Cochon d'allemand - Knud Romer

Publié le par Papillon


romer.jpgKnud est un petit garçon danois qui vit sur une île, un peu morne et  ennuyeuse. Mais si sa vie est un cauchemar jour après jour, c’est uniquement parce que sa mère est allemande. Nous sommes dans le Danemark de l’immédiat après-guerre où allemand rime forcément avec nazi. L’auteur raconte son enfance entre ses parents qui s’adorent mais sont coupés de toute vie sociale. Et la mère de Knud, femme orgueilleuse, refuse d’abandonner sa culture et ses traditions au profit d’une « assimilation » qui lui faciliterait pourtant la vie. Elle élève donc son fils dans la tradition allemande, faisant de lui le souffre douleur de toute son école.

 

Ce roman m’a beaucoup rappelé Sang impur de Hugo Hamilton, qui raconte exactement la même histoire, mais en Irlande, ce qui prouve combien dans toute l’Europe traumatisée par la guerre, s’est développé un fort sentiment anti-allemand. Au début, j’ai été un peu déroutée par la construction, car Knud Romer raconte l’histoire de toute sa famille, autant paternelle que maternelle, mais dans le désordre, nous faisant allègrement sauter des années vingt au début du siècle, et des années de guerre aux années cinquante. Des tas de personnages se succèdent, à tel point que j’ai dû prendre un papier et un crayon pour dessiner l’arbre généalogique de la famille afin de pouvoir m’y retrouver. Et cette famille est peuplée de gens plus étonnants les uns que les autres, depuis le grand-père novateur qui rêve de faire fortune avec ses idées révolutionnaires mais échoue tout le temps, jusqu’à la tante confite en dévotion, en passant par la grand-mère qui a été complètement brûlée pendant la guerre.

 

Mais le personnage central du récit reste bien évidemment la mère, pour qui ce livre a été écrit en forme d’hommage. Et cette femme a eu un destin étonnant. Orpheline de père très jeune, elle est envoyée chez une tante inconnue pendant que sa mère se remarie. Il lui faut ensuite faire la conquête d’un beau-père indifférent. Quand enfin elle y parvient, la guerre éclate. Faisant partie d’un groupe de résistants anti-nazis, elle voit son fiancé fusiller pour haute trahison et doit s’exiler en Suisse. A la fin de la guerre, elle traverse la moitié d’une Europe dévastée pour retrouver sa famille. Son beau-père étant ruiné et sa mère défigurée, elle doit prendre en charge la famille. Et quand enfin elle parvient au Danemark, où elle croit trouver un pays de conte de fées, et où elle rencontre le grand amour, on aurait envie qu’elle puisse souffler et profiter du simple bonheur de vivre. Au lieu de cela, elle devient une paria. Seul son orgueil et son adoration pour son mari lui permettent de garder la tête haute.

 

Ce livre, truffé d'anecdotes tragi-comiques, est très émouvant, parce qu’il nous fait voir la seconde guerre mondiale du côté allemand et nous donne à réfléchir sur les jugements que nous portons souvent sur autrui, non pour ce qu’ils sont mais pour ce qu’ils représentent. En nous racontant l’histoire de ses deux familles, Knud Romer nous montre combien les gens sont finalement très semblables d’un côté ou l’autre de la frontière, même si leurs traditions divergent.


Ont été conquis par cette famille extravagante :
InColdBlog, Alice, Lily, Fashion, Cathe, Bernard, Anne-Sophie, Chiffonnette, Amy, Elfe, Cathulu, et Florinette.


Traduit du danois par Elena Balzamo.
Les Allusifs, 2007. – 187 p.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

damouredo 24/03/2009 13:35

Hymne à l'amour...j'ai trouvé qu'il était aussi très agressif vis à vis de sa mère, non ?

bunee 13/11/2008 23:17

je me suis mal exprimée :)La ballade d'Iza, de la hongroise Magda szabo, c'est chez viviane hamy (un autre editeur que j'adore), pas chez les allusifs (qui sont en effet une maison d'édition qui ne m'a jamais déçu non plus)Oh la la faut que j'arrete de faire du droit, moi ... tout de travers ! 

bunee 12/11/2008 22:18

Perso, j'ai super honte: j'ai acheté le bouquin a cause de la couverture Porcine (un peu comme pour la balade d'Iza, vous savez, la couverture avec un mignon lapinou?)Ceci dit je ne regrette pas. Je commence à adorer cet éditeur, je suis toujours tombée sur des trucs chouettes (non, ce post n'est pas un bestiaire fantastique) 

Papillon 13/11/2008 20:57


Je ne connais pas La balade d'iza mais je suis d'accord sur le fait que c'est une super maison d'édition qui ne m'a encore jamais déçue !


Joelle 23/03/2008 23:59

J'aurais du faire comme toi : un arbre généalogique pour ne pas me perdre ! Mais je ne l'ai pas fait et je n'ai finalement que moyennement aimé ce court livre. Certaines anecdotes m'ont vraiment touchée mais d'autres m'ont laissée plutôt froide (sûrement parce que je réfléchissais trop à qui était qui !)

Papillon 24/03/2008 21:51


Oui le construction est un peu compliquée mais mon petit graphique m'a beaucoup aidée à m'y retrouver !


kathel 21/03/2008 17:43

Je ne sais pourquoi, "Sang impur" m'attire moins que celui-ci, et heureusement, car je compte bien me le faire prêter !

Papillon 21/03/2008 21:37



A mon avis, Sang impur est meilleur...



Karine 21/03/2008 14:44

Malgré tous les avis positifs, je n'étais pas encore réellemetn décidée... et voilà que je le suis!  Je vais donc souligner!!! ;)

florinette 21/03/2008 10:54

C'est un joli et émouvant hommage qui mérite d'être lu !!

Papillon 21/03/2008 21:33



Un petit livre qui donne à réfléchir sur les préjugés...



Chloe Clafoutis 21/03/2008 10:48

Très bonne idée, j'avais lu sang impur, je vais me procurer celui-là !
Chloé Clafoutis

Papillon 21/03/2008 21:32



Après Sang Impur, tu seras paut-être déçue...



In Cold Blog 21/03/2008 10:06

Je pourrais mettre mon nom en bas de ton billet, car il reflete exactement ce que j'ai ressenti pour ce roman.

Papillon 21/03/2008 21:31



;-)



Cathe 21/03/2008 09:13

Tu as eu raison de faire un schéma, j'aurais dû faire la même chose car j'ai beaucoup aimé ce récit mais ai été un peu perdue dans les va-et-vient :-) Et en effet il y a beaucoup de points communs avec le très beau "Sang impur" !

Papillon 21/03/2008 21:31



Quand on sait qui est qui on suit bien lieux les fils ;-)