Auprès de moi toujours - Kazuo Ishiguro

Publié le par Papillon


C’est le troisième roman de Kazuo Ishiguro que je lis, et j’ai retrouvé avec

beaucoup de plaisir la même atmosphère que dans les deux précédents, quoique dans un univers complètement différent.


Kathy, Ruth et Tommy ont grandi à l’Institut Hailsham, étrange pensionnat perdu dans la campagne anglaise, où on leur a appris à considérer leur vie comme très précieuse. Dix ans plus tard, Kathy revisite son enfance heureuse et analyse l’impact qu’elle a eu sur sa vie d’adulte.


C’est un roman d’anticipation que nous offre ici Kazuo Ishiguro et c’est un peu déstabilisant au début, car il nous plonge dans un monde déroutant dont nous ne connaissons ni les codes ni le langage. Pendant un tiers du roman, on ne comprend rien à ce qui se passe, mais on persiste parce qu’on s’attache à ces trois ados. Kazuo Ishiguro pratique une esthétique du dévoilement progressif, distillant ses indices au compte-gouttes et ferrant son lecteur à son hameçon…


Ce qui intéresse Kazuo Ishiguro au premier chef ce sont les relations humaines, et notamment cette ambiguïté qui existe souvent entre hommes et femmes, quand le sentiment oscille entre désire et amitié. Il met toujours en avant l’analyse psychologique, le décorticage minutieux, voire obsessionnel, des sentiments à travers le prisme du souvenir.


Dans ce roman d’anticipation j’ai surtout vu une subtile allégoriede la vie humaine, entièrement soumise au destin (dieux, savants ou politiciens : qu’importe, au fond, il y a toujours quelqu’un qui tire les ficelles), où seul l’amour peut éloigner l’idée de la mort. Mais cet amour est destiné à rester espoir, fantasme ou rêve enfui.


C’est finalement une vision assez noire du monde que met en scène Kazuo Ishiguro, puisque la fin révèle que l’art, la culture et l’éducation, loin de nous protéger contre les vicissitudes de l’existence ne font au contraire que nous rendre plus sensibles à la cruauté du monde.

Tous les liens vers d'autres avis sont chez Joelle.


Traduit de l’anglais par Anne Rabinovitch.

Editions des Deux terres, 2006. – 441 p.

Commenter cet article

luocine 29/09/2010 12:52



je viens de lire ce livre, et je le trouve remarquable. A la fin de mes articles je mets toujours un lien vers un autre bolg dont j'apprécie la critique ; J'ai donc mis un lien vers votre
article. J'espère que cela  ne vous dérange pas.
Amicalement


Luocine


http://luocine.over-blog.com/



Papillon 30/09/2010 22:01



ça ne me dérange pas, merci à vous. J'aime tout ce que fait cet auteur.



Keana 22/12/2009 12:06


Premier livre de Kazuo Ishiguro que j'ai lu et ça m'a surpris au début, pui j'ai beaucoup aimé. Mais ce qui était dommage c'est que je savais une partie importante de l'histoire, donc le suspens
était moins présent.


Papillon 22/12/2009 21:01


Tous ses livres sont des merveilles ! Mais celui-ci, effectivement, nécessite de ne rien savoir de l'histoire...


florinette 22/04/2008 12:03

Je vais bientôt l'acheter surtout depuis qu'il est en format poche ! ;-)

Papillon 22/04/2008 21:42


C'est en effet le moment de découvrir ce livre, avec sa sortie en poche.


yueyin 21/04/2008 12:48

Décidément il me tente terriblement ce roman, j'aime kazuo ishiguro et ce que tu en dis me confirme dans mes tentations :-)))

Choupynette 21/04/2008 12:38

Je viens de voir le film de Jams Ivory adaptant de cet auteur Les vestiges du jour. SI tu as aimé le livre, je te le conseille vivement!

BelleSahi 20/04/2008 11:28

Joelle, toi, je note !

Pascal Djemaa 18/04/2008 22:30

Bonsoir, je vous convie à la découverte consacré au cinéma et à mes ouvrages. Pascal Djemaa.

Karine 18/04/2008 12:40

J'avais beaucoup aimé ce roman.  J'en étais sortie bouleversée!

Joelle 18/04/2008 11:52

On a les mêmes lectures en ce moment ... je viens juste de le terminer et mon billet est prêt pour demain ! Je vais rajouter un lien vers le tien !

Anne 18/04/2008 09:43

Un roman qui m'avait pas mal chamboulée.