Howards End - Edward-Morgan Forster

Publié le par Papillon


forster2.jpgMe voici donc à nouveau dans l’univers d’ E.M. Forster, grâce à la générosité d’InColdBlog. Howards End est un roman bien plus complexe que Avec vue sur l’Arno, voire plus politique car il met en scène l’opposition de deux visions du monde.

D’un côté, les sœurs Schlegel, mi-anglaises, mi-allemandes, qui, ayant perdu leurs parents fort jeunes, se sont élevées toutes seules. Disposant de revenus confortables, elles sont indépendantes et libres. Elles aiment l’art, la littérature, défendent un certaine forme de culture et appartiennent à un club de discussion féminin. Eussent-elles vécu au XXIè siècle qu’on les eût qualifiées de « bobos ». De l’autre côté, les Wilcox, rencontrés au cours d’un voyage, riches bourgeois attachés à leurs privilèges et au pouvoir que leur procure leur fortune, purs produits de cette Angleterre qui s’est bâti un empire colonial grâce à son esprit d’entreprise et en a gardé une certaine arrogance. Les sœurs Schlegel incarnent la modernité, et les Wilcox les traditions.

Un baiser imprudemment échangé entre Helen Schlegel et Paul Wilcox (dans une époque où un baiser vaut engagement matrimonial) va très vite mettre en évidence les différences de points de vue entre les deux familles. Mais ces différences vont se cristalliser sur Howards End, vieille maison de campagne qui appartient à la famille de Mrs Wilcox depuis des générations, charmante demeure vieillotte, inconfortable et rustique. Pour Margaret et Helen, cette maison est un lieu poétique et romanesque, pour les Wilcox c’est un bien immobilier, source d’inconfort et de soucis.

Mais les convictions des sœurs Schlegel vont se révéler tout aussi simplistes que celle des Wilcox et c’est le pauvre Leonard Bats qui en fera les frais. Modeste employé de bureau, il croise par hasard la route des deux sœurs, qui auront à cœur de l’aider pour mettre en pratique l’une de leurs théories : il appartient aux classes supérieures d’éclairer les classes inférieures. Malheureusement le remède sera pire que le mal et la vie du pauvre Leonard va s’enfoncer dans le chaos. Personne n’a raison et personne n’a tort dans cette histoire. L’avenir ne peut être lié qu’à un compromis entre le monde de l’esprit et celui de l’argent, entre la modernité et les traditions, entre la raison (Margaret) et les sentiments (Helen).

Un roman passionnant, même si on s’y ennuie parfois, quand l’auteur se lance dans une envolée lyrique ou philosophique. Mais s’ennuyer en compagnie d’E.M. Forster, c’est encore bien agréable…

L'avis de Lilly.
Tout sur EM Forster chez ICB.


Traduit de l’anglais par Charles Mauron.
10/18, 1982. – 383 p.



 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lamousme 07/06/2007 18:42

je te conseille même carrément une petite folie papillon...le coffret ivory /forster (j'en ai causé sur mon blog et d'autres aussi!!!)une vrai merveille

Papillon 07/06/2007 21:12

Aie aie aie ! Ivory  + forster : ça ressemble à une formule magique à laquelle je ne me sens pas capable de résister bien longtemps :D

Gachucha 06/06/2007 19:59

Comme Lilly j'ai adoré aussi le film !

Papillon 06/06/2007 21:16

... d'ailleurs je vais essayer de me le procurer en DVD, j'ai très envie de le revoir !

lamousme 06/06/2007 18:28

j'adhère totalement à ton joli billet!!!

Papillon 06/06/2007 21:15

Merci Lamousmé :-))

lily 06/06/2007 13:54

Je n'ai pas lu le livre, mais j'avais ADORE le film de James Ivory "Retour à Howards End", avec Emma Thompson, et Anthony Hopkins...

Papillon 06/06/2007 21:15

Moi aussi j'ai adoré le film et pendant toute ma lecture Margaret a eu le visage d'Emma Thompson...Ce qui était plutôt agréable parce que c'est une actrice que j'apprécie beaucoup.

Lilly 06/06/2007 10:54

Comme tu dis, s'ennuyer avec E.M. Forster, il y a pire dans la vie ;o) C'est également celui que j'ai le moins aimé de cet auteur, mais il n'empêche que c'est quand même un très bon livre à mon goût...

Papillon 06/06/2007 21:13

En fait c'est un livre bien plus profond, et qui mérite donc tout à fait d'être lu !

katell BOUALI 06/06/2007 09:01

Après "Avec vue sur l'Arno" je note donc ce titre du même auteur.  Merci pour cette envie de voyage.

Papillon 06/06/2007 21:12

Je te conseille quand même de commencer par Avec vue sur l'Arno...