Nina Berberova - Le cap des tempêtes

Publié le par Papillon

J’ai beaucoup aimé ce roman mais je trouve difficile d’en faire une critique parce que c’est un livre complexe, ou du moins les personnages en sont complexes.
 

Trois sœurs, Dacha, Sonia et Zaï qui ont le même père mais des mères différentes vivent exilées à Paris et cherchent un sens à leur vie, un sens à la vie. Pour Dacha l’aînée c’est la recherche de l’équilibre et de l’harmonie, pour Sonia la recherche d’un impossible absolu, et pour Zaï une vie sans peur. Sonia est une intellectuelle qui a écrit une thèse d’histoire, qui lit tous les journaux, qui réfléchit au monde, Zaï est une enfant qui vit, qui découvre le monde avec gourmandise : l’art, Paris et ses plaisirs. Dacha travaille comme secrétaire dans une banque. Par son salaire, elle fait vivre toute la famille quand les affaires de son père vont mal. Elle est sérieuse et raisonnable. Sonia symbolise l’esprit, Dacha le cœur et Zai les sens.

 

Il y a quelque chose de très « russe » dans cette histoire, dans ces personnages féminins qui s’interrogent sur le monde, sur la vie, sur leur avenir. Une vague mélancolie baigne le roman, regret d’un monde qui n’est plus (la Russie d’avant la Révolution). Pour Nina Berberova, c’est aussi l’occasion d’une réflexion sur le XXe siècle : plus de Dieu, plus d’idéologie, etc.… C’est pourquoi Le cap des tempêtes est son roman le plus profond, le plus intello, le plus philosophique, écho aux trois sœurs de Tchekhov et aux frères Karamazov de Dostoïevski. Un roman qu’elle a écrit en 1950, juste avant de quitter la France pour les Etats-Unis et dont elle avait expressément demandé à son éditeur qu’il ne soit publié qu’après sa mort.

 

Extrait :

« Pourtant, l’unique chose que je désire dans la vie, c’est le bonheur. Pas le calme, ni la liberté, mais le bonheur. Et je ne veux pas que ce soit un instant dont je doive m’emparer pour y penser ensuite : je cherche un état de bonheur stable, pérenne. Une plénitude absolue et perpétuelle. Un bonheur totalitaire, pour ainsi dire. Et ma tâche, mon objectif, tout le sens de ma vie est la recherche de ce bonheur. » (p.58)


Trad. du russe par Luba Jurgenson.
Actes Sud, 2002. – 426 p.

 

 

Publié dans Littérature russe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Whiterose 03/07/2007 17:56

Si vous avez aimé ce roman, je pense que vous aimerez aussi"Anna Karenine""Guerre et paix"tous les deux de Tolstoï, qui est pour moi l'un des plus grands auteurs russe, ces deux romans sont vraiment excellent, de vrais chef-d'oeuvre, malgré qu'ils soient longs à lire

Papillon 03/07/2007 23:24

Guerre et paix  reste un de mes excellents souvenirs de lectures adolescentes. Mais Anna Karénine, je n'ai jamais pu le finir...

Papillon 15/08/2006 17:42

Ce n'est pas vraiment une lecture difficile, parce que c'est bien écrit et que ça se lit tout seul. Et l'histoire est assez simple, finalement. Mais tu te demandes sans arrêt : que veut-elle nous dire ? Quel est le sens caché de cette histoire ?

Frisette 15/08/2006 17:04

C'est une lecture difficile?  Je ne sais pas trop pourquoi mais à la lecture de ta critique, je me suis dis,  tient c'est le genre de livre sur lequel on doit bûcher mais qu'on aime aime lire, un livre où il faut se concentrer pour apprécier pleinement.  Je me trompe?