Mr Vertigo - Paul Auster

Publié le par Papillon










En ce mois d'élections présidentielles aux USA, le blogoclub de lecture avait choisi de mettre à l'honneur un écrivain américain et avait arrêté son choix sur Brooklyn follies de Paul Auster, roman que j'avais déjà lu et que j'ai donc remplacé par Mr Vertigo.

Dès les premières lignes, ce roman m'a paru différent de tout ce que j'ai lu de Paul Auster (et j'en ai déjà lu un certain nombre !). L'atmosphère est très dickensienne : nous sommes dans les bas-fonds crasseux de Saint-Louis, Mississipi, au milieu des années vingt. Walt, jeune orphelin débrouillard et à la langue bien pendue, est vendu par un oncle brutal à un bateleur mystérieux qui lui fait une bien étrange promesse : "Si tu viens avec moi, je t'apprendrai à voler."

Mais Walt se retrouve dans une ferme isolée au fin fond du Kansas, pays plat et désertique, où il va subir, sous la férule de Maître Yehudi, une rude initiation, mélange de tortures raffinées et de rugueuse tendresse. Et pourtanr, un jour, le miracle se produit : Walt est capable de décoller du sol. Commence alors pour le jeune garçon une extraordinnaire aventure qui va lui apporter gloire, succès et fortune. Jusqu'àu jour où tout s'effondrera...

Ce roman de Paul Auster, qui démarre comme un conte fantastique, nous plonge dans une Amérique mythique : music hall, Lindbergh, prohibition, gangsters et crise de 1929. C'est un nouvelle variation sur le thème du rêve américain, qui permet au plus miséreux de devenir une étoile, et sur le thème du destin : tout gagner pour tout perdre, encore et encore. Car après la fin de sa carrière de funambule, Walt se reconstruit une existence et trouve à nouveau la réussite avant de tout perdre à nouveau. Et là j'ai commencé à m'ennuyer et à touver que Paul Auster en faisait un peu trop...

J'ai cependant beaucoup aimé l'aspect métaphorique de cette histoire et les plus beaux passages sont ceux où Walt nous explique ce qu'il ressent quand il se ballade et fait des cabrioles à dix pieds au-dessus du sol. Le lecteur a réellement le sentiment de partager cette expérience avec lui :

« En mon for intérieur, je ne crois pas qu'un talent particulier soit nécessaire pour décoller du sol et flotter en l'air. (...) Il faut apprendre à ne plus être soi-même. C'est là que tout commence, et le reste en découle. Il faut se laisser évaporer. Laisser ses muscles devenir inertes, respirer jusqu'à ce que l'on sente son âme s'écouler hors de soi, et puis fermer les yeux. C'est comme ça qu'on fait. Le vide à l'intérieur du corps devient plus léger que l'air alentour. Petit à petit, on finit par peser moins que rien. On ferme les yeux ; on écarte les bras ; on se laisse évaporer. Et alos, petit à petit, on s'élève.
Comme ça. »

Les avis d' Essel, de Carolyn Grey et de Biblionet.

D’autres romans de Paul Auster :
Le livre des illusions
La musique du hasard
Brooklyn follies
Dans le scriptorium


Toutes les critiques du blogoclub sont chez Sylire et Lisa.

Traduit de l’américain par Christine Le Boeuf.
Actes Sud / Babel, 1995. – 399 p.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Violaine 01/03/2010 19:53


A destin extraordinaire, retournements de situations extraordinaires. Il est vrai que Paul Auster a le goût du spectaculaire et ne fait pas dans la dentelle mais l'écriture nous emporte. Pour ma
part, j'ai complètement marché, même si j'ai regretté la trop rapide disparition de Maître Yehudi. Le livre est rempli de personnages hauts en couleurs tout à fait fascinants. C'est une belle
lecture en tout cas et j'ai particulièrement été touchée par le passage que tu cites à la fin de ton billet.


Papillon 02/03/2010 20:55


Oui, toute la première partie est merveilleuse !


céline 20/11/2008 10:23

C'est vrai que ce roman dénote dans la série des Paul Auster mais pas en mal, je trouve. L'humour et l'aventure sont très présents dans ce roman, qui ouvre à une belle réflexion sur l'amitié.

Papillon 20/11/2008 19:43


Effectivement la partie la plus intéressante est celle qui met en scène toute la relation qui se tisse entre Walt et maître Yehudi. C'est sans doute pourquoi je me
suis un peu ennuyée après la moprt du maître...


Joelle 03/11/2008 16:40

Il me tente bien malgré ton avis mitigé ... les thèmes abordés ont l'air différents et me plaisent beaucoup ... allez, je note :)

Papillon 03/11/2008 22:29


J'espère qu'il ta plaira ! (même si moi je me suis un peu ennuyée vers la fin)


liliba 02/11/2008 21:32

J'aime beaucoup Paul Auster en général, mais j'avais adoré Monsieur Vertigo. Quand à Brooklin folies, je l'ai ici depuis sa sortie, mais je ne l'ai toujours pas lu...

Papillon 03/11/2008 22:26


Brooklye follies est très différent, d'une facture beaucoup plus classique.


liliba 02/11/2008 21:32

J'aime beaucoup Paul Auster en général, mais j'avais adoré Monsieur Vertigo. Quand à Brooklin folies, je l'ai ici depuis sa sortie, mais je ne l'ai toujours pas lu...

Karine :) 02/11/2008 14:39

L'aspect métaphorique semble particulièrement intéressant, en tout cas... mais bon, je ne crois pas qu'il fera partie de mes prochains Auster, jen e sais pas trop pourquoi!!

Papillon 02/11/2008 21:04


Il ne m'a certes pas emballée autant que les autres romans de paul Auster, mais je ne regrette pas de l'avoir lu.


anjelica 01/11/2008 20:44

J'ai vraiment bien aimé 'Brooklyn follies' mais je ne pense pas tenter celui là ...J'ai commencé 'le livre des illusions', on verra bien.

Agnès 01/11/2008 19:50

Pour moi comme pour Praline. Si je m'étais arrêtés à celui-là, je n'aurais pas lu tout Paul Auster.

Anna Blume 01/11/2008 18:53

Un des plus beaux de Paul Auster je pense (avec la musique du hasard et le voyage d'anna blume.)

Julien 01/11/2008 18:41

Mr Vertigo était mon premier Paul Auster et je l'ai lu en anglais (tout simplement parce que j'avais envie de lire un livre en anglais et que j'étais tombé sur celui-là dont la couverture m'avait plu...) et j'ai adoré.Depuis, j'ai lu plusieurs autres roman de Paul Auster avec un plaisir variant de grand à très grand.Il y avait effectivement quelques longueurs dans Mr Vertigo mais la parabole et l'ambiance, comme tu le signales, sont enchanteurs !

Papillon 01/11/2008 19:04


Paul Auster est un merveilleux conteur avec toujours des histoires très originales. Celui-ci n'est pas son meilleur, mais j'ai coutume de dire qu'un Auster, même moyen, est toujours un délice !