Le carnet d'or - Doris Lessing

Publié le par Papillon

 

lessing2.jpg

 

Ce roman n'est pas un roman au sens classique du terme, car pour Doris Lessing, la littérature doit avoir une portée sociale : il ne s'agit pas seulement de raconter une histoire, mais de transmettre une expérience. Ce roman a donc une structure très particulière. D'u côté, Le carnet d'or raconte une histoire intitulée "Femmes libres" qui met en scène deux amies, Anna et Molly, vivant à Londres dans les années cinquante et qui ont des vies très semblables : toutes deux sont artistes, communistes et élèvent seules un enfant, ce qui, à l'époque, en fait des marginales.

 

L'histoire commence comme une pièce de théâtre et montre les deux amies préoccupées par Tommy, le fils de Molly, un adolescent sans désir et sans volonté qui ne sait que faire de sa vie. Par ailleurs, l'auteur nous donne à lire les carnets d'Anna. Car Anna, écrivaine, a renoncé à écrire des romans mais couche sa vie et ses expériences dans quatre carnets, chacun étant réservé à une facette de sa personnalité : l'écrivain, la communiste, la femme amoureuse, l'Anna intime.

 

J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans l'histoire, ou plutôt dans les histoires, puisque les anecdotes se succèdent, chacune avec son atmosphère particulière, et on se demande sans cesse : "Où cela va-t-il nous mener ?". Et puis, sans vraiment m'en rendre compte, je me suis laissée embarquer dans la vaste toile que tissent toutes les vies d'Anna. Anna a une écriture très analytique : elle se regarde vivre et interroge chacun de ses comportements. C'est parfois très fastidieux de la lire.

 

On finit par comprendre qu'Anna traverse une période de sa vie qui est cruciale, pleine de bouleversements. Et ces bouleversements sont à l'image de la société dans laquelle elle vit, où tous les repères changent, où le statut de la femme est en pleine mutation. Anna est une mère célibataire, qui crée un rapport nouveau avec les hommes. Ce n'est pas une situation facile. Elle aimerait se marier, "comme toutes les femmes", dit-elle. Elle voudrait être aimée. Elle vit très mal d'avoir été abandonnée par son amant. Elle pense qu'il est important d'être engagé dans la vie politique, d'avoir un regard critique sur le monde, mais elle se rend compte que le communisme n'est plus la solution. Elle a écrit un roman qui est devenu un best-seller et lui a rapporté beaucoup d'argent, ce dont elle éprouve une telle culpabilité qu'elle ne peut plus écrire. Elle se rend compte par l'intermédiaire de la réflexion qu'elle mène sur elle dans ses carnets qu'elle a échoué dans tous les domaines de sa vie, ce qui cause chez elle une grave dépression.

 

En fait, Anna traverse ce que les américains appellent la « middle-life crisis », cette période de la vie, où il faut renoncer à pas mal de ses illusions de jeunesse. Anna finira par s’en sortir, mais le lecteur en sort physiquement épuisé tant cette écriture analytique est déroutante et semble tourner dans un cercle infernal.

 

Est-ce qu’il faut vraiment s’approcher si près de la folie pour devenir soi-même ? Je n’en suis pas convaincue.

 

 

Traduit de l'anglais par Marianne Véron.

Albin Michel – 1976 – 612 p.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

La Nymphette 17/08/2010 09:16



Je suis supposée le lire pour le club de lecture des bloggeurs du 1° sept 2010, mais je m'ennuie ferme face à ces digressions analytiques où finalement, je ne vois pas bien où veut en venir
l'auteur ou sa narratrice. A la page 130 et quelque, je crois que je vais abandonner, ce qui ne m'empèchera pas de le reprendre plus tard! Pour le club, je lirai pê Le cinquième enfant...



Papillon 17/08/2010 21:51



Je dois dire que j'ai eu du mal aussi à le finir, et je ne m'en souviens plus dans les détails.



zazimuth 25/06/2007 11:14

Je l'ai lu il y a plusieurs années (mais ce n'était pas le premier Doris Lessing que je lisais) et ce roman m'avait beaucoup plu pour ses personnages et leurs interrogations, pour les réflexions sur le rapport entre la vie et l'écriture aussi...

Papillon 25/06/2007 22:53

Difficile à lire, quand même, non ?

cathulu 29/09/2006 07:22

Dans une vie antérieure j'étais une tortue : bon anniversaire ! En ce qui concerne Lessing, grâce à la traduction d'un passage du carnet d'or, je me suis régalée de tous les bouquins de Doris Lessing mais depuis j'en suis un peu revenue.

julie 28/09/2006 23:19

ouf j'arrive à temps,  dans 40 mn  il sera trop tard: bon anniversaire! 

Papillon 28/09/2006 23:38

Merci tout le monde !!!!

jp 28/09/2006 20:51

j'avais bien aimé " vaincue par la brousse" de Lessing - et moins le carnet d'or ( mais bon, à la publication je devais avoir 16 ou 17 ans...)bref, je n'étais pas là pour ça mais simplement pour souhaiter un très bon anniversaire.
jp

choupynette 28/09/2006 19:43

Pff j'étais même pas au courant... Bon annversaire chère consoeur blogueuse!! ;-)

cathe 28/09/2006 19:22

Ah bon ? Alors bon anniversaire !

kalistina 28/09/2006 19:05

Un petit beurre des touyous :)

Anne-Sophie 28/09/2006 14:48

Joyeux anniversaire!!!

Florinette 28/09/2006 14:42

Juste un petit mot pour te souhaiter une belle journée d'anniversaire.