L'avenir de l'eau - Erik Orsenna

Publié le par Papillon

Petit précis de mondialisation II


Rentrée littéraire 2008

Il y a quelque années, dans Voyage au pays du coton, Erik Orsenna tentait de nous expliquer la mondialisation à travers un produit de grande consommation : le coton. Il récidive aujourd’hui avec un élément bien plus indispensable et stratégique : l’eau. Car si, pour nous, heureux habitants d’un pays riche, aucun geste n’est plus naturel que d’ouvrir un robinet pour en voir couler une eau fraîche et limpide, ce geste relève du mirage pour la moitié de la population humaine qui dispose au mieux d’une eau polluée, au pire de pas d’eau du tout. Pourquoi ? Et comment le réchauffement climatique va-t-il dramatiser cette situation ?

L’être humain est constitué à plus de 50% d’eau et aucune forme de vie n’est possible sans eau. Mais l’être humain se trouve dans une situation très paradoxale : si la planète qu’il habite est recouverte à 75% d’eau, la plus grande partie de cette eau est impropre à la consommation :

« Water, water everywhere and not a drop to drink… » (Coleridge)

Pour comprendre et nous expliquer les enjeux politiques, économiques et écologiques de l’eau, Erik Orsenna a donc entrepris un tour du monde de deux ans, interrogeant tous les acteurs de la distribution de l’eau : politiques, scientifiques, ONG, agriculteurs, consommateurs.

Le résultat est un livre passionnant, riche en anecdotes et en découvertes, qui se lit comme un roman. Certes, la scientifique que je suis a trouvé l’ensemble un peu brouillon et diffus. Un plan du style « Production / traitement / distribution » ou « Zones arides / zones humides » n’aurait sans doute pas nui à la clarté de l’ensemble. Mais reconnaissons une grande qualité à Erik Orsenna : son talent de conteur qui transforme cette petite molécule en un personnage avec une grosse tête et deux pieds : H20. Et si Erik Orsenna a choisi de faire une exposé résolument géographique, nous baladant de l’Australie à la Chine, de l’Inde à Israël, et du Maroc au Tchad, c’est tout simplement parce qu’on ne peut pas comprendre le problème de l’eau sans connaître la géographie, car l’eau est avant tout un phénomène local. L’eau a ceci de particulier qu’elle est très mal répartie sur le globe : sécheresse d’un côté, inondations de l’autre. A problème local, solution locale, car l’eau étant lourde et fragile, est assez difficile à transporter, d’où obligation pour les voisins de s’entendre sur le partage, et risque de conflit si le dérèglement climatique accentue encore les disparités.

Difficile de résumer un bouquin aussi foisonnant qui aborde autant les aspects économiques du traitement et de la distribution de l’eau que ses aspects technologiques (vive le lombric et le filet à brouillard) ou politiques (public ou privé ?), le tout dans un style limpide, plein d’humour, riche en digressions poétiques, vagabondes ou gourmandes (une mention spéciale à la petite pause œnologique page 335…)

A consommer sans modération.

Un grand merci à Julia Roubaud de Bonnie and Clyde qui me l'a fait parvenir.

L'avis de Fashion, et celui de Laurence.

Fayard, 2008. – 400 p.

Publié dans Essais - Documents

Commenter cet article

sylvie 31/01/2009 18:36

j'ai lu ce livre grâce à l'opération masse critique de Babelio.Moi aussi j'ai beaucoup aimé ce livre par sa forme et son style (je n'ai pas trouvé brouillon) mais agréable à lire et vraiment intéressant...Cependant,j'ai parfois été un peu génée par son pragmatisme exemplaire qui l'empêche de prendre des positions sur la manière de gérer l'eau... public ? privé ? cotée en bourse ? Une étude critique de ce livre trouvée sur internet m'a confortée dans ce sentiment : http://www.eauxglacees.com/IMG/pdf/Critique_Orsenna-V5.pdf

Yv 11/11/2008 20:14

Bonjour, j'ai vu erik Orsenna sur France 5 (La grande bibliothèque) et son enthousiasme ainsi que le vôtre m'encouragerait à le lire, même si ce n'est pas mon genre de lecture habituelle. Mais le sujet m'intéresse bien.

Papillon 11/11/2008 21:06


Ca se lit comme un roman ! Il a vraiment un don pour raconter les histoires.


InFolio 05/11/2008 18:25

Très intéressant. Je n'ai pas lu celui sur le coton, mais comme celui-ci, j'estime que ça peut être intéressant de les lire. Une idée cadeau intéressante pour le noël des parents, tiens... Le style d'Orsenna est intéressant en plus. la grammaire est une chanson douce m'avait beaucoup plu.

Papillon 05/11/2008 20:55


J'ai trouvé celui-ci bien plus passionnant que le premier. Mais le sujet m'intérese tout particulièrement.


fashion 05/11/2008 09:49

Je vois que nous avons le même avis! (même si le côté brouillon m'a échappé mais je suis une littéraire pure et dure, alors...:))))

Papillon 05/11/2008 20:54


Lui aussi visiblement !!! Mais c'est ce qui rend le livre si agréable à lire !


cathulu 05/11/2008 06:17

400 pages, quand même ! j'hésite car je suis un peu allergique au style du Monsieur  même si le thème m'intéresse.