Une odyssée américaine - Jim Harrison

Publié le par Papillon


Un nouveau roman de Jim Harrison : quel bonheur ! Et dire que j’ai failli ne pas le reconnaître, tant pour moi les romans de Harrison sont intimement liés à la très classieuse couverture des éditions Christian Bourgois. Jim Harrison a changé d’éditeur mais pas de style, merci à lui !

Arrivé à l’âge de soixante-deux ans, Cliff se fait plaquer par sa femme. Depuis que celle-ci s’est remise à travailler, elle est obsédée par l’argent alors que Cliff n’aime que la nature. En plus, il se retrouve à la fois sans logis et sans boulot puisque la ferme sur laquelle il travaillait depuis vingt-cinq ans appartenait à sa femme et va être vendue fort cher à des citadins avides de verdure. Pour couronner le tout, sa vieille et fidèle chienne vient de rendre l’âme. Plus de femme, plus de chien et plus de toit : Cliff prend la route dans sa vieille Ford Taurus avec la vague projet de traverser tous les états des Etats-Unis. Cap à l’ouest : Wisconsin, Minnesota, Dakota…

On retrouve un Jim Harrison moins lyrique mais toujours aussi truculent. Difficile de ne pas penser à Sur la route de Jack Kerouac, mais le propos est différent. C’est le roman d’un homme que le divorce oblige à une remise à question brutale. Peut-on commencer une nouvelle vie passé soixante ans ? Cliff qui fut professeur de lettres, avant de quitter l’enseignement pour l’agriculture, regrette d’avoir un peu laissé de côté son amour de la littérature au profit de son amour de la nature. Son odyssée est le prétexte à se remémorer les années de son enfance et de sa jeunesse et de trouver un nouveau sens à sa vie. L’auteur y poursuit les mêmes obsessions : bonne bouffe, bon vin (français) et belles femmes peu farouches. Et les mêmes amours : les indiens, la pêche, les chiens. Et ce roman est bien sûr un hymne à la beauté de l’Amérique naturelle et sauvage, celle des pionniers et des vastes paysages, des vertes prairies du Wyoming aux déserts de l’Arizona. C’est un régal !


Elles ont aimé : Dominique - Virginie


Traduit de l’américain par Brice Matthieussent.
Flammarion, 2009. – 315 p.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Je n'ai toujours rien lu de Harrison, mais ton billet confirme mon envie d'en lire au moins un et pourquoi pas celui là...
Répondre
K
Je n'ai jamais lu Jim Harrison et pourtant, je n'en ai entendu que du bien!!  Je ne sais pas si je commencerai par ce livre-ci... mais je commencerai un jour!!
Répondre
P

Ce serait vraiment dommage en effet de passer à côté d'un écrivain pareil.. Il faut essayer u moins une fois.


C
Je confirme : Dalva est un des plus beaux livres que j'ai lu :-)))
Répondre
A
j'ai failli l'acheter, mais la libraire (excellente) m'a mis entre les mains "Dalva" en me recommandant de commencer ma découverte de cet auteur avec celui-là. Pas encore commencé, mais tentée, il me semble que c'est un excellent auteur :)
Répondre
P

Ta libraire a eu absolument raison ! Dalva est une merveille : je suis sûre que tu vas adorer


S
Toujours pas lu Jim Harrison non plus . Bon j'espère que ma bibliothèque (on ne dit pas encore médiathèque chez nous), le prendra !
Répondre
P

Je suis sûre qu'il y a plein de romans de Jim Harrison dans ta bibliothèque !


A
Tiens, mais je ne connais pas cet auteur là. Tu me donnes envie de le découvrir.
Répondre
P

>> Jules : je suis sûre que tu vas aimer !

>> Cathe : Retour en terre est tout en haut de ma PAL

>> Keisha : Harrsion est un bonheur pour tous les fans de grands espaces

>> Florinette : oui,je ne suis peut-être pas une lectrice très objective

>> ICB : honte sur toi ! Je suis sûre que tu aimerais en plus !

>> Kathel : j'ai manqué la critique de télérama et c'est tant mieux !

>> Agnès : je suis une inconditionnelle de Jim Harrison, donc je te le conseille vivement !


K
J'adore Jim Harrison, mais une critique assassine de Télérama m'avait découragée d'acheter celui-ci... Ton billet me rassure !
Répondre
I
Comme toi, j'ai été surpris de ne pas reconnaître le Harrison d'"avant", celui de Bourgois (cette couverture fait beaucoup plus cheap).Cela dit, je dois avouer tout honteux que, Bourgois ou Flammarion, je n'ai toujours pas lu Harrison
Répondre
F
Connaissant ton engouement pour cet auteur, j'ai pensé à toi en voyant ce livre et ce que tu en dis donne vraiment envie de le découvrir ! ;-)
Répondre
K
Harrison, nature , sauvage, grands espaces... ça me va!
Répondre