Comment cuisiner son mari à l'africaine - Calixthe Beyala

Publié le par Papillon


beyala.jpgMademoiselle Aïssatou est une ravissante jeune femme, bien dans sa peau jusqu’au jour où elle s’éprend de son voisin, Monsieur Bolobolo, qui semble parfaitement indifférent à ses charmes. Pour le séduire, Mademoiselle Aïssatou va renoncer à ses régimes minceur et à ses menus insipides pour se remettre à cuisiner à l’africaine comme sa mère le lui a appris, n’épargnant ni les épices, ni les mélanges exotiques.

Calixthe Beyala a une écriture imagée et goûteuse, mais son petit roman n’a pas réussi à me convaincre. Son originalité principale réside dans la présence à la fin de chaque chapitre d’une recette typiquement africaine : tortue de brousse aux bananes plantains vertes, antilope fumée aux pistaches, boa en feuilles de bananier ou encore crocodile à la sauce tchobi. Pour les amateurs de curiosités culinaires.



D'autres avis : Stéphanie - JoAnn - La Nymphette

 

J’ai Lu, 2002. – 154 p.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J

Cet ouvrage peut en effet être lu comme un roman léger sur une histoire d'amour et de cuisine et ne soulever aucun intérêt. Cependant, si l'on prend la peine de s'y intéresser plus en profondeur,
on remarque que Calixthe Beyala soulève de nombreuses questions; d'une part, sur l'immigration et le problème de l'acculturation, et d'autre part, sur le rôle conventionnel de la femme dans les
sociétés africaines traditionnelles.
Aïssatou choisit volontairement d'endosser ce rôle traditionnel mais est-elle réellement heureuse? Bien qu'elle semble s'épanouir physiquement et psychologiquement, n'est-elle pas également victime
d'un mari volage qui a eu un enfant avec une autre femme? Cette caricature de la femme soumise et dévouée à son homme ne peut-elle pas être comprise comme une mise en cause de la condition
féminine?
Le texte est aussi complexe est ambigu que sa forme, qui est à la fois roman, conte et livre de recettes. Il n'est certainement pas aussi insipide que vous le dites.


Répondre
S
même avis dommage...
Répondre
F
Ta critique rejoint tout à fait l'impression que j'avais eue sur ce livre: c'est sympatique mais sans plus.  Il y a définitivement mieux en littérature africaine.
Répondre
C
Même pour les recettes, je ne le lirai pas, trop m'attendent déjà... je ne m'en sors plus! :-D
Répondre
P
Bonjour, je te souhaite de bonnes et agréables fêtes de fin d'année avec ceux que tu aimes et qui t'aiment. J'espère que 2008 sera pour toi une année riche en émotion, que tu connaitras la santé mais aussi la réussite, enfin que ton blog continura à nous réjouir que tu auras la visite fidèle de nombreux lecteurs.
Répondre
A
Sans nul doute, je dois partager ton avis, puisque je l'ai lu, il n'y a pas si longtemps que ça et n'en garde aucun souvenir!
Répondre
P
@Cathulu : moi aussi, en fait ;-)@Joelle : sans regrets : il y a tellement de bons lire à lire...@Anne : en effet, ça veut tout dire !@Pierre : merci, de même pour toi !@Choupynette : à qui le dis tu !@frisette : très creux, en fait...@Stéphanie :merci quand même de me l'avoir prêté !
J
Je l'avais dans ma LAL mais comme je ne suis pas fan de cuisine et vu ce que tu dis, je l'enlève sans regret ! Merci ;)
Répondre
C
Elle a le  don de m'énerver !
Répondre