John Fante - Demande à la poussière

Publié le par Papillon

 

fante.gif

 

Arturo Bandini, fils d'émigré italien, a quitté son Colorado natal, pour tenter sa chance à Los Angeles, le dernier Eldorado de l'Amérique des années 30. Arturo n'a qu'une passion : écrire, qu'une ambition : devenir écrivain. Mais son rêve se heurte à une réalité bien difficile. Arturo n'a pas un sou, il erre dans les rues, fait des rencontres, crève de faim, rêve, tombe amoureux…

 

Il s'agissait d'une relecture puisque j'ai découvert John Fante il y a près de vingt ans et que j'ai lu toute son œuvre. Et la relecture ne m'a pas déçue : cette littérature, c'est tout ce que j'aime parce qu'on sent que ça a été écrit avec les tripes ! Arturo Bandini, c'est le double de John Fante. Et Arturo, moi je l'aime ! Il m'émeut, il m'agace, il me fait rire avec ses contradictions, sa lâcheté et sa générosité, sa franchise, et surtout sa sincérité. Il ne triche pas, sauf quand il aime… Pauvre Arturo ! Il a tant de mal à aimer, et à exprimer ses sentiments. Et pourtant quelle tendresse il est capable de montrer pour tous ceux qui rament comme lui. Car John Fante nous dévoile une Amérique que l'on n'a pas l'habitude de voir. C'est l'envers du décor : hôtels minables, bars louches, piaules crasseuses. L'univers d'Arturo est peuplé de prostituées, de paumés, de solitaires, de tous les exclus du rêve américain. Lui qui a passé son enfance à se faire traiter de "rital", il les comprend et il les aime, ces damnés de la terre.

 

Et ce qui fait la force du roman, c'est bien évidemment le style puissant de l'auteur. Pour moi, c'est de l'émotion à l'état pur : tantôt poétique, tantôt trivial, tantôt lyrique, tantôt gouailleur, l'auteur sait jouer de toute une palette de nuances. C'est le genre de livre qui vous attrape dès le premier paragraphe et ne vous lâche plus jusqu'au dernier mot.

 

 

Trad. de l'américain par Philippe Garnier.

10/18 , 1986 – 272 p.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jerome 13/08/2014 22:21


Pareil que toi. tout lu il y a20 ans et relu avec toujours autant de plaisir il y a peu. J'adore "Bandini" mais "Demande à la poussière" reste pour moi au dessus du lot.

Papillon 15/08/2014 18:27



Il faudrait que je relise les autres,pour vérifier...



BMR 07/02/2008 13:47

Et bien comme toi Papillon, cela fait plus de vingt ans que j'ai lu Fante (à la suite de Bukowski, son fils spirituel) et comme il recommence à fleurir sur pas mal de blogs, j'ai été motivé pour ressortir un ou deux volumes de mes étagères (il y a pas moins de 12 John Fante à la lettre F dans ma bibliothèque !), histoire d'assurer la promotion de cet excellent auteur.Je viens de commencer (de re-commencer donc) Le vin de la jeunesse et ça ne semble pas avoir vieilli ...

Papillon 08/02/2008 12:07

Douze ? Je n'en ai que neuf, il faut que je fasse une recherche pour trouver ceux qui me manquent !

Hank 25/01/2008 14:14

Fante ferait il l'unanimité ? On dirait bien, en tout cas, ne comptez pas sur moi pour venir apporter le moindre bémol à votre enthousiasme ! J'ai été completement conquis par la lecture de "Demande à la poussière". Une lecture qui va en appeler bien d'autres du même auteur.

Zorglub 20/06/2007 09:04

tout a fait d'accord avec cette critique ! c'est aussi tout Fante et son fils Dan Fante

Papillon 21/06/2007 23:17

J'ai lu tout John Fante, mais pas encore son fils...

Anne 07/07/2006 08:40

Moi, j'ai découvert John Fante il y a seulement 2 ans (à près de 40 ans!)  avec ce roman justement. Dans ta critique tu retranscris exactement ce que j'ai ressenti! J'ai lu aussi "Mon chien stupide": un concentré d'humour.

Elfe 06/07/2006 09:51

Très très bon souvenir de lecture pour moi également!