Quand nous étions orphelins - Kazuo Ishiguro

Publié le par Papillon

ishiguro3.jpgQuel bonheur de retrouver Kazuo Ishiguro et son écriture si délicate, si retenue, si pleine de charme. J’avais eu un immense coup de cœur pour Les vestiges du jour, histoire d’un majordome qui faisait passer son devoir avant ses désirs, parce qu’il se croyait investi d’une mission auprès de son maître. C’est un peu le même thème que l’on retrouve ici. Il semble que Kazuo Ishiguro ait une prédilection pour les héros condamnés à la solitude par une conscience, souvent illusoire, d’avoir un grand destin à accomplir.

Nous sommes à Londres dans les années trente et faisons connaissance avec Christopher Banks qui ambitionne de devenir détective. Cette vocation est née des années plus tôt à la suite d’un drame familial. Alors qu’il vivait à Shanghai, juste après la première guerre mondiale, Christopher a vu disparaître aussi soudainement que mystérieusement ses deux parents et s’est promis de trouver un jour la clé de cette énigme. Devenu un détective célèbre, Christopher est de plus en plus rattrapé par son passé. En 1937, alors que l’Europe est au bord du chaos, le jeune homme embarque pour Shanghai, persuadé de détenir la clé qui lui permettra enfin de retrouver la trace de ses parents.

Kazuo Ishiguro nous entraîne dans une Shanghai mythique, cosmopolite et canaille. En coulisse, la guerre de l’opium fait rage et l’enquête tourne à la course poursuite dans une ville bombardée par les japonais. Beau personnage que ce Christopher qui court à perdre haleine derrière un passé qui ne fut peut-être qu'illusion, à l'image de cette ville dévoyée, devenue vitrine d'un monde en train de mourir.


Traduit de l’anglais par François Rosso.
Calmann-Lévy, 2001. – 376 p.

 

Commenter cet article

katell BOUALI 26/05/2007 15:47

Merci pour cette découverte Papillon: comme toi je suis une lectrice de littérature japonaise. Je note le titre ;-)

Papillon 26/05/2007 21:32

Kazuo Ishiguro est quand même très britannique... Ce qui fait un mélange intéressant ! A découvrir, en tout cas !

lily 26/05/2007 13:17

Hello Papillon, il est dans ma PAL depuis un moment.  Allala il faut absolument que je trouve le temps de lire très bientôt !J'aime beaucoup cet écrivain, c'est vrai que son univers peut parfois décontenancé un peu, mais il est vraiment génial !

Papillon 26/05/2007 21:33

Un très grand écrivain, en effet. Très agréable à lire.

cathe 24/05/2007 19:50

J'avais beaucoup aimé "Les vestiges du jour" mais celui-là m'avait laissée perplexe ! La preuve, je ne trouve nulle part trace de ma note de lecture (j'ai pas dû en faire...). Je me souviens que ça commençait bien mais que la seconde partie était un peu nébuleuse ! Quoi, mon commentaire aussi est nébuleux ? ;-)))))))

Papillon 24/05/2007 20:21

C'est vrai que celui-ci est un peu moins réussi que Les vestiges du jour... mais on ne peut pas faire deux fois un chef d'oeuvre ;-)C'est également vrai que la seconde partie à Shanghai baigne dans une atmosphère d'irréalité mais ça s'explique par le fait que le narrateur se retrouve sur les lieux de son enfance et plein de choses ne coïncident pas forcément avec ses souvenirs...

Caroline 24/05/2007 16:38

Ayant beaucoup aimé Les vestiges du jour, c'est avec plaisir que je lirai Quand nous étions orphelins.  

Tamara 24/05/2007 15:06

Tu me rappelles à bon escient de lire cet auteur japonais !

Gambadou 24/05/2007 08:37

Justement je me creusais la tête pour la fête des mères. Voilà un cadeau tout trouvé !!!