Un conte de Noël - Arnaud Desplechin

Publié le par Papillon


Junon apprend qu'elle souffre d'un cancer du sang : seule une greffe de moelle pourrait la sauver. Tous ses enfants et petits-enfants sont mis à contribution pour subir des tests afin de trouver un donneur compatible. Prenant prétexte de cette maladie, Junon et son mari Abel réunissent, fait rarissime, toute leur famille autour d'eux pour les fêtes de Noël. Il y a là Elizabeth, la fille aînée, jeune femme mélancolique dont le fils souffre d'un déséquilibre mental, Ivan le benjamin qui fut aussi considéré comme fou dans sa jeunesse mais que le mariage a rendu heureux, et il y a même Henri, le frère cadet, mauvais garçon, qui fut banni de la famille par sa soeur, cinq ans plus tôt. Ces retrouvailles familiales vont être l'occasion de fous rires, de disputes, de réglements de compte et de secrets dévoilés : la famille, quoi !

J'adore la façon dont Arnaud Desplechin filme. Rarement j'ai eu autant l'impression que l'on me racontait une histoire avec des images. Il filme ses acteurs (tous absolument magnifiques) au plus près, multipliant les gros plans, avec une infinie tendresse. Parfois, il leur laisse la parole dans de longs monologues et on se croirait au théâtre. C'est souvent émouvant et troublant, quelquefois chiant, mais ça ne nuit jamais à l'ensemble. Impossible de ne pas les aimer, tous ces personnages qui nous balancent du rire aux larmes. J'ai bien évidemment complètement craqué pour Henri (Mathieu Almaric) qui cherche à comprendre avec hargne pourquoi sa soeur le déteste tant. Il y a dans cette famille un indicible malaise autour duquel tout le monde tourne. Mais le spectateur sait bien, lui, d'où vient ce malaise, puisqu'on a pris bien soin, dès le début de l'histoire, de lui raconter que cette famille s'est construite autour d'un deuil. Il y a eu, trente ans plus tôt, un fils aîné, qui souffrait d'une maladie du sang (déjà...). Henri ne fut conçu que dans l'espoir de sauver son frère. Mais il échoua dans cette mission, puisqu'il n'était pas compatible... Aujourd'hui, lui seul peut sauver sa mère, puisqu'il est compatible...

Ce film est une réussite totale parce qu'il nous dit que la famille, c'est quand même ce qu'il y a de mieux au monde, malgré ses défaillances et ses malentendus. Il nous le dit avec des rires et avec des larmes, avec de la joie et de la peine, avec de l'amour et de la haine : la vie, quoi.


Film français (2008) d'Arnaud Desplechin,
Avec Catherine Deneuve, Jean-Paul Roussillon, Mathieu Almaric, Emmanuelle Devos, Chiara Mastroianni, Melvil Poupaud, Hippolyte Girardot.
Genre : comédie dramatique : durée : 2h30.



J'en profite pour vous signaler un excellent blog de cinéphile : 
Sur la route du cinéma.

Publié dans Cinéma

Commenter cet article

seldo 02/06/2008 19:42

Avis partagéUn César pour Jean paul roussillon?

Papillon 02/06/2008 22:25


Ce serait vraiment mérité ! Je l'ai trouvé absolument épatant dans tous les registres : tendre, triste, taquin, amoureux et très crédible en mari de Deneuve !


Cathe 27/05/2008 09:50

Moi aussi, je l'avais repéré ce règlement de compte familial ;-)) A voir donc...

Papillon 27/05/2008 22:14


Un excellent film !


amanda 26/05/2008 09:00

que j'en entends du bien, de ce film, à voir donc à voir !

Caro[line] 25/05/2008 22:34

La bande-annonce me tentait déjà bien, ton avis me confirme qu'il faut que je prenne le temps d'aller le voir !

cathulu 25/05/2008 06:45

Ah tu me tentes bien! Règlements de  comptes en famille j'adore ça (en fiction :))

Papillon 25/05/2008 13:02


Moi aussi ! J'adore les histoires de famille.