Va chercher ! - Spencer Quinn

Publié le par Papillon


Dans la famille des détectives un peu atypiques, je vous présente Chet, le chien :

« Je me suis lancé à la poursuite de la balle qui rebondissait au milieu de la route : au vu et au su de tous. J’ai pris de l’élan sur mes pattes arrières, et j’ai sauté. Je me suis pratiquement envolé, et j’ai piégé la balle au rebond. Je l’ai prise au dépourvu, comme j’aime. Là, j’ai freiné, dérapage contrôlé avant de repartir à fond de train, tête baissée, oreilles aplaties du fait de ma vitesse hallucinante. J’ai laissé tomber la balle aux pieds de Bernie en freinant au tout dernier moment. Si vous connaissez une activité plus marrante que ça, n’hésitez pas à m’en parler. »

Chet, le chien, et Bernie, le détective, forment une équipe du tonnerre. Bernie, ancien flic, amateur de chemises hawaïennes, et toujours fauché, vivote depuis son divorce. Il est spécialisé dans les divorces et les disparitions. Chet, qui a failli devenir chien policier (si un chat n’avait pas malencontreusement croisé sa route…), est désormais dévoué corps et âme à son maître qu’il vénère, même s’il ne le comprend pas toujours, et prend très au sérieux son rôle d’associé. Ce jour-là, alors que Bernie termine une affaire de mari infidèle, il est recruté par une mère inquiète dont le fille a disparu depuis vingt-quatre heures. Fugue, enlèvement, ou pire ? Chet se lance sur la piste.

Je crois bien que c’était la première fois que je lisais un roman entièrement écrit du point de vue d’un chien et je dois dire que c’est particulièrement réussi (à croire que l’auteur a été chien dans une vie antérieure !). Chet adore se promener dans la Porsche décapotable de son maître, est un peu obsédé par la bouffe et ne sait pas résister à une jolie femelle, mais quand il est sur une affaire, il oublie tout le reste. Et cette affaire, il va la résoudre en deux coups de cuillère à pot, et aller plus loin qu’il ne l’aurait jamais imaginé… L’intrigue, sans être hyper originale, est plutôt bien ficelée, mais l’essentiel dans ce roman, c’est vraiment de se mettre dans la peau d’un chien pour quelques heures.

A essayer !



Traduit de l’américain par Irène Offermans.
Calmann-Levy, 2009. – 263 p.

Publié dans Polars & Co

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Moi je suis très toutou et ça m'a l'air tout à fait pour moi.  En plus, avec la rentrée scolaire, une lecture rigolote et pas compliquée serait tout à fait indiquée. C'est noté.PS: J'aime beaucoup ta nouvelle photo de présentation :)
Répondre
P

Oui, c'est une lecture assez réjouissante
(Merci pour la photo )


C
Je ne suis pas très chien, mais vu sous cet angle, c'est plutôt alléchant!
Répondre
P

Un point de vue différent, dirons-nous !


S
Ce n'est pas hautement intellectuel, mais on rit bien
Répondre
P

tout comme ce roman


S
Hum, je ne sais pas si je tenterai.Ca me fait penser au film où Alain Chabat interprête un chien (Didier).
Répondre
P

On m'a beaucoup parlé de ce film pendant que je lisais le roman, mais je ne l'ai pas vu.


A
Moi et les chiens, çà l'fait pas  je passe.
Répondre
P

Qui sait ? Ce roman te réconcilierait peut-être avec les chiens
(moi aussi j'ai tendance à les éviter...)


K
Je suis plutôt chat que chien, mais ce roman semble vraiment amusant : à noter pour une lecture- détente !
Répondre
P

Ce chien est sympathique et le point de vue canin est assez marrant !


C
Le livre  typique dont j'attends tranquillement la sortie en poche
Répondre
P

Attitude très raisonnable pour ce genre de roman léger !