La jeune fille suppliciée sur une étagère - Akira Yoshimura

Publié le par Papillon


Deux récits dans ce tout petit livre au titre intrigant : deux récits qui ont pour thème central la mort ; deux récits qui m'ont laissée pareillement perplexe...

Dans le premier qui donne son titre au recueil, une jeune fille de seize ans vient de mourir, mais reste consciente de tout ce qui se passe autour d'elle. Elle voit donc deux hommes emporter son cercueil puisque ses parents, très pauvres, ont vendu son corps à l'hôpital. Dans une morgue froide et déserte, cette jeune fille va donc être consciencieusement dépiautée par deux hommes dénués d'émotion mais non de concupiscence, avant de servir aux travaux pratiques des étudiants en médecine.
Ames sensibles s'abstenir ! Cette histoire m'a fait faire des cauchemars tellement j'ai eu l'impression d'être à la place de cette jeune fille. Akira Yoshimura a un style très pur, dénué de tout artifice : pas de voyeurisme, pas de sensiblerie, pas de jugement moral. Mais je me suis demandée ce que cette histoire voulait dire. Le corps après la mort n'est-il qu'une matière inerte ? Alors, pourquoi avoir donné à cette jeune fille une telle conscience de tout ce qui se passe. Peut-être justement pour que le lecteur apprivoise l'idée qu'un jour son corps cessera de lui appartenir pour devenir un simple objet.

Le second récit est encore plus mystérieux. Enfants, Sone et Eichi étaient voisins et jouaient souvent dans un cimetière, où ils ont un jour trouvé une femme pendue. Puis le père de Sone est mort tragiquement et Sone a déménagé. Dix ans plus tard, les deux amis se retrouvent à l'université. Sone est devenu pilleur de cimetières et toute sa vie tourne autour de la mort (si je puis dire...). La mort plane sur ce récit comme une présence obsédante, attendue ou redoutée. Mais la fin ouverte laisse le lecteur complètement désemparé. Où l'auteur veut-il nous amener ? Je ne l'ai pas compris...


Traduit du japonais par Rose-Marie Makino-Fayolle.
Actes Sud / Babel, 2002. ? 142 p.


L'avis de Lilly, et celui de Blue.

Publié dans Littérature asiatique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Je suis un peu mitigé sur la première histoire, par contre la deuxième m'a bien plus. Le peu que l'on rencontre Sone, je l'ai trouvé diaboliquement entrainant. Il a quelque chose d'attirant.
Ah j'ai des soucis à publier les commentaires en ce moment...
Répondre
P
Et moi j'ai des soucis pour répondre aux commentaires !Tu n'as pas trouvé que la fin finissait un queue de poisson ?
M
Je suis un peu mitigé sur la première histoire, par contre la deuxième m'a bien plus. Le peu que l'on rencontre Sone, je l'ai trouvé diaboliquement entrainant. Il a quelque chose d'attirant.
Répondre
V
j'ai vu ce livre depuis longtemps mais je ne me suis toujours pas décidée à l'acheter. Comme Cathulu je trouve le titre très beau. Et en effet, comme le dit Lily, je crois que la mort est un thème récurrent dans la littérature japonaise, même si je n'en ai pas lu beaucoup.
Répondre
P
Je crois aussi parce que j'ai déjà lu pas mal d'auteurs diférents et c'est un thème qui revient souvent...
N
hello papillon je viens de décrouvrir ton blog puis-je me joindre à vous?je n'ai rien lu d'yoshimura mais je viens de terminer la ballade de l'impossible de Haruki Murakamiil est vrai que la mort ou plutot le suicide est très présent dans ce livre mais c'est un livre positif avec des  personnages féminins très attachants j'ai adorémerci de me faire connaitre yoshimura je vais lire
Répondre
P
J'aime beaucoup Murakami. Et la ballade de l'impossible n'est pas son meilleur !
L
Hello Papillon !Je n'ai pas lu ce livre, mais je trouve qu'il y a des thèmes un peu comparables chez Yoko Ogawa... Thème de la mort, des corps etc... C'est peut -être un élément de la culture japonaise qui nous semble un peu étranger et donc nous étonne ?(Ce qui ne m'empêche pas par ailleurs d'apprécier beaucoup Yoko Ogawa !)Je me laisserais bien tenter !
Répondre
P
C'est vrai, je n'y avais pas pensé... Mais Yoshimura est beaucoup plus désespéré que Yoko Ogawa !
T
Bon, je préfère ne pas le noter, vu que ma PAL va bientôt succomber pour cause d'obésité...
Répondre
P
@Patch : je serais ravie de lire ton commentaire. Peut-être que ça m'éclairera ;-)Je précise pour ceux qui hésitent que ça se lit très bien. Mais Yoshimura semble avoir une préférence pour les êtres perdus et les vies difficiles.
C
Je l'avais lu à sa sortie et moi aussi la seconde nouvelle m'avait décontenacée. Mais j'avais bien aimé la première qui, malgré son thème très macabre, a un je-ne-sais-quoi de léger  ! Du même auteur, j'avais quand même préféré "La guerre des jours lointains".
Répondre
F
Il me tente et en même temps j'hésite. C'est cette fin ouverte qui me laisse perplexe !
Répondre
P
Je l'ai acheté la semaine dernière, sur le billet de Lilly...j'ai hâte de le lire....vous m'intriguez avec vos différents billets....
Répondre
C
Ah, je reste aussi perplexe  mais le titre est très beau.
Répondre