Journal - Hélène Berr

Publié le par Papillon

Elle avait vingt et un ans.

Elle était belle, intelligente et cultivée.

Elle étudiait la littérature anglaise, jouait du violon et aimait passer ses dimanche à la campagne.

Elle aurait pu avoir la vie devant elle, mais elle était juive dans la France de Vichy.

Hélène Berr commence son journal en avril 1942, « pour ne pas oublier, parce qu’il ne faut pas oublier. ». C’est le moment où les lois anti-juives se multiplient, et avec elles, les persécutions. Interdiction pour les juifs de se présenter aux concours administratifs, d’aller au théâtre, dans les magasins, et bientôt obligation de porter l’étoile jaune. Mais, malgré cette ambiance d’angoisse et d’humiliations, Hélène semble mener la vie de toute jeune fille : les cours à la Sorbonne, la musique avec son petit orchestre familial, les promenades, les sorties, les livres lus, l’amour.

« C’est le premier jour où je me sente réellement en vacances. Il fait un temps radieux, très frais après l’orage d’hier. Les oiseaux pépient, un matin comme celui de Paul Valéry. Le premier jour aussi où je vais porter l’étoile jaune. Ce sont les deux aspects de la vie actuelle : la fraîcheur, la beauté, la jeunesse de la vie, incarnée par cette matinée limpide ; la barbarie et le mal, représentés par cette étoile jaune. »

Mais la nasse se resserre. En juillet, c’est la rafle du Vel d’hiv. Dès le lendemain, Hélène devient bénévole dans une association qui s’occupe des orphelins juifs. Puis son père est arrêté et envoyé à Drancy. Il en sortira quelques semaines plus tard contre paiement d’une rançon. Hélène tente désespérément de se raccrocher à sa vie d’étudiante, mais elle sent chaque jour douloureusement le fossé qui la sépare des gens « normaux », les autres, ceux qui ne risquent pas l’arrestation à tout moment, ceux qui ne sont pas stigmatisés dans chacun des gestes de leur vie quotidienne, ceux qui ne savent pas.

Elle interrompt son journal en novembre 1942 quand son fiancé décide de quitter Paris pour rejoindre les Forces françaises libres. Elle le reprend en août 1943, dans le but cette fois de laisser une trace :

« Car comment guérira-t-on l’humanité autrement qu’en lui dévoilant d’abord toute sa pourriture, comment purifiera-t-on le monde autrement qu’en lui faisant comprendre l’étendue du mal qu’il commet ? »

Autour d’elle le vide s’est fait : amis, parents et relations sont les uns après les autres arrêtés et déportés. Et pourtant la famille Berr refuse toujours de quitter Paris. Hélène tente tant bien que mal de se raccrocher à ses études et à son rôle de bénévole. Mais dans cette seconde partie, son ton se fait beaucoup plus grave. Elle relate tous les évènements tragiques dont elle a connaissance : arrestations, tortures, exécutions. Mais elle mène aussi une véritable réflexion sur la guerre, le bien et le mal, le nazisme. Il y n’y a pourtant chez elle nulle haine. Toute son énergie est tournée vers les autres : ceux qui sont « partis » et dont elle est sans  nouvelles, ceux qui restent et doivent affronter solitude, angoisse et souffrances. Elle ne se fait aucune illusion sur son avenir :

« Penser que si je suis arrêtée ce soir (ce que j’envisage depuis longtemps), je serai dans huit jours en Haute Silésie, peut-être morte, que toute ma vie s’éteindra brusquement, avec tout l’infini que je sens en moi. »

Son journal se termine sur ces mots empruntés à Shakespeare : « Horror, horror, horror. »

Hélène Berr a été est arrêtée le 8 mars 1944. Elle est morte au camps de Bergen-Belsen en avril 1945, à l’âge de vingt-quatre ans.

C’est peu de dire que ce livre m’a bouleversée. J’en suis sortie en larmes avec le sentiment d’avoir perdu une amie précieuse trop peu connue. Car c’est en grande partie sur la personnalité de l’auteure que repose la valeur de ce journal, jeune femme brillante, généreuse, humaniste, d’une force de caractère assez peu commune. Et son témoignage écrit au jour le jour nous permet de voir de l’intérieur ce que fut cette époque horrible pour les juifs. Et ce qui rend terrible ce témoignage c’est ce que nous savons aujourd’hui de l’horreur de ce que furent les camps de concentration. Nous savons, nous lecteurs, vers quel enfer sont partis Hélène et tous les siens. Et nous aimerions penser que tous ces innocents ne sont pas morts pour rien. C'est pourquoi nous devons lire et faire lire ce livre, témoignage exceptionnel d'une femme exceptionnelle.

L'avis d'Amanda.

Editions Tallandier, 2008. - 300 p.

 

Commenter cet article

Sophie 01/03/2017 16:49

Quelles*

Sophie 01/03/2017 16:49

Queppes sont les peronnages principaux ayant une influence dans ce livre ?

Nicolas 28/09/2009 00:35


C'est vrai qu'elle écrit très bien. Hélène Berr a une maturité et une sagesse étonnantes. Vraiment un excellent et bouleversant témoignage.


Ankya 11/05/2009 07:53

Ce livre a l'air très intéressant, mais ne serait-ce pas un "autre" journal d'Anne Frank ?

Papillon 11/05/2009 19:55


En fait, c'est très différent. Anne Franck était une très jeune fille qui vivait enfermée dans un grenier. Hélène Berr est une adulte qui a une vraie réflexion sur la
guerre et le nazisme. Elle n'est pas enfermée, mène une vie presque "normale" jusqu'à son arrestation et elle dépeint le paris de l'Occupation d'un point de vue inhabituel. Elle écrit très bien, en
plus. C'est vraiment passionnant et très émouvant.


sylvie 28/04/2008 11:27

je l'ai déjà noté, je souligne alors!

yves sautet 20/04/2008 12:06

Ce livre est magnifique, d'autant plus émouvant que nous savons comment tout celà s'est terminé, Hélène elle ne faisait que le pressentir. Je lis beaucoup et c'est ma meilleure lecture depuis longtemps.

Cimmeria 10/04/2008 11:08

Ce livre a l'air magnifique!Je n'en avais jamais entendu parler...Merci pour cet avis!

alain 08/04/2008 18:28

J'ai aussi beaucoup aimé ce livre. Très dur de savoir avant Hélène ce qui va lui arriver..

Papillon 08/04/2008 21:20


C'est aussi le sentiment que j'ai eu...


anjelica 08/04/2008 13:24

j'ai beaucoup lu et vu sur cette période. Je le note mais je ne sais quand ...Je ne veux pas être pessimiste mais je ne crois pas que les hommes ont compris quoi que ce soit aux leçons de l'histoire, quels qu'ils soient !

Papillon 08/04/2008 21:22


je ne crois pas non plus, hélas ! Quand je vois comment on traite les sans papiers aujourd'hui...


Gambadou 05/04/2008 19:52

Je veux vraiment le lire celui là.

Papillon 08/04/2008 21:24


je le conseille ABSOLUMENT !!!