Haruki Murakami - La balade de l'impossible

Publié le par Papillon

Alors qu'il était lycéen à Kobé, Watanabé a fait l'expérience douloureuse de la mort avec le suicide son meilleur ami, Kizuki. Il a décidé de partir faire ses études à Tokyo pour tourner la page. Mais un jour, par hasard, il rencontre Naoko, la petite amie de Kizuki. Les deux gens vont prendre l'habitude de passer leurs dimanche ensemble et Watanabe ne va pas tarder à tomber amoureux de Naoko. Mais la jeune fille, qui n'a jamais vraiment surmonté la mort de son ami, est bientôt obligée de partir en maison de repos. En son absence, Watanabé fait la connaissance d'une étudiante fantasque, Midori, qui a, elle aussi, été confrontée à la mort.

J'ai bien du mal à parler de ce livre qui m'a laissé des sentiments ambivalents. D'un côté, cette histoire se lit bien, parce que le style en est fluide et les personnages très attachants. Mais, à tout moment, on se demande où l'auteur veut en venir. Il y a des tas d'éléments dans ce roman qui paraissent étonnants et n'apportent rien à l'histoire (ou est-ce moi qui n'ai pas tout compris ?). Le narrateur vit dans un foyer qui ressemble à une école militaire, il partage sa chambre avec un obsédé de la propreté qu'il surnomme « le facho », il n'a quasiment pas d'amis, on se demande où sont ses parents, il poursuit des études qui ne le passionnent pas. D'ailleurs, toute l'histoire manque singulièrement de passion. Et j'ai trouvé notamment curieux le contraste entre la difficulté qu'éprouvent tous ces jeunes gens à parler de leurs émotions et la facilité avec laquelle ils parlent de sexe. La maison de repos dans laquelle vit Naoko se situe à la limite du fantastique et le personnage de Reiko, qui partage sa chambre, est très dérangeant . Le narrateur a fait un long voyage pour venir voir son amie, mais il passe la majeure partie de son temps avec une inconnue qui lui raconte sa vie.
Le point commun à tous ces jeunes gens semblent être leur impossibilité à communiquer. Naoko ne parvient pas à exprimer sa douleur à Watanabé, qui lui ne parvient pas à parler sincèrement avec Midori. Midori raconte que son père est parti en Uruguay alors qu'il est en train de mourir d'une tumeur au cerveau. Et la fin laisse au lecteur un immense sentiment de frustration : il semble que la mort de Naoko ait libéré la parole de Watanabe, mais ce n'est pas sûr.
 
 
Extrait :
 

« Au fur et à mesure qu'on avançait dans la saison, je sentais mon coeur trembler et osciller de plus en plus. Ce tremblement venait en général vers le soir. Dans la pénombre où flottait légèrement le parfum des magnolias, mon coeur se gonflait sans raison et se mettait à trembler, à s'ébranler avant d'être atteint par la douleur. Dans ces moments-là, je fermais les yeux, immobile, les dents serrés. Et j'attendais que ça se calme. Cela durait longtemps avant de passer, laissant persister une violente douleur. »

Trad. du japonais par Rose-Marie Makino-Fayolle.
Points Seuil, 1994. - 442 p.

Publié dans Littérature asiatique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chinouk 03/11/2013 16:20


j'ai decouvert Haruki Murakami avec ce livre, j'avais bien aimé. Depuis je devore tous de lui :)

Papillon 03/11/2013 17:29



En ce qui me concerne, j'ai toujours 1Q84 dans ma PAL, mais en effet c'est un immense écrivain.



Masques de Venise 21/01/2007 14:15

Très curieux roman en effet : l'auteur donne parfois l'impression de se disperser volontairement ...C'est à mon avis l'un des plus tristes - et des moins poétiques - de son auteur.Connaissez-vous Murakami Ryû ? Tout-à-fait différent, celui-là. Je l'ai attaqué par "Ecstasy", dont je savais déjà que c'est, avec "Melancholia" et "Thanatos", un roman très "à part." Et j'ai "Les Bébés de la Consigne Automatique" qui m'attend sur ma table de nuit. A bientôt !MDV ;o)

Papillon 21/01/2007 20:47

Les bébés de la consigne automatique figure dans ma liste de romans japonais à lire, effectivement. Le titre m'intrigue !

clarinette 29/07/2006 19:34

Moi je l'ai adoré. Si ça te dit j'en ai écrit un article sur mon blog.C'est intéressant d'avoir un point de vue aussi différent  sur un livre, ça permet de voir les choses sous un autre angle...