Et Nietzsche a pleuré - Irvin D. Yalom

Publié le par Papillon


yalom2.jpgVienne 1882. Le Docteur Breuer est un des médecins les plus célèbres de son époque et sa réputation déborde largement les frontières de l’Autriche. Son diagnostic réputé infaillible attire à lui des malades de toute l’Europe. Mais si Lou Salomé, jeune aristocrate russe, vient le consulter ce n’est pas pour elle-même mais pour son ami Nietzsche. Lou Salomé et Nietzsche ont vécu une liaison amoureuse aussi brève et ardente que platonique. Depuis la rupture, Nietzsche est désespéré et accumule les malaises : migraines, fièvres, douleurs oculaires. Lou Salomé a décidé de l’aider en lui faisant rencontrer Breuer. D’abord choqué par les manières si peu conventionnelles de la jeune femme, mais complètement subjugué par son charme, Breuer finit par accepter. Un plan est conçu pour faire venir Nietzsche à Vienne. Le philosophe, encore inconnu, est un homme solitaire, fier et arrogant qui refuse absolument d’admettre qu’il a besoin d’aide. Alors Breuer lui propose un marché : il s’engage à soigner ses douleurs physiques : en échange, Nietzsche avec sa philosophie l’aidera à gérer ses angoisses existentielles. Le médecin ignore qu’il va se trouver pris à son propre piège…

 

Tous les personnages qui apparaissent dans ce roman ont vraiment existé, mais la rencontre entre Nietzsche et Breuer n’a jamais eu lieu. C’est tout le talent d’Irvin Yalom de nous faire croire à la réalité de ces entretiens, en s’appuyant sur les faits historiques, sur les textes de Nietzsche et surtout sur sa propre pratique de psychiatre. Le docteur Breuer est passé à la postérité pour avoir été le professeur du jeune Sigmund Freud, et surtout pour avoir le premier appliqué la « cure par la parole » à une patiente hystérique. En 1882, Breuer est au faîte de sa carrière. Il a tout pour être heureux : famille, argent, gloire. Et pourtant, il se réveille toutes les nuits avec le cœur battant, il brûle de désir pour une de ses patientes, ne supporte plus sa femme et s’interroge sur son avenir. Insensiblement, et contre son gré, il glisse sous nos yeux du statut de médecin à celui de patient. Pour ne pas avoir à parler, Nietzsche écoute, interroge, conseille. Les deux hommes inventent ainsi la psychothérapie.

 

A travers un roman historique, Irvin Yalom nous offre un brillant thriller psychologique dans lequel on retrouve certains de ses thèmes favoris : le lien très ambigu qui unit le thérapeute à son patient, la libération par la parole, le manipulateur manipulé. Sans un mot de théorie psychanalytique, il met en scène tous les éléments classiques d’une analyse. C’est un régal à lire, c’est émouvant, ça nous interroge, nous bouscule, nous renvoie à nos propres faiblesses.


Merci, merci à Cuné pour cette découverte !

 

Traduit de l’américain par Clément Baude.
Galaade éditions, 2007. – 430 p.

 


Commenter cet article

Gachucha 26/01/2008 14:06

Cuné m'avait déjà donné très envie , tu ajoutes à mon impatience! (le livre est en commande)

Papillon 26/01/2008 20:57

@ toutes : que celles qui n'aiment pas les romans historiques se rassurent : le contexte historique est à peine esquissé. Il s'agit presque d'un huis clos à deux personnages. Et il n'y a aps non plus l'aspect burlesque de Mensonges sur le divan.

Florinette 26/01/2008 12:02

Comme Cathulu, je ne suis pas tentée par les romans historiques, mais ton billet m'a captivée à tel point que je n'ai pu résister à noter ce livre, c'est déjà un premier pas !! :-)

Emeraude 26/01/2008 09:48

tu m'avais déjà donné envie avec mensonge sur le divan, là c'est sûr, je note !!!

Choupynette 26/01/2008 00:20

Ma curiosité est piquée!

Karine 26/01/2008 00:15

Je sens que je vais noter!  L'idée à la base m'intéresse et après m'être tout presque tout tapé Nietzche (c'était l'idole d'un de mes profs de philo quand j'étais au cégep)... je suis pas mal intriguée!

Moustafette 25/01/2008 12:55

Je le lirai sans doute malgré le sentiment mitigé que m'avait laissé "mensonges sur le divan".

Cathe 25/01/2008 09:03

Je l'avais commencé en septembre dernier mais j'avais trop de livres de la rentrée littéraire à lire pour le boulot et je l'ai laissé. Mais ça me plaisait bien. Là j'ai apporté "Mensonges sur le divan" à la maison... mais mon mari me l'a déjà piqué ;-)))

Cune 25/01/2008 07:05

Je suis très contente que ce roman ait trouvé une lectrice à même de l'apprécier, merci Papillon !

cathulu 25/01/2008 06:37

Les romans "hsitoriques" en général, je passe mais là tu arrives à me tenter ! :)