L'art de la joie - Goliarda Sapienza

Publié le par Papillon

Ce que l'on désire avec ardeur se révèle généralement très fade le jour où on finit par l'obtenir… C'est en tout cas le sentiment que j'ai eu avec ce roman, que j'ai attendu pendant plus de six mois à ma bibliothèque avant de pouvoir mettre la main dessus et que j'ai abandonné à la page 283. Il faut dire que l'héroïne m'en a très vite été antipathique, ce qui n'aide pas.

La jolie Modesta voit le jour le 1er janvier 1900 dans une famille très pauvre de la Sicile profonde et se révèle dès son plus âge très effrontée. Violée par son père à l'âge neuf ans, elle échappe à l'incendie de sa maison et est recueillie par une communauté de religieuses. Au couvent elle ne recevra pas la grâce et ne sera pas touchée par la foi, mais elle apprendra l'hypocrisie et la dissimulation. Elle découvre très vite qu'il est très facile de manipuler son entourage et quand la manipulation ne suffit pas, la belle enfant n'hésite pas à commettre un meurtre. C'est ainsi qu'à l'âge de seize ans, après avoir réussi son premier assassinat, elle est recueillie par une riche famille d'aristocrates siciliens. Sous un masque de fausse humilité et de piété mensongère, la belle ne tardera pas à devenir princesse à la place de la princesse et maîtresse du domaine. Par la suite le roman s'enlise dans le récit de la vie sexuelle de cette femme soi-disant libérée et je me suis totalement ennuyée…

L'auteur de ce roman a eu beaucoup de mal à le faire publier car il était jugé choquant par la liberté de mœurs dont fait preuve l'héroïne. Moi, ce qui m'a profondément choquée dans cette histoire, c'est que ni l'auteure ni son héroïne ne semblent avoir la moindre notion du bien et du mal. Modesta avant d'être une femme qui se veut libre, est surtout une femme très égoïste, soumise à la violence de ses désirs, et prête à tout pour les assouvir. Ce n'est pas du tout ma propre conception de la liberté. Je ne vois pas le prix d'une liberté acquise par le meurtre et le mensonge.

 
Traduit de l'italien par Nathalie Castagné.
Editions Viviane Hamy – 2005 – 636 p.


L'avis de So

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Martine 02/04/2013 11:53


Je suis attristée pour vous car il semble que vous soyez complètement passée à côté de ce livre qui est vraiment prodigieux pour vous enfermer dans des considérations morales et ne pas voir
l'essentiel.


Dommage !

Papillon 02/04/2013 20:44



Attristée pourquoi ? Dommage pour qui ? C'est quoi ce terrorisme de la pensée ?



fileuse 16/11/2008 14:34

J'ai trouvé, au risque d'être consensuelle, ce livre fabuleux. Cette héroïne extrème m'est apparue comme un véritable modèle. C'est un ouvrage que toute jeune femme devrait lire et une belle leçon de liberté. Trop long ce roman ? Trop court oui !

sylvie 06/02/2008 14:57

oh! je viens de faire un article où je dis mon bonheur de lecture avec ce livre. J'ai aimé trouver une héroïne extraordinaire et rêvée par son auteur,C'est une  figure littéraire, une héroïne de papier, mais qui  incarne avec énergie et flamboyance la possibilité rêvée de faire tomber tous les déterminismes sociaux, culturels et religieux, incroyable... miraculeux.. Mais en littérature, tout est possible, la preuve!Moi ça m'a fait du bien de lire ce livre, à la gloire de l'émancipation féminine et de la liberté au sens large. A celle de l'amour aussi...Oui, j'ai trouvé que c'était un très bon livre!

Papillon 07/02/2008 12:03

J'avais d'autant plus été déçue par ce roman que toutes les critiques étaient bonnes et que je l'ai attendu longtemps à la bibliothèque.. Mais vraiment l'héroïne était détstable de mon point de vue !

Nanne 10/11/2006 14:07

Bonjour Paiilon,
En lisant vos commentaires vous ne me rassurez pas. Je viens d'acheter le livre sur les conseils et recommandations d'une personne soit-disant avisée.
Merci d'avoir un oeil aussi critique sur un livre qui fait  "l'unanimité".

Papillon 10/11/2006 20:53

En fait, So en avait déjà fait unecritique très mitigée. Je l'ai rajoutée en lien.

cathe 10/11/2006 10:20

Les gens que je connais et qui l'ont lu ont aussi trouvé qu'il était quand même très compact et vraiment trop long. Tu vois il n'y a pas que toi ;-))

Anne-Sophie 10/11/2006 09:40

Bonjour Papillon,vive les blogs littéraires !!!Comme la critique était unanime, j'attendais aussi l'occasion pour lire ce roman encensé par la critique... Grâce à toi, j'ai un avis divergeant.Merci!

cathulu 10/11/2006 07:09

Merci de me faire gagner du temps ! Je lorgnais moi aussi ce roman dont toutes les critiques étaient excellentes.

Laure 10/11/2006 06:52

Ah, enfin quelqu'un qui n'idôlatre pas ce roman : merci Papillon !!
Je l'avais abandonné aux 2/3, le trouvant vraiment trop répétitif et trop longuet. Le début m'avait plu, mais la qualité de l'écriture n'était pas constante. S'agissant d'une publication posthume, c'était à se demander si les éditeurs n'avaient pas oser faire de coupes dans un pavé qui en avaient vraiment besoin. Le caractère de Modesta ne m'avait pas spécialement choquée, (après tout c'est un roman) mais le long cours vite lassé.
Habituellement ce livre était plutôt encensé, autant par les critiques que par les blogueuses, alors tu me rassures ;-))