Jean-Paul Dubois - La vie me fait peur

Publié le par Papillon

Je crains que Jean-Paul Dubois ne soit pas l'écrivain susceptible de me réconcilier avec la littérature française contemporaine…
Paul Siegelman, un français d’une quarantaine d’années, part rejoindre son père à Miami. A l’occasion du voyage en avion, il fait le bilan de sa vie : une enfance toulousaine entre un père excentrique et une mère pragmatique, une jeunesse à la découverte du Nouveau Monde, de Miami à San Antonio et du Mexique au Pérou, un premier vrai boulot un peu loufoque (sociologue pour une équipe de météorologues), un mariage avec une américaine belle, brillante et bosseuse qui va l’aider à gérer la petite entreprise familiale.
Une histoire qu’on a lu mille fois : un homme de la quarantaine en panne dans sa vie : difficultés de couple, difficultés professionnelles, qui suis-je, où vais-je, etc… Au début, ce fut pourtant une bonne surprise : le style est vif et alerte et notre héros est entouré de personnages cocasses : un grand-père qui a dilapidé une partie de l’héritage familial dans les cercles de jeux de Tanger, un père inventeur génial et investisseur médiocre, un premier petit boulot dans un restaurant cubain de Miami dont la patronne le viole sur la table de la cuisine, un deuxième boulot de chauffeur entre San Antonio et Mexico dans un car brinquebalant. Tout ça pour se retrouver à trente-cinq ans dans l’entreprise de son père qui vend des tondeuses à gazon vertes. A partir de là le lecteur s’ennuie à mourir. Mariage caricatural, beaux-parents caricaturaux, road-movie dans les Florida Keys avec ses deux vieux papa,… Et notre pathétique héros découvre enfin que ses difficultés n’en étaient pas. Quel ennui ! Je n’ai pas souligné une seule phrase dans ce livre et je l’ai refermé en me demandant ce qu’une telle lecture m’avait apporté : pas grand-chose, je le crains.
 
Points Seuil – 1994 – 237 pages
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

loupiote 04/08/2006 11:42

Tant pis Pour Jean-Paul Dubois. Peutêtre qu'un autre auteur aura l'honneur de te faire aumer la littérature françaiese, sais-t'on jamais.
Pour ma part, je crois que je ne lirais pas cet auteur. L'histoire ne m'a pas inspirée.

marie 03/08/2006 11:28

J'ai eu le même sentiment en refermant ce livre ; pourtant autour de moi, on aime Dubois. C'était le 1er que je lisais, mais je ré-essairai avec un autre.