20 000 euros sur Ségo ! - Christophe Donner

Publié le par Papillon


Imaginez un écrivain qui a besoin de 20000 euros pour changer ses fenêtres. Il fait un deal avec son éditeur : il va écrire un roman sur le prochain congrès du Parti Socialiste français qui doit se tenir en novembre 2008. Mais l’écrivain est aussi joueur : il décide de miser l’avance obtenue sur l’un des candidats au poste de premier secrétaire du parti, exactement comme on mise sur une course de chevaux. Et, comme le titre du roman l’indique, il va finalement opter pour Ségolène Royal. Tout le monde connaît la suite (et la fin) de l’histoire…

Je vous préviens que ce roman est complètement franco-français et à durée de vie limitée, puisque tout le monde a déjà oublié l’affligeant congrès de Reims. J’ai personnellement suivi tout ça d’assez peu près à l’époque et donc ce roman ne m’a rien appris, mais l’auteur y décortique la machinerie politique avec beaucoup de cynisme : les motions des uns, les discours des autres, les contradictions et les manipulations :

« Le génie de cet homme qui allait nous redonner l’espérance et sauver la patrie une énième fois, ce dont il faudra toujours lui être reconnaissant, c’est d’avoir révélé enfin la vraie nature de la rhétorique révolutionnaire. En l’adoptant, en faisant siens les slogans marxistes de l’ancien temps, Sarkozy les portait au sommet du ridicule, dévoilant leur inanité, leur vacuité, leur part de démence. »

Au passage tout le monde en prend pour son grade : les politiques et leur langue de bois, les militants et leurs convictions anachroniques, les conseillers de tous bords piégés dans leur contradictions. Au final, je me suis bien amusée mais je trouve cette vision de la politique, où tout repose sur la forme et non sur le fond, complètement déprimante.

Les avis de : Lily - Praline - Katell

Grasset, 2009. – 247 p.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sylire 02/06/2009 22:39

Une bouffée d'oxygène entre deux lectures plus noires du prix Landerneau.

Papillon 02/06/2009 22:46


Exactement !


sylire 02/06/2009 09:19

Je n'ai pas eu envie de le lire quand on me l'a proposé, peut-être un peu plus maintenant, après avoir lu différents avis mais je ne pense pas toutefois que ce soit un incontourable !

Papillon 02/06/2009 22:37


non ce n'est vraiment pas un incontournable ! pas sûr que je l'aurais lu si on ne me l'avait pas envoyé, mais j'ai bien ri...


katell 01/06/2009 13:06

Et les romans de Rambaud sont largement plus conséquents ;-)

Papillon 01/06/2009 19:23


Je vais noter ça sur ma LAL, alors ! merci du conseil


Aifelle 01/06/2009 06:48

Ce sera sans moi .. j'overdose complètement, c'est trop affligeant. Le seul que j'ai envie de lire c'est .. flûte le nom m'échappe, celui qui a écrit deux livres sur le règne de Nicolas 1er.

Papillon 01/06/2009 09:05


De toute façon, il n'est vraiment pas indispensable à lire !
(Tu parles de Patrick Rambaud, je crois)


katell 31/05/2009 22:21

Le pire, Papillon, est que cela n'est qu'à peine caricatural....c'est ce qui est des plus déprimant!J'ai bien ri en le lisant et parfois mon rire était quand même jaune (il faut que je sois honnête ;-) ).

Papillon 01/06/2009 09:03


Depuis quelques années toute la viepolitique est déprimante, hélas !