Le demi-frère - Lars Saabye Christensen

Publié le par Papillon

Ce gros roman, c’est tout ce que j’aime : une histoire où l’imagination flambe, des personnages attachants et complexes, un style qui confine souvent au poétique et, surtout, une recherche constante de sens. Ouvrir ce pavé de 900 pages, c’est partir en croisière pour un long et merveilleux voyage avec la famille Nielsen, dans les pays du Nord.

 

Le héros de cette histoire s’appelle Barnum et ce n’est pas un prénom facile à porter à Oslo dans les années soixante. En plus, Barnum a un léger handicap : il est petit, vraiment petit, plus petit que la moyenne, ce qui fait de lui le souffre-douleur de ses camarades. Barnum se sent exclu,seul, différent. D’autant plus différent qu’il a bien conscience de faire partie d’une famille pour le moins originale. Une famille qui fut longtemps une famille de femmes : La Vieille, la grand-mère, Boletta, la mère et Véra, la fille. Dans cette famille, les hommes ne font que passer, le temps de faire un enfant. Jusqu’au jour où Véra met au monde un garçon, Fred, qui interrompt cette longue lignée féminine. Bientôt se présente pour Véra un fiancé, qui va très vite devenir un mari et un père. C’est comme ça que Barnum entre en scène. Et c’est Barnum qui raconte l’histoire de son extravagante famille, parce que Barnum passe son temps à rêver, pour construire un monde où il ne serait plus le plus petit. Et il s’en passe des choses dans cette famille baroque : anecdotes tragiques, comiques, fantaisistes. Tout le monde a sa propre histoire dans cette famille qui ne ressemble à aucune autre, même les objets : la pendule, les chaussures, la valise, l’appareil photo.

 

Et toute l’histoire est traversée par la figure ambiguë et emblématique du demi-frère, un garçon taciturne et plein de violence. Il y a entre les deux frères un lien ambivalent, mélange d’amour et de haine, d’admiration et de crainte, de protection et de tyrannie.

Le tout donne un roman magnifique. C'est beau, on rit, on pleure et on ne s'ennuie à aucun moment. Un de mes grands coups de coeur de l'année.


Traduit du norvégien par Jean-Baptiste Coursaud.
Le Livre de poche - 2004 - 918 p.

Les critiques de Cuné et de Chimère

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Excellent roman, en effet.Est-il innocent qu'à quelques pages de la fin, l'un des personnages rappelle qu'à une époque il ne manquait qu'un doigt au père de Barnum, alors que c'était le cas, également, du père de Fred ?
Répondre
P

Non, ce n'est pas innocent (à mon avis) ! Et ce doigt manquant traverse tout le roman et on se demande...


P
Très chouette en effet !
Répondre
B
Tous les blogs ont l'air élogieux sur ce bouquin.J'ai lu qq part : "Le monde selon Barnum ..."Je crois qu'on va se laisser tenter ...
Répondre
P
Certaines lectrices l'ont trouvé trop long et ont abandonné en cours de route, mais moi j'ai adoré. Une famille complètement baroque.
S
Lars Saabye Christensen sort un nouveau roman à la rentrée ; faisant partie des lecteurs de la FNAC, j'ai lu son dernier roman et il vaut vraiment le détour
son titre :Le modèle
Répondre
P
Merci beaucoup pour cette info Samuel ! Je vais me jeter dessus !
V
un vrai coup de coeur pour moi aussi... Reste plus qu'à lire Herman...
Répondre
V
un vrai coup de coeur pour moi aussi... Reste plus qu'à lire Herman...
Répondre
N
Il est dans ma liste j'aime beaucoup la littérature nordique donc je vais le lire.
Répondre
P
Un excellent roman ! Un de mes coups de coeur de l'an dernier !
M
J'ai ADORE !!!!!. C'est le genre de bouquin, ben tu te sens orphelin quand tu le termines . Besoin de faire une pose avant de replonger dans un autre
Répondre
M
Oups.....moi aussi, j'avais décroché.....
Je vais peut être m'y remettre très vite alors. Oui, ça donne envie.....
 
Répondre
P
Ca me surprend vraiment que l'on puisse décrocher d'un tel roman où il se passe tant de choses... Moi, il m'a tenue en haleine pendant huit jours !!!
S
Ah ben ça tombe bien : je viens de l'acheter!! J'ai donc survolé ta critique, j'y reviendrai après l'avoir lu car je n'aime pas trop en savoir sur ce que je vais lire...
Répondre
P
Je te comprends : j'en fait autant :-)))Mais j'ai hâte d'avoir ton avis. Comme tu as pu voir, Anne a décroché aux 2/3...