Le dieu des cauchemars - Paula Fox

Publié le par Papillon

Paula Fox a eu le même destin littéraire que Nina Berberova : elle a beaucoup écrit pendant sa jeunesse, mais n’a connu la consécration que dans sa vieillesse. Ça me touche toujours beaucoup ce genre d’histoires. Et je trouve qu’il y a une certaine parenté dans l’écriture de ces deux écrivaines. En tout cas, c’est à Berberova que j’ai pensé en lisant Paula Fox, et à ses jeunes héroïnes innocentes. Car c’est de cela qu’il s’agit dans ce roman : de l’innocence.

A la mort de son père, Helen, originaire du Nord des Etats-Unis, quitte pour la première fois le foyer familial pour rejoindre sa tante, à La Nouvelle Orléans, la ville la plus sensuelle d’Amérique. Elle découvre que sa tante, une ancienne actrice, est une femme prématurément vieillie par l’alcoolisme et une vie de débauche. Mais Helen se fait des amis, un groupe d’intellectuels, artistes et marginaux. Elle découvre l’amitié, l’amour, mais aussi la ségrégation raciale et l’homophobie, alors que la guerre ravage l’Europe.

Paula Fox a un style tout en délicatesse, une vision du monde empreinte de tolérance et de curiosité. Helen découvre le monde, dans sa version moite et torride, en ayant constamment présent à l’esprit le conseil donné par son père : « Essaye d'aller vers ce qui est nouveau avec autant d'innocence que tu le peux. » Elle se heurte sans cesse à la complexité du monde et des rapports humains et se comporte comme un enfant qui apprend à lire. Bien plus tard, elle découvrira qu’elle a été trop innocente et que toute sa vie a été construite sur un mensonge.

Une bien belle découverte pour moi que cette auteure américaine dont je vais continuer à explorer l’œuvre.

 

Traduit de l’américain par Maris-Hélène Dumas.
Joelle Losfeld, 2006. – 248 p.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sybilline 09/08/2008 18:07

Et hop, encore un livre pour ma LAL qui monte et qui monte!

clarabel 21/09/2006 15:04

adjugé pour ce livre ! j'ai noté aussi "pauvre georges" ... Paula Fox est une auteur que je souhaite découvrir petit à petit : je n'ai lu que "personnages désespérés" à ce jour !... :-(

choupynette 18/09/2006 22:10

Je ne connaissais pas P. Fox. Tu viens de réparer cette erreur... Au vu de ton billet je crois que je vais me mettre en quête d'un de ces ouvrages;

Papillon 18/09/2006 22:30

Et je lirai ta critique avec plaisir :-))

elfe 18/09/2006 14:02

J\\\'ai beaucoup entendu parler de paula Fox, mais malheureusement je n\\\'ai pas encore lu un de ses livres! Il va falloir que je réparer cette erreur très vite!

Papillon 18/09/2006 22:13

il y a a tant d'auteurs à découvrir ! Ca me désespère parfois...

lily 18/09/2006 08:55

Tout à fait d'accord avec toi, Paula Fox est merveilleuse !

J'ai beaucoup aimé aussi "Personnages desespérés".
"Pauvre Georges" m'a un peu moins conquise en revanche.
Cet écrivain m'intriguait tellement que j'ai même acheté ses "mémoires" en anglais : "Borrowed Finery" que j'avoue ne pas avoir encore lu le temps de lire, mon anglais est un peu poussif !

Papillon 18/09/2006 22:12

Je vais essayer de voir si ses mémoires ont été traduites : j'adorerais connaître sa vie ! Mais en anglais je ne me sens pas le courage ! vu comm elle écrit, ça doit pas être facile !

Cuné 18/09/2006 07:11

Moi aussi j'étais tombée sous le charme, mais je ne l'ai pas encore relue depuis, je me le re-note, tiens. J'avais noté frénétiquement plein de phrases, par exemple : "...Je me suis sentie totalement étrangère à moi-même, jusqu'à ma voix, qui lorsque j'ai dit au-revoir à Catherine m'a paru ne pas m'appartenir. Et je suis restée sous le charme de cette étrangeté, qui avait la qualité d'une pensée profonde dont je n'arrivais pas à saisir consciemment le sujet..." (Nina Berberova j'ai essayé 2 titres, dont les Chroniques de Billancourt, mais pour l'instant ça ne me parle pas encore, faut que je grandisse)

Papillon 18/09/2006 22:11

Moi aussi j'ai relevé plein de phrases. Son écriture a l'air hyper simple mais en fait c'est rempli de petits bijous comme ça...Pour Berberova il y a aussi son autobiographie : un gros pavé, mais une vrai meveille !