Un lieu incertain - Fred Vargas

Publié le par Papillon



Revenants, immortels, loups-garous, décidément Fred Vargas n’en finit pas d’interroger les mythes populaires. Dans son dernier roman, c’est au pays des vampires qu’elle nous entraîne.


Lors d’un congrès à Londres, Adamsberg et Danglars assiste à une macabre découverte devant le sulfureux cimetière de Highgate : neufs paires de pieds coupés. Revenus à Paris, ils doivent affronter un meurtre atroce : un vieil homme a été massacré dans son pavillon de banlieue et son corps réduit à l’état de charpie. Dès le début, l’enquête dérape, Adamsberg se demande si les hautes instances de la police ont vraiment envie de le voir résoudre cette affaire. Quant à Danglars, il ne peut oublier la vision macabre de Londres. Les deux affaires seraient-elles liées ?

 

Fred Vargas est vraiment la seule auteure de romans policiers capable de mêler avec autant de bonheur la poésie à la noirceur la plus totale. Ici, on ne court pas après les indices mais on sauve des chatons, on nourrit un chien, on planque un évadé et on fouille des tombes... Jamais de sordide dans les histoires de Vargas, mais des rebondissements à foison, des personnages loufoques, une infinie tendresse pour le genre humain, même dans ses entreprises les plus sinistres. Je ne me lasse pas du commissaire Adamsberg, ni de toute son équipe que je trouve de plus en plus cohérente. J’ai trouvé que la plume de Vargas s’était encore bonifiée et que cet opus, qui flirte avec l’irrationnel, était très réussi.


 

D'autres avis : Cathe Cathulu - Sylvie - Céline -



Viviane Hamy, 2008. – 385 p.

Publié dans Polars & Co

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Lu avec plaisir et intérêt (avec un petit bémol pour les 50 premières pages), heureuse de la manière dont Vargas s'est dépatouillée de cette histoire de vampires :-)
Répondre
M
Je passe mon chemin, je suis trop terre à terre pour suivre ces délires !L'irrationnel est un peu la facilité pour un polar, non ?
Répondre
P

Ah ! mais l'assasin est un être de chair et de sang ! ;-)


A
Comme à chaque fois, j'avançais dans le livre tout en regrettant d'avoir déjà trop avanacé vers la fin..
Répondre
B
Aussi fan que toi !
Répondre
P

:-D


Z
je l'ai terminé hier soir (enfin ce matin très tôt) et je suis encore sous le charme... Plog !
Répondre
P

je vais aller voir ton comentaire, alors !


R
J'ai découvert Fred Vargas cet été avec "L'homme à l'envers". Je crois bien que je vais aussi me laisser tenter par celui-là.
Répondre
P

Les lire dans l'ordre, c'est sympa parce que l'on suit l'évolution de toute l'équipe d'Adamsberg


K
Je n'ai qu'un Vargas de lu... j'ai donc largement le temps d'attendre en poche pour celui-ci!!! Mais je le lirai un jour, j'aime bien celui que j'ai lu à date!
Répondre
P

Vargas, c'est comme le chocolat : tu commence et tu ne peux plus t'arrêter !!!


V
Etrangement, je ne suis pas tombée dans la marmitte Vargas ! Que de retard à combler car je suis vraiment tentée avec ce titre !
Répondre
P

Que de plaisir en perspective ! Je suis sûre que tu vas aimer.


S
Ce nouveeau Vargas est un petit bijou, je ne me lasse pas de son univers ...
Répondre
P

Un univers e plus en plus cohérent, selon moi.


C
Fred Vargas, elle est comme le bon vin, elle se bonifie avec l'âge :-)))
Répondre
P

Et ça se déguste avec le même boheur qu'un bon verre de vin !