Correspondances

Publié le par Papillon


« Comme de longs échos qui de loin en loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs, et les sons se répondent. »


Charles Baudelaire, Les fleurs du mal.


Etrangement, mes lectures actuelles m’offrent les mêmes échos…

A le fin de La traversée du désert, un roman où il est beaucoup question de marche à pieds, l’auteur évoque Athanase Kircher, personnage central de Là où les tigres sont chez eux, de Jean-Marie Blas de Roblès, gros roman que je viens de commencer (et que je ne suis pas prêt de terminer au train où vont les choses…)

Et dans L’homme qui marchait sur la lune de Howard McCord, il est encore beaucoup question de marche à pieds, et à la fin on croise l’intellectuel Ortega y Gasset, auteur de La déshumanisation  de l’art, très intéressante réflexion sur l’art moderne (billet en cours de rédaction... )

Mes lectures tissent une toile qui m’emprisonne et semblent vouloir me délivrer un message… Lequel ?


Source : guide-maroc.net


Publié dans Ma vie de lectrice

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
Il n'y a plus qu'à...
Au mois de mars/avril, le sahara c'est trop top ! (Je suis allée au Hoggar, mon plus beau voyage...)
Bonne cogitation Papillon
Répondre
P

J'envisageais ça pour fin janvier, en fait....


C
(Oui, alors je pensais plutôt à un truc du genre faut que tu te lances dans la sculpture de canoës dans le désert.... Bref ! ;o))
Répondre
P

Hum... je pensais à quelque chose de moins manuel et plus métaphorique 


A
C'est toujours intrigant ces messages qui nous paraissent obscurs sur le moment et lumineux quand ils s'éclairent.
Répondre
P

Bah.. Comme dit la psychanalyse : "on voit que les signes que l'on cherche"


C
Oui, lequel ?
Tiens-nous au courant du résultat de tes cogitations, c'est vraiment intéressant...
Répondre