Flann O'Brien - L'archiviste de Dublin

Publié le par Papillon

Dublin, dans les années soixante.
Deux vieux copains, Mick et Hackett , font un matin la connaissance de l’étrange De Selby. Celui-ci, qui se dit physicien et théologien, prétend avoir découvert un moyen infaillible de détruire l’humanité ainsi qu’être capable de suspendre le cours du temps. Pour preuve, il emmène les deux compères dans une grotte sous-marine où il leur permet de rencontrer Saint Augustin et d'assister à une conversation complètement surréaliste. Choqué par cette vision, et perplexe quant à la découverte de De Selby, Mick décide de trouver un moyen de l’empêcher de mener son projet à terme.
 
Le premier mot qui me vient à l’esprit pour qualifier ce livre est : loufoque. Il est évident que l’imagination de O’Brien est complètement débridée, tant sur le plan de la langue que sur le plan de l’histoire, et j’ai beaucoup pensé à Georges Pérec en le lisant. Ce roman est très drôle et on y rencontre pas mal de personnages absurdes, dont James Joyce lui-même, revenu d’outre-tombe et vivant incognito dans une station balnéaire de la côte irlandaise, un James Joyce qui renie complètement Ulysse et veut devenir jésuite. On y rencontre également le sergent Fottrell qui professe une théorie intéressante sur le danger de trop pratiquer la bicyclette et on assiste aussi à des révélations surprenantes sur les caleçons des jésuites…
 
Bref, un roman sans queue ni tête, d’un auteur qui ne se prend pas au sérieux et qui gagne à être découvert, même si j’ai eu du mal à entrer dans son univers.
 
Traduit de l'anglais (Irlande) par Patrick Reumaux.
Phebus Libretto, 2004. - 288 p.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

le babel 17/05/2011 18:13



Il est tout à fait exact que ce livre est excellent : je l'ai lu il y a je crois environ un lustre trois quarts, mais j'en ai encore mal aux
mollets.


Et pour le vélo, c'est en danseuse désormais.


 


J'ai vérifié : ce sont ceux qui mentent au sujet de l'auteur qui disent la vérité en croyant que l'auteur se ment à lui-même. D'où, bien sûr, la
dépression de Jerry, selon le révérend O'Fannagan. Mais il n'est pas catholique, aussi son témoignage est-il conservé au musée de Flemington Square en attendant d'être une antiquité : alors
on le lira, car quoi qu'il dise, ce sera éminent culturel. Il suffit d'attendre pour cela trois siècles environ. 


Donc, je vous disais que l'Archiviste de Dublin est un bon livre, bien que son papier, pas assez craquant accompagne plutôt mal les huîtres.



Papillon 17/05/2011 21:09



D'ailleurs il faudrait bien que je lise à nouveau ce fou de Flann O'Brien.



ChimÚre 08/09/2006 21:45

Je suis une pacifiste convaincue, j'ai rendu le marteau des rats depuis fin aoît. Oui je l'ai vu. Le plus drôle c'est que j'ai vu le nom de l'auteur et je me suis dit : je le connais cet auteur mais qu'est ce que cétait comme livre déjà ? :D et soudain sorti de la librairie : L'ILLUMINATION !!! Ma mémoire est en gruyère je l'ai toujours dit. :D

ChimÚre 07/09/2006 20:10

Ok un de plus à ma longue liste de trucs bizarroïde et décalé. Merci de m'aider à augmenter ma pal. :D

Papillon 08/09/2006 08:43

De rien, ma chère Chimère , c'est un plaisir :D
Est-ce que tu sais que Goran Petrovic sort un nouveau roman ? Non ! Ne me frappe pas !