Les yeux bleus de Mistassimi - Jacques Poulin

Publié le par Papillon

Jack Waterman, libraire et écrivain, est atteint de la maladie d’Alzheimer et sa vie part en morceaux. Heureusement, il va rencontrer Jimmy et sa sœur Mistassini.

Voilà un roman qui vous embarque dès la première phrase et on
se retrouve dans un univers poétique entièrement dédié à l’amour des livres et des mots. Dans la librairie de Jack il y a un gros poêle et des livres de poésie qui murmurent la nuit, il y des livres à voler, l’arrière-boutique est baptisée Parenthèse et le chat Charabia. Jack est un vieil écrivain qui s’interroge sur l’œuvre qu’il va laisser. A travers ses discussions avec Jimmy, il nous livre une réflexion sur la littérature et l’art d’écrire. Car ce roman est aussi l’histoire d’une amitié entre un vieil homme et son double jeune auquel il a envie de transmettre son art. Tout ça à travers de longues et belles promenades dans la ville de Québec et de nombreuses réminiscences littéraires. Et entre ces deux hommes, la belle et mystérieuse Mistassini…

Et puis, patatras ! Jimmy part à Paris et le roman se délite en anecdotes sans intérêt . On s’ennuie. A travers les promenades touristico-littéraires de Jimmy, on retrouve quelques-uns des thèmes favoris de Jacques Poulin : les courses de Formule 1, le combi Volkswagen, un chat, Hemingway.

Jacques Poulin a un style sobre et élégant, ses personnages
sont attachants mais, passé la page 81, son histoire n’a plus aucune consistance et laisse son lecteur vraiment frustré par ces belles promesses non tenues…

Je me suis quand même beaucoup interrogée sur la dimension autobiographique de ce roman. La première partie est traversée par une angoisse de la mort et je me suis demandé si Jacques Poulin est lui-même âgé et si Jack Waterman est son double. 


Actes Sud / Léméac, 2003. - 187 p.

L'avis de Cathe.

Commenter cet article

Alice 08/12/2006 13:18

Moi aussi je fais parti du Fan Club Jacques Poulin.
Les yeux bleus de Mistassimi, est le premier livre de Jacques Poulin que j'ai lu. J'avais moyennement aimé;
Mais moi je trouve son dernier roman "La traduction est une histoire d'amour"est une merveille voir mon blog.
Je vous invite à le lire.

Papillon 09/12/2006 11:39

J'ai lu ta critique et j'ai rajouté ce titre à ma LAL illico !

cathe 06/12/2006 21:04

Bon alors si tu es fan aussi, c'est super ;-))) Et il n'y a que ses fans qui puissent critiquer Jacques Poulin ;-))) (Philippe, archi-fan, a reconnu que son dernier roman était décevant...)

cathe 06/12/2006 11:10

Je pense en effet qu'il y a beaucoup de lui dans ses romans. Disons qu'il écrit un peu toujours les mêmes romans qui sont empreints de tendresse et de nostalgie, mêlés aux sentiments que lui inspire son pays. Ici il y a beaucoup d'amoureux de Poulin (moi-même, Philippe aussi, et surtout Frisette. Et j'en oublie certainemement....), allez voir sur nos blogs nos commentaires très positifs (ben oui, on est fan ! ;-) )

Papillon 06/12/2006 20:30

Mais moi aussi, je l'aime, JacquesPoulin, Cathe !!! J'aime beacoup son style et l'atmosphère de ses romans, mais dans celui-ci tout le passage "parisien" m'an ennuyée :-(

choupynette 06/12/2006 10:24

En voyant le nom de l'auteur et celui du personnage, je me suis moi-même posé la question de l'autobiographie...
je note.

Carole 06/12/2006 01:24

Jacques Poulin est né en 1937, et le personnage de Jack est souvent dans ses romans. Il est son alter ego. Il a habité Paris une quinzaine d'années. Il est de retour au Québec depuis une où deux années (je crois). Dans tous ses romans on retrouve des livres, des chats et un écrivain. C'est des livres à déploiement lent. Beaucoup de tendresse, beaucoup de littérature et souvent une quête de soi.

Papillon 06/12/2006 20:28

Merci,encore une fois !