Avant la chute - Fabrice Humbert

Publié le par Papillon

 

Rentrée littéraire 2012

 

humbert4

 

Toute l'oeuvre de Fabrice Humbert est traversée par la problématique de la violence, et son dernier roman ne fait pas exception. L'auteur y analyse les causes de la violence dans une société mondialisée, à travers trois histoires qui se tissent alternativement.

 

Filles de paysan, Norma et Sonia sont obligées de quitter la Colombie après la saisie de leur plantation de coca par les militaires, et le meurtre de leur père par les paramilitaires. Elles espèrent gagner les Etats-Unis et y trouver une vie plus sereine. mais la route est longue et les dangers nombreux : la police qui refoule les migrants, les bandes organisées qui les dépouillent, les violent ou les enlèvent, les passeurs qui les trahissent...

 

Au Mexique, le sénatuer Urribal est un politicien cruel est corrompu qui a bâti sa fortune grâce à un accord conclu avec les trafiquants de drogue. Il n'en participe pas moins à la commission anti-drogues qui cherche des solutions à ce commerce qui grangrène le pays.

 

Dans une cité de la banlieue parisienne, Naadir est un petit garçon surdoué qui ne s'intéresse qu'à l'école, ce qui n'est pas le cas de ses grands frères qui préfèrent se livrer à des trafics illicites. Naadir cherche refuge dans ses livres, mais, même là, il pressent qu'une catastrophe se profile.

 

A travers ces trois histoires, Fabrice Humbert retrace en filigrane le circuit de la drogue, depuis sa production en Colombie jusqu'à sa vente dans les quartiers des grandes villes d'Europe. Mais le véritable objet de ce livre, c'est de montrer que la mondialisation a réduit le pouvoir des politiques, et même des financiers. Le véritable pouvoir est aux mains des cartels, ces organisations aussi tentaculaires qu'opaques, plus dangereuses que les mafia dont elles n'ont ni la structure, ni la hiérarchie, et qui n'ont qu'un moyen et un but : l'argent, toujours plus d'argent, tellement d'argent que la vie humaine ne vaut plus rien.

 

C'est toujours un plaisir de retrouver la plume fluide et le grand sens de la narration de Fabrice Humber. Pourtant, je n'ai pas aimé ce livre. Ces trois histoires auraient pu faire d'honorables nouvelles, mais entrelacées comme elles le sont dans un roman, elles semblent ne mener nulle part, de ne donner que trois photographies de la violence de notre époque. La fin arrive très brutalement, deux de ces histoires se rejoignent de façon totalement artificilelle et inutilement violente. Il me restera de ce livre deux jolis portraits : ceux de Norma, la jeune fille prête à tout pour survivre, et de Naadir, le petit garçon qui aimait passionnément les livres.

 

Le Passage, 2012. - 277 p.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Leiloona 17/11/2012 15:16


C'était la première fois que je lisais l'auteur avec ce titre, et j'en suis sortie enchantée.

Papillon 17/11/2012 20:09



Je crois que je suis la seule à avopir des réserves sur ce roman. Tant mieux si tu as aimé, l'auteur le mérite !



pyrausta 13/11/2012 12:57


Pourquoi pas? Merci du conseil Papillon

pyrausta 12/11/2012 17:05


Je n'ai jamais lu cet auteur , du coup ton billet mitigé ne m'y encourage pas.

Papillon 12/11/2012 23:09



J'aime beaucoup cet auteur, d'habitude et je te conseille "L'origine de la violence" si tu veux le découvrir.



sylire 12/11/2012 12:59


Ah zut. Je compte le lire car j'avais beaucoup aimé les deux précédents.

Papillon 12/11/2012 23:09



C'est très agréable à lire, cela dit, il a vraiment une plume que j'aime beaucoup.



kathel 12/11/2012 12:42


J'ai été plus emballée que toi, même si je me suis un peu moins intéressée au sénateur Uribal qu'aux autres personnages... 

Papillon 12/11/2012 23:08



Je n'ai pas vraiment compris où il voulait en venir.



cathe 12/11/2012 10:46


Mon billet pour demain... Mais contrairement à toi je me suis laissée prendre par cette histoire et le vraie sens de la narration de Fabrice Humbert.

Papillon 12/11/2012 23:08



Je me suis laissé prendre par les 3 récits, mais à la fin je me suis demandée : "tout ça pour quoi ?", avec le sentiment qu'il manquait quelque chose au bouquin.