La joueuse d'échecs - Bertina Henrichs

Publié le par Papillon



Sur l’île de Naxos, Eleni mène une vie simple et tranquille. Mariée au garagiste Panis et mère de deux enfants, elle est aussi femme de chambre à l’hôtel Dyonisos. Cette vie un rien monotone prend un soudain virage le jour où Eleni est fascinée par le jeu d’échecs qui trône dans l’une des chambres qu’elle doit nettoyer, chambre occupée par un couple de français, pays qui la fait rêver. Ce jeu, avec ses pièces mystérieuses, va soudain représenter pour elle le comble de l’élégance et du raffinement. Elle décide d’offrir un jeu d’échecs à son mari pour son anniversaire. Mais Panis ne s’intéresse pas le moins du monde à ce jeu. Alors, Eleni va apprendre à jouer en secret, seule d’abord, avec son manuel, puis avec la complicité de son vieux professeur Kouros. Mais le jour où le village apprend qu’Eleni joue aux échecs, le scandale éclate.

Pendant toute ma lecture, j’ai essayé de ne pas trop penser à Stefan Zweig, mais j’ai quand même trouvé le style de ce roman particulièrement plat, peut-être parce que l’auteure, d’origine allemande, n’écrit pas dans sa langue maternelle. De même, le personnage d’Eleni est plutôt fade et il m’a fallu trois jours pour venir à bout de ce court roman, autant dire que ce fut laborieux. Et si je n’ai pas abandonné en route, c‘est uniquement parce que j’ai bien aimé le thème de la libération par le jeu. Car l’apprentissage du jeu d’échecs va très vite devenir une aventure pour Eleni, qui va profondément la transformer. Contre son mari, contre ses amis et contre tout son village, Eleni va s’accrocher à sa passion pour le jeu d’échecs.

« Le pion était la base du jeu, petit soldat serviteur, avançant tout droit vers son unique but, celui du blocage de l’armée ennemie ou de l’ascension sociale. Il pouvait se transformer en dame, tour ou cavalier, selon les besoins du jeu. Si le pion était l’âme des échecs, la dame en était bien le cœur. Entre le pion et la dame, le plus faible et la plus forte, entre l’assiduité et la vigueur, il y avait quelque part une place qu’Eleni pouvait occuper. »

Malheureusement, cette histoire reste quand même très superficielle.

Merci Cathulu.

D'autres avis : Laurence - Calepin - Solenn - Joelle - Flora - Chimère - Lo

Le Livre de poche, 2008. – 156 p.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Je partage ton avis à 100% !
Répondre
P




C
Je l'ai vécu comme un agréable petit roman de vacances. Un style pas extraordinaire, mais une histoire sympathique, suffisamment profonde pour être intéressante, et des personnages amusants! Bref, un bon souvenir pour moi!
Répondre
P

J'ai trouvé que l'auteure abandonnait son personnage trop tôt : j'aurais voulu voir au moins son retour chez elle...


K
Pas très tentée d'avance par celui-ci... ton billet confirme mon impression!
Répondre
P

Tu peux me remercier : ta PAL ne grandira pas à cause de moi !


G
Dommage. De mon côté, je n'ai vu que le film, mais je l'ai vivement apprécié !
Répondre
A
Bizarre d'avoir choisi un titre connu ! Qui ne ferait pas la comparaison ?
Répondre
P

C'était peut-être un défi pour l'auteure ?


L
Je l'ai lu il y a  deux ans, et j'avais drôlement bien aimé. D'ailleurs le style aussi m'avait charmée. cela dit, je comprends aussi ton avis. ;)Et le film n'est pas à la hauteur du livre, selon moi. :)
Répondre
P

Il est peut-être mal tombé, ce roman, après d'autres quiétaient vraiment forts, du coup il m'a paru plat...


A
Je l'ai...Déjà que ma volonté pour Objectif PAL n'est pas de fer...Tu ne vas m'aider beaucoup
Répondre
P

Qui sait ? Tu feras peut-être partie de ceux qui ont aimé...
(et courage pour ta PAL)


Y
excellente la présentation vidéo... ça donne envie de lire le livre séance tenante :-)))
Répondre
P

j'espère bien : c'était un peu le but ;-)


F
Joueuse moi même d'échecs, je dois dire que c'est un roman qui m'a bien plu! L'adaptation n'est pas mal non plus.A découvrir quand même je dirai ;)
Répondre
P

Le fait d'être soi-même joueur doit apporter un petit plus


B
Pour ma part, j'avais apprécié ce petit roman, dont je garde un très bon souvenir.
Répondre