Asiles de fous - Régis Jauffret

Publié le par Papillon


jauffret.jpgCe roman n’était pas du tout au programme de mes lectures. Mais vous savez ce que c’est : on entre dans une librairie, avec une petite liste de courses urgentes et un budget à ne dépasser sous aucun prétexte et au bout de deux minutes on a oublié la liste et le budget pour se livrer corps et âme à toutes les turpitudes de la compulsion lecturomaniaque. Bref, deux choses m’ont attirée dans ce livre : le titre qui évoque la folie, un thème qui m’interpelle tout particulièrement, et le nom de l’auteur, dont je n’avais encore rien lu sauf une longue interview dans Télérama, il y a quelques mois, qui m’avait beaucoup plu. Je me souviens qu’à l’époque je m’étais dit : « Un écrivain qui parle comme ça de la littérature ne peut pas faire de la mauvaise littérature. » Donc pour ces deux raisons, j’ai saisi ce livre et j’ai commencé à lire la première page. Et piégée je fus.

Et pourtant, même si ce roman m’a tenu en haleine pendant plusieurs heures, je ne sais trop quoi en dire, tant il me semble appartenir à un genre qui n’entre dans aucune catégorie. Il y est question d’une rupture amoureuse. Mais le vrai sujet n’est ni l’amour, ni la séparation, ni le couple. L’auteur décortique avec humour et cynisme tout ce que cette situation qui bouleverse une vie de famille met à jour de frustrations accumulées, de petites rancoeurs et de grosses mesquineries. Tour à tour nous entendons une femme abandonnée, complètement hystérique, son beau-père, homme faible et lâche, chargé de lui annoncer la rupture, puis la belle-mère, mère abusive et possessive, et enfin le responsable de ce gâchis, un goujat veule et insensible. Apparaît alors au grand jour tout ce que chacun a un jour pensé de cette relation, de cette femme, toutes ces réflexions que l’on garde en général pour soi, et qui ne se révèlent que dans les moments dévastateurs.

« Vous avez du trouver cette famille étrange, mais plus encore que les histoires d’amour, toutes les familles sont des asiles de fous. »

Au début, on rit de bon cœur (quoi de plus drôle que les névroses des autres ?), puis on rit de plus en plus jaune, et on se sent de plus en mal à l’aise. Et on a beau se dire que tout ça c’est du second degré, on n’en est pas si sûr, au fond, parce qu’on se reconnaît quelque part dans les délires de ces personnages, leurs petits égoïsmes et leurs grands dégoûts, leur hypocrisie dévoilée et leur méchanceté affichée. Alors on trouve que tout ça est décidément bien glauque.

Donc, voilà : si vous voulez voir ce qu’il y a de plus noir en vous, jetez vous sur ce livre, sinon, passez votre chemin. Mais vous manquerez peut-être quelque chose, parce que c’est follement bien écrit.


La critique de Laurence


Gallimard, 2005. - 253 p.
Prix Fémina 2005.



Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

patch 11/08/2007 11:30

Oui, c'est vrai, joli billet.....je prends note mais j'avoue être hésitant, à cause du côté noir.....bah on verra....;o )

Papillon 11/08/2007 22:03

C'est très sombre en effet... Je me demande si ça te plairait...

Loupiote 10/08/2007 13:59

Anne, je suis impréssionnée ! Tu as une liste des livres que tu as lu? Quelle organisation !!!

Tamara 10/08/2007 12:27

C'est intrigant... et s'il n'entre dans "aucune catégorie", alors il est parfait pour Flo !A demain SOUS LE SOLEIL parisien !!!

Papillon 10/08/2007 21:30

Tiens, c'est vrai ça ! Bien vu Tamara !Et à demain : sous le soleil EXACTEMENT !!!!

Anne 10/08/2007 09:47

J'ai retrouvé dans ma liste "livres lus" un titre de R.J qu'il me semblait bien avoir déjà lu. C'était en 2002 "Histoire d'amour" et je l'avais noté 1/5. Ton post me donne bien envie de tenter malgré tout "Asiles de fous".Bonne journée demain!

Papillon 10/08/2007 21:29

1/5 ! Ce n'est pas beaucop, dis donc ;-)J'ai l'impression que tous ses livres tournenet autour de la même problématique, et soit on aime soit on déteste...J'espère qu'il va faire un peu beau demain mais de toute façon ce sera une belle journée !

BMR 10/08/2007 08:43

En tout cas : joli billet !

Papillon 10/08/2007 21:26

Merci BMR !

Laurence 10/08/2007 08:34

Coucou papillon ;)J'aime bien la littérature noire de noire ("La famille royale" de Volmann est pour moi ce que j'ai lu de plus noir ces dernières années), et pourtant j'ai détesté ce roman... :-/En tout cas, je te souhaite un bon pique-nique demain ;-) Passe le bonjour pour moi à tous les autres.

Papillon 10/08/2007 21:24

Ton commentaire de ce livre m'avait échappé mais j'ai rajouté le lien;Bizarrement, je ne classerais pas ce romen dans la littérature noire au sens où on l'entend habituellement, mais il y a là-dedans quelque chose de sordide qui est très dérangeant... et de répétitif qui peut être fatigant, je le conçois... mais j'ai beaucoup aimé le style et la fin optimiste et austérienne m'a bien plus aussi. Je note le Volmann que je ne connais pas du tout.Je donnerai le bonjour à tout le monde de ta part :-))

cathulu 10/08/2007 07:47

Ah,  j'ai bien peur d'avoir encore peur de ce livre ! :)

Papillon 10/08/2007 21:16

Je ne crois pas que ce soit un livre pour toi : très glauque....