Chi Li - Tu es une rivière

Publié le par Papillon

A trente ans, Lala devient veuve avec sept enfants à élever et un huitième bientôt à naître. Son obsession dorénavant va être de trouver de l’argent pour nourrir ses enfants. Elle accumule les petits boulots. Mais les temps sont difficiles dans la Chine des années soixante. Après le désastre économique du Grand Bond en avant, les chinois meurent de faim. Bientôt ils voient arriver la Révolution Culturelle. Lala vit dans une petite ville de la campagne et ne se sent pas trop concernée par tous ces bouleversements politiques. Elle n’a pas le temps, surtout qu’elle refuse de se remarier pour garder sa liberté. Et pourtant, les évènements politiques vont avoir une grande influence sur la vie de toute la famille.

C’est une très belle histoire, très émouvante, raconté avec un humour caustique. Lala est une sacrée bonne femme qui empoigne la vie à pleines mains et ne se laisse impressionner par personne. C’est le bien-être de ses enfants qui la préoccupe entièrement, mais ce n’est une mère câline et ses rapports avec ses enfants sont parfois très difficiles. Ce n’est pas facile d’avoir une telle mère, surtout pour les filles. Et chacun de ses enfants à une personnalité bien particulière. Elle les voit partir chacun à leur tour : l’un dans la folie, l’autre au loin, la troisième dans un mariage au-dessus de sa condition, une autre dans un mariage au-dessous de sa condition, deux dans la mort. Et Lala mourra quasiment seule, à cinquante-cinq ans.

Une vision à la fois réaliste, ironique et cruelle de l’histoire de la Chine pendant vingt-cinq ans.

Trad. du chinois par Shao Baoqing.
Actes sud, 2004 – 203 p.

 

Publié dans Littérature asiatique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Cette mère possède un courage et une volonté de vivre hors du commun, mais quelle férocité, quelle violence chez cette femme!Certes, ce roman présente aussi la dure réalité de la vie en Chine, mais est-il besoin d'en rajouter encore par les relations si belliqueuses entre mère et enfants?
Répondre
P

cette femme a une vie dure alors elle est dure avec ses enfants... Cet aspect du roman m'avait moi aussi beaucoup troublé...


S
Coucou,

J'ai beaucoup aimé ce livre, avec les évènements politiques chinois en toile de fond. Mais le personnage de Lala est parfois trop inflexible, on dirait qu'elle n'éprouve jamais de sentiments.

Moi aussi j'écris un site sur mes lectures, au cas où tu serais en panne d'inspiration : http://noemie.gasparini.club.fr/index.html
Répondre
P
Bonjour SpaceNoé, c'est aussi ce qui m' a un peu gênée dans ce roman. mais je suppose que, vu le contexte, Lala n'a pas vraiment le choix...
E
Il a l'air dur mais passionnant ce livre! Il me tente bien!! Merci de ta critique.
Répondre