La mégère apprivoisée - William Shakespeare

Publié le par Papillon



megere.jpg

© Comédie-française / Brigitte Enguérand

 

J'ai pour cette pièce de Shakespeare une tendresse particulière depuis que j'en ai vu la version filmée de Franco Zefirelli avec Elizabeth Taylor et Richard Burton. Je me suis toujours sentie une parenté avec cette jeune Catarina qui refuse d'être traitée comme une potiche fragile mise aux enchères au plus offrant. Cette pièce est rarement jouée car elle est considérée comme trop machiste. Aussi ne pouvais-je manquer cette production de la Comédie Française, malgré les critiques mitigées lues ici ou là.

 

Shakespeare utilise dans cette pièce le procédé du théâtre dans le théâtre qui sera repris avec brio par Corneille dans l'Illusion Comique, et qui pose d'emblée le postulat majeur de l'œuvre de Shakespeare : la vie est une scène où chacun joue un rôle. Dans le prologue, un ivrogne s'endort dans un fossé. Il y est débusqué par une troupe de chasseurs qui décident de lui faire une blague : ils vont le transporter dans un lit douillet, lui présenter les mets les plus raffinés et les vêtements les plus soyeux. Se croira-t-il dans un rêve ou pensera-t-il être devenu un seigneur ? Pour compléter l'illusion, ils lui présentent une pièce de théâtre…

 

Apparaît donc sur la scène une deuxième scène, un de ces théâtres ambulants qui étaient courants au XVIIe siècle : quelques tréteaux, des portants avec les costumes de scène et des portes battantes figurant les coulisses.

 

Nous sommes à Padoue et le riche seigneur Battista est bien ennuyé : il a deux filles à marier. Elles sont toutes deux fort jolies, mais tandis que la cadette Bianca est douce comme une colombe, l'aînée Catarina est arrogante, hautaine et belliqueuse. Bianca a deux prétendants qui se disputent sa main, mais Battista a décidé que Bianca resterait bouclée à la maison tant que Catarina n'aurait pas trouvé un mari. Les deux prétendants de Bianca vont donc faire alliance pour mener à bien cette mission impossible. Or justement débarque à Padoue un gentilhomme de Vérone qui cherche une femme. Qu'importe sa beauté, son âge ou son caractère : seule la dot l'intéresse. Petruccio est sûr de dompter Catarina. Y parviendra-t-il ?

 

Cette pièce, l'une des premières comédies de Shakespeare, est une joyeuse bouffonnerie et Oskaras Korsunovas en donne une mise en scène débridée, haletante, réjouissante qui évoque la comedia dell'arte, tout en fourmillant de trouvailles scéniques et de références culturelles décalées mais drolatiques, comme ce duel vocal entre deux prétendants où l'un la joue hip-hop et l'autre rock'n roll. La musique est d'ailleurs, dans cette mise en scène, un personnage à part entière.

 

Oskaras Korsunovas réinvente complètement Catarina qui n'est plus la jeune fille "dressée" par son mari, mais la femme moderne qui revendique son identité et ce qui, au final, réunit Petruccio et Catarina, c'est l'amour le plus romantique…

 

Un spectacle réjouissant parfaitement servi par une troupe de jeunes comédiens absolument époustouflants !

 

 

Comédie française - salle Richelieu, jusqu'au 5 juillet 2008,

Traduction de François-Victor Hugo, mise en scène d'Oskaras Korsunovas, scénographie de Jurate Paulekaite, costumes de Virginie Merlin, musique originale de Gintaras

Sodeika.

Avec Michel Favory, Anne Kessler, Bruno Raffaelli, Alain Lenglet, Françoise Gillard, Jérôme Pouly, Nicolas Lormeau, Roger Mollien, Christian Gonon, Christian Cloarec, Julie Sicard, Pierre Louis-Calixte, Loïc Corbery, Benjamin Jungers, Adrien Gamba-Gontard.

 

 

Publié dans Théâtre - Opéra

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Soïwatter 11/02/2008 10:56

Moi qui avais envie d'aller le voir, me voici convaincu...

Papillon 11/02/2008 23:23

J'ai écouté hier la critique du "Masque et la plume" et ils n'ont pas du tout aimé !

Choupynette 10/02/2008 16:27

Voilà une pièce de Shakespeare que je n'ai aps encore lue.. elle a l'air très bien!bon dimanche!

Papillon 10/02/2008 18:19

Shakespeare est l'un de mes auteurs favoris mais paradoxalement je l'ai peu lu : je préfère de loin voir ses pièces sur scène, chaque fois que j'en ai l'occasion.

Karine 10/02/2008 13:46

Honte à moi, je n'ai jamais lu la pièce de Shakespeare...  ni la version à l'écran avec Elizabeth Taylor... mais j'ai vu l'adaptation "ado" avec Heath Ledger et Julia Stiles et depuis, je me dis que je vais lire la pièce!  Voilà qui me remet ceci en mémoire!