Il campiello - Carlo Goldoni

Publié le par Papillon

Goldoni est une des figures marquantes de mon petit panthéon théâtral personnel. Auteur vénitien du 18e siècle, il est LE dramaturge qui a révolutionné le théâtre italien, le faisant sortir des stéréotypes de la Commedia dell'arte. Le théâtre de Goldoni est un théâtre choral et réaliste, qui met en scène la vie quotidienne à travers une multitude de personnages.


 

Un campiello, en dialecte vénitien, c'est une petite place, entourée de maisons, si serrées les une contre les unes, qu'il est bien difficile d'échapper aux regards de ses voisins. On s'y interpelle d'une fenêtre à l'autre, et du balcon à la ruelle. On se surveille, on cancane, on s'aime, on se déteste, on se jalouse, on se chamaille et parfois, on se bastonne. C'est la vie d'un quartier populaire dans sa version italienne : scènes de ménage, crêpages de chignon, danses, rires et jeux.

 

C'est la fin du Carnaval et il neige sur Venise. Derrière les volets clos du campiello, il y a des filles à marier que leurs mères veuves enferment tout en espérant les caser bien vite pour se marier à leur tour. Il y a des amis d'enfance qui voudraient bien s'épouser mais n'osent se le dire. Il y a des amoureux qui se battent pour les beaux yeux de leurs belles. Et il y a un chevalier étranger qui observe tout cela depuis sa chambre de l'auberge. Il va mettre le campiello en émoi, parce qu'il se cherche une femme et qu'il leur fait les yeux doux à toutes. Laquelle choisira-t-il ? Lucietta l'effrontée, Gnese la timide ou  Gasparina la pimbêche ?

 

C'est une comédie grinçante et le regard de Goldoni sur tout ce petit monde est sans concession. On est chez des gens simples. Les émotions sont aussi violentes que les poches sont vides. Mais cette tranche de vie est mise en scène  avec délicatesse et sans voyeurisme, et se transforme en un joli moment de théâtre.

 

 

Comédie française - salle Richelieu, jusqu'au 31 janvier 2007,

Traduction de Ginette Herry et Valeria Tasca, mise en scène de Jacques Lassalle, scénographie d'Antonio Fiorentino, costumes de Rebato Bianchi, lumières de Franck Thévenon,

Avec Denis Podalydès, Christine Fersen, Catherine Hiegel, Alain Pralon, Claude Mathieu, Anne Kessler, Jérôme Pouly, Julie Sicard, Loïc Corbery, Léonie Simaga, Grégory Gadebois.


Publié dans Théâtre - Opéra

Commenter cet article

choupynette 16/12/2006 19:07

moi qui aime lire des pièces de théatre je découvre grâce à toi un nouvel auteur...  à moi le théatre vénitien!

Papillon 17/12/2006 10:49

Et je te promets que Goldoni est vraiment une valeur sûre ! Il a beaucoup écrit en plus et ses pièces sont jouées assez souvent.