Fils unique - Stéphane Audéguy

Publié le par Papillon

Un jour d’octobre 1794, les restes de Jean-Jacques Rousseau sont transférés en grande pompe au Panthéon, devenu depuis peu le tombeau des grands hommes. Dans l’assistance, un homme observe la cérémonie avec une certaine ironie. Cet homme, François Rousseau, n’est autre que le frère aîné du philosophe dont la Révolution a fait son grand maître. De ce frère, il est bien peu question dans les Confessions de Jean-Jacques. Et pour cause : les deux hommes s’étaient perdus de vue dans leur jeunesse. Mais François n’était pas mort, comme le croyait son frère. Et il entreprend, à son tour, de livrer ses mémoires à la postérité.

Ce roman n’est ni plus ni moins qu’un roman libertin, comme le XVIIIe siècle en a tant produit, quelque part entre Crébillon fils et les mémoires de Casanova. Avec François Rousseau, Audéguy a créé un personnage qui est en tout point l’antithèse du célèbre philosophe, et qui va connaître une série d’aventures des moins banales. Né à Genève, il est élevé comme un petit animal de compagnie par une mère très tendre, mais c’est un aristocrate érudit et homosexuel qui fera son éducation. Puis il connaîtra la maison de correction et l’apprentissage, avant de fuir pour la France et Paris. On l’y retrouve intendant dans un bordel, puis créateur d’automates érotiques. Ce qui lui vaut de retrouver à la Bastille en compagnie du plus libertin des écrivains du XVIIIe siècle : Sade. Il en sera libéré le 14 juillet 1789, pour devenir intendant dans un établissement de bains très raffiné.

C’est un roman plein d’humour et de délicatesse, où on rencontre une collection de personnages hauts en couleur, et où on côtoie à plusieurs reprises la grande Histoire. Un roman qui se lit tout seul parce qu’il est écrit dans cette belle langue du XVIIIe siècle.

Gallimard, 2006. – 263 p.

L'avis de Cathe
L'avis d'Anne-Sophie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Daniel Fattore 29/03/2009 23:08

Il m'a fait passer un bon moment aussi; j'en parle aujourd'hui, justement: http://fattorius.over-blog.com/article-29633344.htmlNotez par ailleurs que les Mémoires de Casanova n'ont rien d'un roman - ce sont ses véritables Mémoires. J'y ai aussi pensé lors de ma lecture d'Audeguy, d'autant plus que j'ai écrit un mémoire de licence sur cette oeuvre monumentale (3000 pages environ).

Florinette 16/10/2006 19:30

Me tente bien celui-là !

choupynette 16/10/2006 16:58

Je suis curieuse de le lire! Moi qui ai tant "bouffé" du Rousseau à la fac... ;-)

Papillon 16/10/2006 18:44

Et bien tu ne seras pas déçue ! Bien plus sympa à lire que les bouquins de Jean-Jacques :-))

Anne-Sophie 16/10/2006 14:00

Ravie de savoir qu'il t'a enthousiasmé !
Au plaisir de te relire

cathe 16/10/2006 12:59

Je suis contente qu'il t'ait plu à toi aussi :-)

Papillon 16/10/2006 18:43

Surtout que sans ta critique, je ne me serais pas jetée dessus dès que je l'ai appreçu à la biblio !