Dans les coulisses du musée - Kate Atkinson

Publié le par Papillon

Ce roman contient deux éléments intéressants : son style et sa construction.

La petite Ruby Lennox nous raconte sa vie depuis sa conception un soir de 1951. Ruby voit le jour dans une famille de petits commerçants d'York, en Angleterre. Sa famille a pour caractéristique principale d'être bien peu aimante : un mère aigrie par la vie conjugale, un père coureur de jupons, et deux soeurs aînées. Pour conjurer ce mauvais départ, Ruby raconte son histoire avec un ton ironique, voire caustique, et plein d'humour, qui permet à la petite fille de relativiser sa triste vie. Et parallèlement, l'auteur nous raconte dans des chapitres intercalés l'histoire de toute la famille maternelle de Ruby : l'arrière grand-mère, la grand-mère, la mère, les tantes et les oncles. C'est une famille où dominent les figures féminines et qui est marquée par la mort et la fuite. Il faut dire que la famille a traversé deux guerres mondiales particulièrement meurtrières.

Au début, ça fonctionne très bien et on se laisse assez facilement emporter par le style allègre de l'auteur et sa galerie de portraits décapants. Mais tout ça devient lassant. Tant que Ruby est une petite fille, elle nous touche beaucoup, puis son histoire tombe dans la banalité, à mon avis. Et dans la répétition : adolescence difficile, mariage raté, enfants abandonnés, secrets de famille...  Bref, pas de quoi révolutionner la littérature, malgré une lecture assez plaisante.


Traduit de l'anglais par Jean Bourdier.

Le Livre de poche - 1996 - 409 pages.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cathe 16/10/2006 09:54

Exactement comme Sylire, je l'ai lu à sa parution et j'ai le souvenir d'avoir aime, .....mais ça reste un peu vague.....

sylire 15/10/2006 15:10

Oui cela arrive...il faudrait que tu lises autre chose d'elle pour voir.

sylire 14/10/2006 10:18

Je l'ai lu il y a assez longtemps, mais j'ai souvenir d'avoir aimé.

Papillon 14/10/2006 11:26

C'est sans doute parce que j'en avais entendu parler en termes très élogieux que j'ai été déçue !