Bartleby le Scribe - Herman Melville

Publié le par Papillon


Voilà un petit classique qui prenait la poussière dans ma PAL depuis des mois et que je me suis décidée à ouvrir par un pluvieux dimanche.

 

Un notaire de Wall Street engage un nouveau scribe pour copier des textes juridiques dans son étude. Bartleby est un grand type maigre et taciturne, acharné à son travail qui donne toute satisfaction à son patron. Jusqu’au jour où celui-ci lui demande d’effectuer un travail de relecture et s’entend répondre : « Je préfèrerais pas ». D’abord surpris, le notaire réitère fermement sa demande et reçoit la même réponse. Complètement interloqué par cette fin de non recevoir de la part d’un employé si appliqué, il n’insiste pas. Mais par la suite, cette réponse énigmatique « Je préfèrerais pas » revient de plus en plus souvent dans la bouche de Bartleby à chaque demande de son patron. Le notaire se trouve coincé entre deux désirs contradictoires : faire obéir son employé ou, à défaut, le renvoyer ; ou faire preuve de charité envers un homme si démuni et visiblement dépourvu de la moindre famille.

 

Cette nouvelle est très étrange. Elle débute sur le mode burlesque quand le notaire, si sérieux, nous présente ses employés, plus ou moins déjantés. Puis peu à peu l’atmosphère de cette étude poussiéreuse devient lourde et angoissante. Que veut Bartleby ? Pourquoi son patron est-il incapable de le mettre à la porte manu militari ? La fin est tout aussi énigmatique, mais fait frémir, tant elle nous montre que l’incapacité de dire « non », tout autant qu’un excès de charité peuvent nous conduire dans des situations sans issue.


 

Une fin sur laquelle je n'ai personnellement pas fini de méditer.

 

 
Traduit de l’américain par Pierre Leyris.
Folio, 1996. – 99 p.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

eeguab 24/06/2008 15:50

Comme je l'ai déjà dit chez Fantasio:envoûtant...

Papillon 24/06/2008 20:59


Très étrange, en effet !


yueyin 14/04/2008 09:59

Trop intriguée, je note avec enthousiasme : un classique en plus que demande le peuple :-))

Papillon 15/04/2008 21:43


Je répète: c'est une petite nouvelle très étonnante !


Lou 05/04/2008 22:39

Je ne sais plus si j'ai déjà lu Melville ou pas, mais ce titre m'intrigue quoi qu'il en soit !:)

Papillon 08/04/2008 21:23


Et le contenu est intrigant aussi !!!


Lisa 04/04/2008 20:31

Ton commentaire est intriguant, et la couverture séduisante: deux bonnes raisons de le noter!

In Cold Blog 01/04/2008 21:36

Chapeau Papillon, pour avoir réussi à me donner envie de lire un "classique" !

Papillon 01/04/2008 22:37


@ tous : de toute faon il est tout petit : il sera vite lu !
et j'aimerais vraiment avoir d'autres avis sur cette petit histoire étonnante.

@Soiwatter : daniel pennac semble avoir été très marqué par ce livre !

une phrase à retenir : "je préfèrerais pas" !!!!


Tamara 01/04/2008 16:48

Tu n'as pas honte, Papillon, d'attiser ainsi notre curiosité ?? Pff, c'est diablement intrigant !!! Je ne sais si je pourrai résister...

erzébeth 01/04/2008 15:03

Le nom de "Bartleby" ne m'était pas inconnu, mais j'aurais été incapable de le raccrocher à ce texte (que pour le coup, je ne connaissais pas !). La couverture me plaisait déjà beaucoup, mais ton avis m'intrigue encore plus. C'est décidé : je le lirai ! :-)

Soïwatter 01/04/2008 10:52

"Je préfèrerais pas" : Je m'ai jamais lu cette nouvelle de Melville, mais cette citation me rappellera toujours "des chrétiens et des maures" de Pennac (Eh! oui, je suis un grand fan de Malaussène)

Joelle 01/04/2008 09:21

Nous voilà toutes très intriguées par ton billet !! Bon, il ne me reste donc qu'à noter ce titre pour savoir :)

cathulu 01/04/2008 06:54

Pennac avait aussi beaucoup parlé de ce livre vraiment particulier.