Se résoudre aux adieux - Philippe Besson

Publié le par Papillon

Louise a aimé Clément, dont elle a pensé qu’il était l’homme de sa vie, mais Clément l’a quittée. Pour lutter contre la douleur de la rupture et combler l’absence, Louise fuit. Dans un pays chaud et exotique, bien loin des lieux qui furent les témoins de ses amours, elle espère parvenir à panser ses plaies. Et elle entreprend, comme une thérapie, d’écrire de longues lettres à Clément, lettres qui, bien sûr, resteront sans réponses.

Voilà un roman joliment écrit, d’une plume élégante et sensible et où l’on trouve des réflexions très justes sur l’amour. Tous ceux qui ont un jour été quittés par leur amour s’y reconnaîtront. Et pourtant…

Pourtant, je n’ai pas vraiment réussi à être touchée par cette femme qui se regarde souffrir avec une certaine complaisance et contemple son chagrin comme on admire une œuvre d’art posée sur la cheminée du salon. Et j’ai été très agacée par cette collection de cartes postales animées : Cuba et son indolence, New-York et son agitation, Venise et ses canaux, Paris et ses beaux quartiers… Il semblerait que le chagrin soit plus élégant quand il est porté par une jeune journaliste en vogue qui vit dans le sixième arrondissement de Paris…

Ce qui m’a le plus touchée dans ce livre, c’est que la personne qui l’a lu avant moi a coché des passages au crayon, qui sont justement ceux que j’avais envie de relever…


Julliard, 2007. - 188 p.


Le point de vue de Lilly
La critique de LirePlus
L'interview de Philippe Besson chez InColdBlog
Ecouter Philippe Besson


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
J'ai eu du mal à accrocher avec le début du livre. Comme toi, Louise ne me touchait pas du tout. Finalement, j'ai fini par entrer dans le livre, et j'ai beaucoup aimé :)
Répondre
P
C'est drôle parce que moi c'est plutôt l'inverse ;-)Au début, j'ai bien accroché parce que j'ai tout de suite aimé le style, mais à mi-chemin, j'en ai eu assez...
A
je n'ai pas eu cette impression d'apitoiement. Juste, elle exprime sa souffrance.
Peut-être as-tu raison pour ce qui est de sa situation professionnelle  et des lieux où elle se réfugie ! Honnêtement, je n'y ai pas fait cas, c'était juste un prétexte à l'éloignement. En espérant que celui çi apaise la douleur.  Pour avoir vécu, il y a bien longtemps, un situation un peu analogue à celle de l'héroîne, je me suis attachée à sa blessure, à sa souffrance. Le reste n'est que décor, me semble t'il ?
 
Répondre
P
Mais ce décor est quand même très présent. Tout ça m'a agacée et empêchée d'être vraiment touchée par cette histoire, même si beaucoup de choses très justes sont exprimées...
Comme beaucoup, j'attends sa sortie (avec impatience) en poche...j'adore Besson, tout en profondeur, sincère...rendez-vous aves l'émotion garantie...;o )
Répondre
P
En poche,il va te falloir un peu de patience ;-) Tu peux aussi essayer la bibliothèque...C'était mon premier Besson et je n'ai pas été complètement convaincue...
T
Je n'ai pas lu Un garçon d'Italie, je lirai donc ton avis... J'avais bien aimé En l'absence des hommes.
Répondre
T
je pense que je me forgerai mon propre avis : j'ai découvert Besson récemment et j'aime bcp sa plume !
Répondre
P
@Amandine : c'est peut-être ça qui ne m'a pas accrochée : je n'ai pas réussi à m'identifier à cette femme. En tout cas, j'espère que ton histoire personnelle se termine aussi bien que celle de Ph. Besson...@Tamara : je reconnais qu'il a une très jolie plume. J'essaierai peut-être un autre titre, je suis assez tenté par Un garçon d'Italie.
A
C'est dommage que tu n'aies pas plus aimé que ça car moi qui ai passé par là et fait la même thérapie qu'elle je me suis carrémment identifiée à elle et je trouve qu'elle a une lucidité totale sur sa situation. Merci en tout cas pour ton point de vue.
Répondre
S
voilà un livre que l'on voit sur tous les blogs avec des points de vue différent. Je le lirai certainement aussi pour me faire ma propre idée.
Répondre
P
Je pense que Philippe Besson est un auteur à découvrir, ne serait-ce que pour l'élégance de sa plume.
F
J'ai juste survolé ton article car je viens juste de l'avoir par la biblio et je préfère démarrer un roman sans apriori ! ;-)
Répondre
P
Tu as raison Florinette : je fais pareil !
I
Aïe, aïe, aïe... C'est intéressant de voir comment chacun appréhende le même roman. Personnellement, je n'ai pas trouvé que Louise s'apitoyait sur son sort, je l'ai trouvée plutôt lucide, justement. Au moins, tu as apprécié le style, c'est toujours ça de pris !
Répondre
P
Ah je savais que j'allais te faire de la peine, ICB .... Je ne pense pas qu'elle s'apitoie sur son sort, mais toute cette correspondnace m'a fait l'effet d'un exercice de style ...
C
J'étais partante mais vu la  collection de lieux que  tu viens d'évoquer,  j'attendrais qu'il sorte en poche ...
Répondre
P
Ou alors, fais comme moi : emprunte-le à la bibli :-)