Avec vue sur l'Arno - Edward-Morgan Forster

Publié le par Papillon

 

forster3

 

Les romans de Jane Austen nous avaient familiarisés avec cette société britannique où les relations sociales sont extrêmement codifiées. Les femmes, si elles n’y ont d’autre destin que le mariage, y jouissent cependant d’un minimum de liberté d’action et de pensée. Avec E.M. Forster, nous entrons dans l’ère victorienne, où les femmes, considérés comme de jolis bibelots, sont corsetées, bâillonnées et chaperonnées. Le principe basal de leur éducation étant : « Sois belle, apprends à jouer du piano et tais-toi ! »

 

Lucy Honeychurch est l’une de ces jeunes filles, jolie et point sotte, si toutefois elle se permettait de temps à autre de penser par elle-même, ce qu’elle ne s’autorise naturellement pas. Lucy séjourne à Florence, avec pour chaperon une vieille cousine célibataire, empruntée et grincheuse. Les deux femmes logent dans une pension fréquentée uniquement par des anglais, plus ou moins excentriques. Cette microsociété en villégiature reproduit avec application toutes les conventions qui ont cours au pays natal : fausse courtoisie et vraies barrières sociales, préjugés, ragots et potins. On se promène de musée en église, Baedeker à la main, et Lucy nous fait penser à un joli oiseau en cage.

 

Mais c’est sans compter sans le charme de l’Italie, pays des arts et de l’amour, dont l’atmosphère nonchalante et sensuelle est susceptible de conduire à des excès de sentimentalité même le britannique le plus compassé… C’est ainsi qu’au cours d’une promenade bucolique dans la campagne florentine, Lucy se fait voler un baiser par un timide compatriote. Schoking ! Aussitôt, la jeune fille fait ses bagages et s’enfuit.Mais que fuit-elle, au fond ? Le jeune homme, ou son propre désir, ce petit animal sauvage qui vit en chacun de nous et nous pousse souvent à commettre des actes que la morale (victorienne) réprouve ?

 

Ce roman m’a enchantée du début à la fin, non seulement parce que j’aime beaucoup les personnages qui évoluent dans leur conception du monde, mais aussi parce que j’adore cette société so brittish, avec ses clergymen, ses vieilles filles et ses adolescents impertinents, dont la quotidien est rythmé par l’heure du thé et celle de l’office, les parties de tennis et les séances de jardinage. C’est très, très bien écrit avec cet touche d’humour typiquement britannique, mélange d’ironie, de malice et de causticité. J’adore notamment quand Forster prend son lecteur à témoin :

 

« Le lecteur n’aura pas la moindre difficulté à en conclure : elle aime le jeune Emerson. Mais à la place de Lucy le lecteur aurait eu des difficultés. La vie se raconte aisément — vivre déconcerte davantage. Les « nerfs » ou toute autre expression banale, masquant et désignant à la fois nos désirs personnels, sont alors bienvenus. Lucy aimait Cecil ; Georges la rendait nerveuse ; le lecteur sera-t-il assez bon pour l’inviter à intervertir les termes ? »


Oui, sous nos yeux attendris, Lucy va devenir une vraie femme moderne, libre et palpitante d’amour. Au panthéon de nos émotions littéraires, il y avait déjà la déclaration de Rhett à Scarlett, et celle de Darcy à Elisabeth. Il y aura désormais celle de Georges à Lucy…


 

Traduit le l’anglais par Charles Mauron.

10/18, 1947. – 285 p.


Commenter cet article

Valérie 05/07/2008 17:55

J'ai adoré ce livre aussi ! Je ne sais pas si tu connais le film qui en a été tiré, avec Helena Bonham Carter et Julian Sand, sinon je te le recommande !

Naniela 02/06/2007 22:11

Moi aussi, j'aime cette société "so british" et encore plus depuis que j'ai découvert Jane Austen.Je prends note. Ton billet donne très envie. Merci.

Papillon 02/06/2007 22:43

J'espère que tu l'aimeras comme je l'ai aimé !

Morwenna 01/06/2007 16:02

C'est marrant, les livres sont vraiment lus par période...En tout cas, comme toi, j'ai beaucoup aimé ce roman.Je décrouvre ton blog, je reviendrai spurement dans peu de temps..à bientot alors!

Papillon 01/06/2007 20:13

Merci de ta visite et reviens quand tu veux !

Florinette 28/05/2007 19:11

Très très très tentant ! ;-)

Musky 28/05/2007 10:32

C'est un auteur que j'ai aussi envie de découvrir. J'ai cru comprendre que son meilleur roman était "Maurice".

Papillon 28/05/2007 18:45

Howard's end a l'air très bien aussi !

beat 27/05/2007 18:19

je suis tentée .... je note .....

Papillon 27/05/2007 20:37

un auteur anglais à découvrir !

Lilly 27/05/2007 11:53

Chouette, plein d'articles sur Forster en ce moment !!! Ce livre est un de mes préférés, j'aime beaucoup le relire, il m'enchante à chaque fois.  Pour la couverture, je l'aime beaucoup moi, c'est une image du film qu'il faut absolument visionner !!!Maurice est sublime également, n'hésite pas à t'y plonger !

Papillon 27/05/2007 20:36

Pour Maurice c'est prévu !Et pour la couverture je suis d'accord avec toi : je l'aime bien ;-)

is les liens ! 27/05/2007 09:09

Dommage que la couverture soit si nulle !

yueyin 27/05/2007 00:01

ah papillon, je viens de finir Maurice (beni soit le swap) et même si j'ai encoire du mal à en parler, je sais que je ne vais pas tarder à eller m'acheter tous les Forster, en commençant probablement par celui-ci :-)

Papillon 27/05/2007 20:35

Je vais attendre ton avis avec impatience !

Gachucha 26/05/2007 22:18

Oui il faut continuer avec Howards end c'est aussi bien que Avec vue sur l'Arno. Quant aux deux films ils sont très réussis  ! Et pour La route des Indes , j'ai abandonné .

Papillon 27/05/2007 20:39

D'ailleurs j'ai très envie de revoir Chambre avec vue,maintenant que j'ai lu le roman.