Des nouvelles de la maison bleue - Hella Haasse

Publié le par Papillon

Ce petit roman vite lu me laisse comme un goût d’inachevé, un goût de trop peu, peut-être parce que je viens de terminer un gros pavé touffu comme une jungle…

La maison bleue est une maison bourgeoise dans un quartier résidentiel, en périphérie d’Amsterdam. Elle appartenait à un professeur qui y vivait avec sa famille. A sa mort, elle fut mise en location, tandis que sa femme retournait dans son pays natal, l’Argentine, avec ses filles. Quarante ans plus tard, les deux sœurs viennent passer quelques mois dans la maison, pour en conclure la vente. Cette visite va bouleverser le quartier.

Le plus intéressant dans ce roman, c’est le mode de narration. Un narrateur omniscient raconte l’histoire, présente et passée des deux soeurs. Et, de temps en temps, intervient un « nous » anonyme et collectif qui est la voix des voisins, masse indéterminée et invisible, mais bien présente, qui suppute, suppose, commente, potine, dévoile les secrets du quartier sans en avoir l’air. Voilà pour la toile de fond : curiosité et médisances.

Pour le reste, l’auteur lance plusieurs thèmes sans vraiment les exploiter : l’histoire récente de l’Argentine, deux sœurs qui n’ont plus grand chose à partager, le désir de l’une des sœurs de diriger la vie de l’autre, les désirs exacerbés d’une épouse frustrée, la conscience aigue d’un retour impossible vers le passé.

Bref, une lecture pas désagréable, mais qui ne me marquera pas non plus.


Traduit du néerlandais par Annie Kroon.
Actes Sud / Babel, 2000. – 183 p.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anis 30/04/2011 10:54



Ce qui m'al le plus intéressé dans ce livre est la confrontation des deux soeurs, l'incommunicabilité de leurs exppériences respectives et le choix différent de deux femmes dans leurs relations
avec les hommes.



cathe 14/09/2006 11:36

C'est un auteur que j'aime bien en général, j'avais lu d'elle "Un long week-end dans les Ardennes" et "Les routes de l'imaginaire" (j'ai piqué le nom pour mon blog...) mais je reste toujours un peu sur ma fin, comme si elle n'exploitait pas complètement toutes les pistes qu'elle lance....

Papillon 14/09/2006 18:54

Quand j'ai vu sa bibliographie, je me suis doutée que c'était là que tu avais trouvé le nom de ton blog ;-) pour le reste, jesuis d'accord avec ton analyse. je pense que jela relirai à l'occasion.

Anne-Sophie 13/09/2006 17:12

Bonjour,
je ne connais pas vraiment la littérature néerlandaise, voire pas du tout pour être franche, mais en général, les éditions Actes Sud sont une référence en ce qui concerne la littérature étrangère. Quel dommage que ce roman ne réponde à ces exigences!
 

Papillon 13/09/2006 19:13

Mais ce n'est pas un mauvais roman, non plus ! Moi aussi je fais confiance à Actes Sud les yeux fermés et les déceptions sont quand même rares.

choupynette 13/09/2006 13:46

Connaissais pas du tout cet auteur... Ca à l'air très bien. Même si moi aussi je préfère les bons gros pavés ;-)

Papillon 13/09/2006 19:15

C'était une découverte pour moi aussi, cette auteure, et je retenterai sans aucun doute un autre de ses romans : elle a beaucoup écrit.