L'origine de la violence - Fabrice Humbert

Publié le par Papillon



Première lecture de la sélection du Prix Landerneau et premier coup de cœur, avec pourtant un roman bien sombre.

Au cours d’un voyage scolaire un jeune professeur visite le camp de Büchenwald. Il y est frappé par une photographie d’un détenu qui ressemble trait pour trait à son père. Rentré à Paris, il interroge celui-ci mais se heurte à un mur de silence. Il se livre alors à une enquête minutieuse lève le voile sur un secret de famille enfoui depuis soixante ans. Pour tout savoir sur cet homme, David Wagner, il plonge dans l’horreur de Büchenwald et se lance dans l’exploration du mal absolu. Ce qui le pousse à s’interroger sur sa propre violence, dont il est conscient et qu’il toujours réussi à canaliser dans la pratique de la boxe. Il va alors remonter les fils de l’histoire de sa famille.

C’est un roman qui se situe à l’articulation de l’histoire et la philosophie. Avec une précision chirurgicale, Fabrice Humbert nous présente le camp de Büchenwald et tous ceux qui ont tourné autour du détenu David Wagner : le commandant du camp et sa femme, le médecin, les gardiens. D’où sont venus ce mal et cette violence ? Pour répondre à cette question il se penche sur l’histoire du nazisme. Il fouille, il creuse. D’un côté l’histoire de sa famille, de l’autre l’Histoire. Les deux se rencontrent quand il tombe amoureux d’une jeune allemande, petite-fille d’un colonel nazi… Car ce qui est frappant dans ce roman c’est que tous les personnages même les plus sombres gardent toujours leur part d’humanité, ce qui nous rend cette histoire très proche et nous fait tourner les pages avec ferveur, comme dans un thriller.

Voilà : il faut lire ce superbe roman comme un polar plein de surprises et très finement écrit.


Les avis de : Clarabel - Dominique - Cécile





Le Passage, 2009. – 316 p.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lily 18/05/2009 18:48

C'est le prochain sur ma liste, et visiblement il est magnifique aussi...Quelle belle sélection décidément :)

Papillon 18/05/2009 22:33


Je te souhaite une belle lecture !


lilymousine 18/05/2009 15:26

j'ai vu l'auteur à "la grande librairie" du 7 mai, sur france 5(anciennes émissions visibles sur internet), et il m'avait donné envie de lire son livre.

Papillon 18/05/2009 18:30


Merci du tuyau : je vais essayer de retrouver l'émission


sylire 17/05/2009 22:30

J'ai lu deux livres de la sélection (mes billets la semaine prochaine) et j'ai beaucoup aimé les deux. Je n'ai pas encore lu celui-ci. Oui, la sélection me parait vraiment très bonne.

Elodie+G 17/05/2009 21:51

Je partage tout à fait ton sentiment. C'est le premier livre de la sélection du Prix Landerneau que je lis. Je l'ai lu quasiment d'une traite et ai adoré ! Passionnant et bouleversant, violent et beau à à la fois : une vraie découverte pour moi aussi ! Je poursuis avec Jérôme Ferrari... A suivre !

In_Cold_Blog 17/05/2009 16:52

Décidément, les louanges sont trop unanimes pour que je passe à côté de celui-là

Papillon 17/05/2009 20:34


Ce serait domage en effet : c'est vfraiment bien !


liliba 17/05/2009 12:27

Encore la guerre... mais ce roman me tente malgré tout. Les histoires de passé enfouis qui turlupinent et ressurgissent, ça me plait à chaque fois ! (mon esprit tordu !)

Papillon 17/05/2009 12:56


Alors tu devrais aimer !


Anne 17/05/2009 11:03

Les premiers billets sur les livres du Prix L. sont très prometteurs!

Papillon 17/05/2009 12:56


Oui pourtant la sélecton est assez sombre je trouve...


Leiloona 17/05/2009 10:27

Un roman qui semble faire l'unanimité : comment ne pas le noter ? Bon dimanche !

Papillon 17/05/2009 10:32


Bon dimanche à toi !


Aifelle 17/05/2009 06:44

J'ai déjà noté ce titre chez Dominique, je surligne, je pense qu'il m'intéressera.

Papillon 17/05/2009 09:32


Oui, il est vraiment passionnant. Je vais suivre cet auteur à l'avenir !


cathulu 17/05/2009 06:03

J'ai fait quelques "sondages" dans ce livre et je me demande si je vais réussir à le lire....

Papillon 17/05/2009 09:31


Si tu le commences tu ne pourras plus le lâcher (Je l'ai fini au bureau, chut!!!!) Il ne faut surtout pas selaisser décourager parle côté camps de concentration, parce
que c'est bien autre chose et l'écriture de FH nous rend cttehistoire très proche. Il faut vraiment essayer !