Les trois soeurs - Anton Tchekhov

Publié le par Papillon


troissoeurs.gifBizarrement, je n'avais encore vu une pièce de Tchekhov sur scène, mais j'ai eu l'occasion de lire quelques-unes de ses nouvelles, et d'apprécier l'élégance de son style et son talent pour créer une atmosphère en quelques lignes. Mais heureusement, je viens de combler cette lacune en allant voir Les trois sœurs au Théâtre de la Colline.

 

Nous sommes dans une petite ville de province russe au début du XXe siècle, une ville de garnison qui suinte d'ennui. Les sœurs Prozorov y sont arrivées dix ans plus tôt avec leur père, général de brigade. Mais elles ont grandi à Moscou et n'ont qu'un rêve : y retourner. Tous leurs fantasmes sont tournés vers cette ville qui symbolise la vie culturelle, la vie mondaine, la vie, quoi… Ce jour-là, premier anniversaire de la mort du père, on fête les vingt ans d'Irina, la plus jeune. C'est le temps des illusions et de la jeunesse. Le sœurs ont invité quelques amis, des officiers de la garnison, et on ne parle que de l'avenir. On s'amuse, on boit, on chante. Tous les espoirs des trois sœurs reposent sur leur frère, Andreï, qui doit étudier pour devenir professeur d'université à Moscou et les sortir de leur vie étriquée. Mais les rires sonnent faux et une atmosphère de fin de siècle flotte sur cette petite société et le spectateur devine que le départ à Moscou pour une vie de rêve n'aura pas lieu…

 

Et, de fait, rien ne va se passer comme prévu… Andreï va épouser Natacha, une femme égoïste, mesquine et méchante, qui va prendre de plus en place dans la maison, chassant les trois soeurs de leur chambre d'abord, puis de leurs rêves, de leur maison ensuite et pour finir de leur vie, même. Macha prend un amant, Olga devient institutrice et Irina se fiance à un officier. Mais l'amant s'en va, le fiancé est tué dans un duel et un jour les trois sœurs n'ont plus que la poussière de leurs illusions au creux des mains...

 

C'est une très belle pièce à l'humour grinçant. La perte des illusions y est mise en scène par une utilisation très subtile de l'espace. Au premier acte, la plateau est immense, une large fenêtre laisse entrer le soleil de mai, c'est le temps de l'espoir. Puis la scène se réduit peu à peu, la lumière diminue, pour limiter l'espace enfin à quelques mètres carrés… De même, dans le premier acte, les trois sœurs sont habillées à la mode du XIXe siècle, en longues robes étroites qui vont peu à peu se transformer en costumes modernes, au fur et à mesure qu'elles entrent dans la modernité, qui est celle d'un monde plus réaliste et sans rêve…

 

Cette pièce, écrite en 1900, peu de temps avant que la Russie ne bascule dans la Révolution communiste, s'est révèlée étrangement prémonitoire puisque la Russie devait vivre soixante-dix ans dans une illusion, avant de se  retrouver, elle aussi, les mains vides...

 

 

Les Trois Soeurs d'Anton Tchekhov,

Mise en scène et scénographie de Stéphane Braunschweig. Avec Sharif Andoura, Manuel Vallade, Jean-Pierre Bagot, Hélène Schwaller, Bénédicte Cerruti...

Jusqu'au 23 juin, au Théâtre national de la Colline, 15, rue Malte-Brun, 75020.

 

 

Publié dans Théâtre - Opéra

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Elsa 27/01/2009 16:42

Bonjour, Je me permets de vous informer que le Théâtre de la Bastille présente une très belle pièce dont les textes sont extraits de Tchekhov et qui peut-être vous intéressera... Le titre : Tâtez là si j'ai le coeur qui bat.Bien à vous, Elsa

fashion victim 09/06/2007 13:36

Moi aussi j'ai vu cette adaptation et j'ai beaucoup aimé la mise en scène que j'ai trouvé très lumineuse.

Alice 08/06/2007 09:45

Moi, je suis une fan de Tchekhov.J'ai vu cette mise en scène à la Colline comme toi Samedi dernier et j'ai passé une très bonne soirèe.J'aime Tchekhov car c'est intemporel, dans le texte il y a des echos actuels. Magnifique

Papillon 09/06/2007 13:18

Je pense que je vais essyer de voir d'autres pièces de Tchekhov parce que ce fut, effectivement, un grand plaisir !