La femme des sables - Kôbô Abé

Publié le par Papillon

 

Il y a quelques jours, j'évoquais dans un billet trois grands écrivains qui m'ont marquée, mais qui sont peu médiatisés. Mon amie Sylvie m'a alors dit: "Je n'en connaîs aucun ! " Qu'à cela ne tienne !  J'ai décidé de faire un peu de recyclage, en republiant des billets concernant ces trois auteurs.

 

Je commence aujourd'hui avec Kôbô Abe, écrivain japonais (1924-1993). La Femme des sables, publié en 1964, est considéré comme son roman le plus marquant. Sa publication valut à Kôbô Abe de nombreux prix littéraires, mais aussi l'exclusion du Parti Communiste dont il était membre depuis 1945.

 

abekobo.jpg

 

Un homme, collectionneur d’insectes, arrive dans un village isolé près de la mer, un village tellement envahi par le sable que la plupart des maisons sont au fond d’un trou qui se remplit inexorablement de sable. L’homme accepte l’hospitalité dans l’une de ces maisons. Au cours de la nuit, il va découvrir l’étrange mode de vie des habitants du village. Et quand, le matin venu, il s’apprête à repartir, il découvre que l’échelle qui lui a permis de descendre au fond du trou a disparu. L’homme est prisonnier. Sa seule obsession désormais va être : comment sortir de ce piège ?

 

C’est une histoire très étrange, peut-être l’histoire la plus étrange que j’ai jamais lue. Il y a peu de personnages, peu d’action, un décor minimaliste et pourtant dès les premières pages s’installe un suspense psychologique qui nous tient en haleine jusqu’à la fin du livre. Toute l’intrigue du roman repose sur cette question : l’homme va-t-il réussir à s’enfuir ? Comment ? L’histoire est vécue au travers des yeux du « prisonnier » et le lecteur assiste aux divers sentiments qui l’envahissent au fur et à mesure que le temps passe : colère, révolte, impuissance, frustration, attente. Et l’homme fait preuve de beaucoup d’ingéniosité pour sortir de son trou. Il essaie successivement la force, la ruse, la violence, l’adresse… Et, finalement, il découvre que la liberté n’est pas où il croyait.

 

Mais le personnage principal de l’histoire, c’est le sable : anatomie du sable, physiologie du sable, psychanalyse du sable. Jamais on n’aura aussi bien parlé de cet élément minéral qui devient vivant sous la plume de Kôbô Abé. Tantôt le sable est décrit comme le meilleur ami de l’homme, et tantôt comme son pire ennemi. Mais le sable reste un élément magique et plein de mystères. Comme le temps qui passe.

 

On peut voir une multitude d’interprétations dans cette histoire de la lutte d’un homme contre un élément. On peut y voir une métaphore de la condition humaine. On peut y lire une interrogation sur le sens de la vie : contre quoi nous battons-nous jour après jour et pourquoi ? On peut y découvrir un négatif de notre société de consommation : un lieu où le bonheur n’est plus lié à ce que l’on possède ou à ce que l’on fait, mais pourquoi on le fait. On peut y voir une cure analytique où un homme malade de sa névrose va vers sa guérison, tout en la refusant. Et c’est ce qui fait la beauté et l’intérêt de ce texte de se prêter à toutes les interprétations, et nous montrer que la vraie liberté n’est souvent pas là où nous la fantasmons.

 

En conclusion : une histoire et une plume qui m’ont profondément marquée.

 

Un extrait :

« Il s’était, dans sa tête, représenté et construit, d’avance, un processus géométrique simple : la réalité s’affirmait rebelle, et, sur quelque point qui lui échappait, en terrible désaccord avec les prévisions de son esprit. »

 

 

Traduit du japonais par Georges Bonneau

Le livre de poche - 1990 - 313 pages.


 

(Billet publié pour la première fois sur ce blog le 26 Juin 2006.)

Publié dans Littérature asiatique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

krol 18/12/2011 15:45


Pour moi aussi, ce livre reste le plus énigmatique, le plus étrange que j'ai lu. Mais je m'y suis parfois ennuyée. Il est toujours très présent dans mon esprit, je garde en mémoire toutes les
images qu'il avait suscitées en moi.

choco 02/12/2011 23:14


Voui, une lacune qui m'agresse ! Surtout que je ne pourrais que l'apprécier comme la version ciné !

Papillon 03/12/2011 17:39



J'en suis sûre.



Marc 01/12/2011 10:57


"Suna no onna"... Un livre magnifique! Mais si tu as aimé, je te recommande encore plus chaudement le film! Je ne sais pas si on peut le trouver facilement car c'est un vieux film en noir et
blanc, sous-titré, mais il est formidable!

Papillon 03/12/2011 17:36



Je j'ai mis sur la liste de Papa Noel !



choco 29/11/2011 20:49


Je n'ai pas encore lu le roman mais vu le film qui est effectivement un chef d'oeuvre ! Et pour info, il existe bien en DVD

Papillon 29/11/2011 21:39



Comment, toi qui aimes tant la littérature japonaise tu n'as pas encore lu Kobo Abe ? Tss tsss...


(et moi, il faut absolument que je trouve ce DVD !)



keisha 28/11/2011 09:05


2006? Hum, le temps ancien pour les blogs, dont j'ignorais l'existence à l'époque.


Un roman japonais qu'on pourrait tenter, finalement. Souvent des univers bizarres, quand même . Mais bon, pas pire que le Paul Auster démarré hier soir, soyons honnête


 

Papillon 29/11/2011 20:48



Ouais, à l'époque mon blog avait deux lecteurs, ce qui explique que ce billet soit passé inaperçu, ce qui est bien dommage car ce roman reste pour moi un grand moment de lecture. Et tu n'as pas
tort d'évoquer paul Auster... "Dans le scriptorium" par exemple, que j'ai adoré, est assez space aussi !



sylire 27/11/2011 21:37


Je n'ai jamais lu cet auteur... Bonne idée ce recyclage.

Papillon 29/11/2011 20:42



Il n'est pas du tout présent sur les blogs mais il mérite vraiment le détour !



Marc Lefrançois 12/05/2010 13:14



J'avais beaucoup aimé ce livre! Je crois même avoir écrit quelque chose dessus quand j'étais étudiant. Et il y a un merveilleux film en noir et blanc, une très bonne adaptation du livre...



patrice lanoy 06/07/2007 09:47

je suis auteur
et moi aussi j'avais oublié/ensablé ce livre
je vais le relire
merci de vos posts
patrice
http://lecomplotdespapillons.blogspot.com/

Papillon 07/07/2007 19:17

Merci à vous d'être passé par ici.

Carel 26/02/2007 17:17

Cette fiche m'a intéressé, parce que je me souviens très bien d'avoir vu il y a dix ou vingt ans (voire plus...) à la télévision (et sans doute tard le soir) un film japonais en noir et blanc qui portait ce titre, et que j'avais trouvé très intrigant. D'après mes faibles souvenirs, c'est bien l'histoire que vous résumez dans la fiche. Du coup, je vais voir à me procurer le livre, et à lancer des recherches pour voir le film !

Papillon 26/02/2007 18:33

Vous trouverez tous les détails sur le film  (que je n'ai pas vu) là :http://www.cinemotions.com/modules/Films/fiche/3879/La-Femme-du-sable.html

lecteurflemmard 23/09/2006 12:13

Et dire qu'après le livre, reste le film à découvrir ! Et que celui-ci ne trahit nullement le roman... Je vous le conseille donc.
 
En passant, très jolie page de "je me souviens"... Plaisir de lecture de quelques souvenir pas très éloignés ;-) Merci.

Papillon 23/09/2006 12:23

On m'a dit, en effet, que le film est un chef d'oeuvre, mais malheureusement je ne sais pas comment faire pour le voir : je ne crois pas que ce genre de film fasse l'objet d'un DVD ...