Le ciel de Bay City - Catherine Mavrikakis

Publié le par Papillon


Rentrée littéraire 2009


Ce ciel mauve de Bay City, Amy l’a toujours détesté. Elle y a toujours vu le miroir du malheur, de la mort et du désespoir.

Amy devrait être une adolescente américaine comme les autres. Elle a grandi dans une maison de tôle bleue dans une petite ville du Michigan, un état noyé dans les fumées d’usine. Elle vit entre sa mère et sa tante, deux émigrées françaises, va au collège le jour et travaille au supermarché du coin le soir.

« Je comprends que sous mes allures de révoltée, de rebelle, de dure à cuire, de petite Américaine dévergondée fan d’Alice Cooper, perce mon intolérable douleur, ce que ma mère appelle « ma juiverie. »

Sa mère n’aime pas Amy et lui parle toujours avec le plus grand mépris. Elle pleure toujours une première petite fille morte à la naissance. En Amy, elle a toujours vu une enfant souffreteuse et débile. Alors Amy fuit le plus possible sa maison où elle a le sentiment de n’être pas comprise. Et de n’avoir personne à qui parler des horribles cauchemars qui font hurler ses nuits : des scènes de torture, d’assassinats, des morts par milliers. Amy a découvert le secret de sa mère et de sa tante : elles sont juives, filles de déportés morts à Auschwitz, mais sur ce passé elles ont tiré un trait. Elles ont changé de pays, de nom et de religion. L’horreur dans laquelle leur famille a péri, elles l’ont laissé en Europe. Mais ce passé habite et détruit Amy, obsédée par la mort, coupable d’être en vie, alors que tous sont morts. Alors ce soir du 4 juillet 1979, alors qu’elle vient d’avoir dix-huit ans, elle met le feu à la maison pour que les vivants rejoignent les morts.

Dans ce roman, Catherine Mavrikakis reprend les mêmes thèmes que Fabrice Humbert dans L’origine de la violence : un secret de famille concernant l’Holocauste qui rejaillit sur la génération suivante. Mais je suis loin d’avoir ressentie le même enthousiasme avec ce roman-ci. Le secret, ici, est bien plus lourd : ce sont quarante-huit membres de la famille d’Amy qui sont partis en fumée dans le ciel de l’Allemagne nazie. Et ce deuil impossible à faire, Amy, qui n’a jamais mis les pieds en Europe, va le traîner toute sa vie. Et je dois dire que j’ai trouvé ça vraiment lourd, cette douleur qui n’en finit plus, cette pulsion de mort qui jamais ne s’infléchit. Peut-être qu’après trop de lectures sur ce thème, je suis arrivée au bout de ce que je pouvais supporter, mais j’ai trouvé que voir cette jeune fille, puis cette femme se consumer à petit feu était insupportable.

« Nous sommes une race que l’on a voulu anéantir. Nous avons vécu mille pogroms, des milliers de ghettos, la Shoah. Nous sommes juifs et tristes. Et la vie ne peut recommencer. L’histoire est décidément trop lourde. »

Et malgré la plume fluide de Catherine Mavrikakis, à la fois précise et poétique, malgré cette fin qui réconcilie enfin les vivants et les morts, je n’ai pas réussi à aimer ce roman.

Venise a le même ressenti que moi, mais Lucie a aimé, tout comme Marielle.

Sabine Wespieser, 2009. – 294 p.

Commenter cet article

anjelica 26/04/2011 13:43



je suis en train de le finir et j'ai hâte qu'il se termine...j'ai le même ressenti que toi !



In Cold Blog 25/10/2009 13:59


J'ai vu la "prestation" de l'auteur cette semaine dans La Grande Librairie, et je me posais la question de savoir si ce livre était pour moi ou non. En lisant ton billet, je suis encore plus
dubitatif...


Papillon 25/10/2009 17:21


Ce roman fut pour moi une des grandes déceptions de cette rentrée


Brigitte François 02/10/2009 10:01


Suis globalement d'accord avec les réticences exprimées : quant à la lourdeur, elle est bien là et je dois avouer que, si je me suis un peu poussée, je l'ai payé au prix fort, les cauchemars d'Amy
étant devenus les miens  plusieurs nuits de suite !


Papillon 02/10/2009 22:26


Ca ne m'étonne pas vraiment, tant ce livre est pesant !


la lectrice chic 07/09/2009 18:47

Bonjour,je tiens moi aussi un blog sur la littérature (axée sur la lecture adolescente) et j'ai mis votre blog dans mes liens et je serais très contente si vous vouliez bien en faire mettre mon site dans les vôtre.Tous mes compliments pour votre blog et merci d'avance pour votre "collaboration"la lectrice chic

Karine:) 07/09/2009 14:24

Je l'ai acheté l'année dernière et il est encore dans ma PAL... ce que tu dis me fait très peur...

Papillon 07/09/2009 20:56


Tu seras peut-être dans un état d'esprit différent du mien quand tu le liras...


Theoma 05/09/2009 23:43

Encore des secrets de famille ? Je passe.

Alex-Mot-a-Mots 05/09/2009 12:15

Les avis sont partagés, mais je ne sais pas si je le lirai...

cathulu 05/09/2009 09:23

J'attendrai qu'il sorte en poche,  ça me laissera plus de  distance  avec "l'origine dela  violence".

Papillon 05/09/2009 09:54


Voilà qui me paraît tout à fais raisonnable !


keisha 05/09/2009 08:40

Aïe, l'origine de la violence m'avait déjà semblé long, alors là! Dommage, j'aime bien cet éditeur.Voir colonne de droite : non, pas d'harlequin, c'est pourtant gentil de ta part!!! ^_^

Papillon 05/09/2009 09:54


J'avais espéré apporter mes derniers Harlequin au pique-nique, mais ma gastro m'en a empêchée !


kathel 05/09/2009 07:54

Il avait attiré mon attention, mais cela fait deux billets qui me font penser que ce ne sera pas pour moi... A voir peut-être à la bibliothèque, mais rien d'urgent !

Papillon 05/09/2009 09:53


Personellement, j'ai lu trop de romans sur ce thème récemment, peut-être que tu n'auras pas du tout le même ressenti...