Mes jours : mémoires d'un Indien du Sud - R. K. Narayan

Publié le par Papillon

Je n’avais encore jamais lu RK Narayan, et si sa biographie a atterri dans ma PAL, c’est uniquement parce qu’elle est publiée dans l’excellente collection « Motifs » du Serpent à plumes. Et cette biographie se lit comme un roman qui fait revivre l’Inde coloniale avec ses traditions et sa culture et dessine le portrait d’un humaniste épris de culture.

Narayan est né en 1906 à Madras dans le Sud de l’Inde, dans une famille appartenant à la caste des brahmanes, qui occupent tous les postes importants de la société. Son père est directeur de lycée, mais comme il a une nombreuse famille et change souvent d’affectation, le jeune garçon est élevé chez sa grand-mère. Chaque été il prend le train pour un voyage épique qui le mène chez ses parents où il retrouve ses nombreux frères et sœurs. Il découvre très tôt les joies de la lecture et dévore tous les classiques de la littérature anglaise. C’est d’ailleurs un enfant très rêveur qui passe son temps à regarder le paysage quand il est en classe, ce qui fait de lui un élève plutôt médiocre. Plus tard, il vient vivre définitivement chez ses parents à Mysore, ville dont il tombera amoureux. Il y découvrira sa vocation d’écrivain. S’ensuivront des années de galère à essayer de trouver un éditeur pour ses textes où il sera obligé de jouer les journalistes pour nourrir sa famille.

J’ai beaucoup aimé ce récit truffé d’anecdotes tendres ou rigolotes sur l’enfance et la jeunesse de l’auteur. On croise des personnages hauts en couleur : le père sévère, l’oncle alcoolique, l’imprimeur tyrannique. C’est écrit dans une langue classique et élégante très agréable à lire. Et surtout l’auteur porte sur lui-même un regard sans concession, un peu décalé, comme s’il était le personnage de l’un de ses romans. Toute la partie où il évoque son travail d’écrivain est d’ailleurs passionnante. Cette biographie m’a donné envie de lire ses romans qui doivent contenir un intéressant mélange de culture anglaise et de tradition indienne.

L'avis de Cathe.


Traduit de l'anglais par Béatrice Vierne.
Le Serpent à plumes, 2005. - 353 p.


Commenter cet article

Cathe 10/10/2007 09:46

Si tu veux t'initier à la littérature indienne, lis les romans d'Anita Nair et ceux de Divakaruni (j'ai oublié son prénom), ils te plairont certainement. Ce sont des histoires de femmes indiennes aujourd'hui, en Inde ou en exil (regarde sur mon blog, j'en avais lus plusieurs à l'occasion du Salon du Livre dernier, et sur celui de Laurent aussi)

Papillon 10/10/2007 21:36

Ca tombe bien : Anita nair est au programme du club de lecture des blogueuse (voir colonne de droite) et j'avais noté également Divakaruni.

Naina 09/10/2007 22:22

Il a l'air intéressant. Je le note.

la nymphette 09/10/2007 18:26

Ca donne envie. J'aime bcp les romans d'apprentissage biographie ou pas, l'Inde c'est un Morceau des mes racines, Narayan ct mon (très beau) amoureux de collège alors...je crois que c bon pour moi...NB ta citation du jour: Rien ne m'a jamais mieux inspiré pour mes dissert de philo que le balancement des flamboyants sous le soleil... 

Papillon 09/10/2007 22:18

Lui aussi raconte qu'il était très inspirée par la nature pour écrire. Et j'ai l'impression que ce bouquin est fait pour toi !

Cathe 09/10/2007 16:06

J'étais moi aussi sortie enthousiasmée de cette lecture !Par contre, autant que je me souvienne, ses romans sont des grandes fresques indiennes classiques et je n'aime pas trop ce genre-là.

Papillon 09/10/2007 22:15

Ah zut ! Je ne suis pas sûre d'aimer ce genre-là non plus ;-) Mais il faudrait quand ême que j'essaie : je suis inculte en littérature indienne !

Choupynette 09/10/2007 15:47

tu me convaincs! je note!

Papillon 09/10/2007 22:14

J'espère que tu aimeras !

Tamara 09/10/2007 12:20

Les biographies ne sont pas trop mon "truc" ! Mais comme je ne t'ai pas encore dit que ta bannière automnale est très chouette, j'en profite ! Et les comm' bleu ciel et vert pomme, j'adore ! Bravo pour tout le mal que tu t'es donné !

Papillon 09/10/2007 22:13

Merci Tamara !Et cete biographie se lit comme un roman en fait !

cathulu 09/10/2007 06:26

Ah,  il veut me rendre folle  avec ses classes sans fenêtres !

Papillon 09/10/2007 22:12

le plus amusant c'est qu'il se destinait à la carrière de prof, carrière qui a duré très exactement trois jours !!! Le récit en est assez comique...