l’ai suivie. Un monde étrange s’ouvrait devant moi, un monde d’orage dans une boule de foudre. Beaucoup se sont trompés et n’ont jamais compris. J’ai foncé tout droit. La porte était grande ouverte. Une chose est sûre, ce n’est pas Dieu qui commandait, mais ce n’est pas le diable non plus. »

 

J'ai vraiment aimé ces chroniques, leur sincérité, et cette plume qui balance sans cesse du poétique à l'anecdotique. J'attends avec impatience la suite puisqu'il est prévu trois volumes.

 

Et parce que je ne m'en lasse pas :


 


Traduit de l’américain par Jean-Luc Piningre.
Folio, 2010. – 392 p.

Publié dans Essais - Documents

Commenter cet article

Benoit 09/09/2011 16:45



pour aller plus loin on peut lire l'excellent livre La Ballade de Bob Dylan qui s'articule autour de 4 concerts qui se sont déroulés entre 1960 et 2009, c'est un bouquin passionnant sur cet inouï personnage qu'est Bob Dylan



Pascal 23/02/2011 15:44



On reste presque sur sa faim, avc cel ivre, car l'auteur, l'auto-biographe, fait un choix très restraint sur les périodes contées. Mais c'est un témoignage d'une époque (surtout circa 1960),
d'une vie entre scène et famille, qui est très intéressante à découvrir. L'ouvrage dans sa langue d'écriture (anglais) est probablment plus poignant, lorsque l'on connaît le verbe de Dylan…



Papillon 24/02/2011 21:24



Ce sont ses débuts qui sont le plus passionnants je trouve. Mais il ya toute une partie de sa vie dont il refuse de parler, semble-t-il...



flou 12/11/2010 22:59



moi je l'aime beaucoup, en amateur tout de meme, sans tout connaitre, et ce livre m'a semblé faible par moments... en réalité je crois que j'attends la suite pour me faire une idée!



Papillon 14/11/2010 17:58



Oui, tous les chapitres ne se valent pas. Ceux qui font revivre l'époque m'ont particulièrement séduite.



BelleSahi 07/08/2010 18:05



Non mais je pense que c'est intéressant et bien de l'avoir en bibli.



choco 07/08/2010 16:32



Trop jeune mais amatrice quand même !


Tu veux toujours pas pour ta bibiothèque ?



Papillon 07/08/2010 17:31



Je suis bien contente que mes lectures t'inspirent



BelleSahi 07/08/2010 10:46



Je note !



Papillon 07/08/2010 17:28



Tu étais fan ?



Vanou 04/08/2010 13:41



Ça donne envie de le découvrir (le bouquin et Bob) ! :-)



Papillon 04/08/2010 21:52



Oui, du coup je n'arrête plus d'écouter ses chansons !



dominique 04/08/2010 10:44



Ce livre vient donc de sortir en poche! Je ne l'ai pas trouvé très bon. En outre cela fait longtemps que l'on attend la suite...


Je l'ai chroniqué, et j'ai écrit dix articles sur Dylan dans mon blog J'étais une fan!



Papillon 04/08/2010 21:51



Du coup, je viens de lire tous tes billets ! effectivement tu es une vraie fan ! Ce qui n'est pas mon cas, c'est pourquoi j'ai lu ce livre come un document et de ce point de vue là je le trouve
vraiment intéressant.



*Nouillette* 04/08/2010 10:35



Tu m'as donné envie de me procurer ce bouquin! :) Merci pour ta critique. Bonne journée.



Papillon 04/08/2010 21:50



J'en suis ravie !



cathulu 04/08/2010 08:44



J'avais commencé le livre de sa première petite amie mais bof...



Papillon 04/08/2010 21:49



Lui est assez discret sur sa vie privée, il parle surtout de son travail.