La Petite Poule d'Eau - Gabrielle Roy

Publié le par Papillon


roy.jpgIl y a au centre du Canada une vaste province qui s’étend de la frontière américaine jusqu’à la Baie d’Hudson : le Manitoba. C’est dans ce pays d’eau, de lacs et de rivières que Gabrielle Roy a vu le jour et a fait ses premières armes d’institutrice. Cette expérience lui a inspiré ce roman tendre qui est une page de l’histoire canadienne.

Ce pays sauvage fut d’abord exploré par les coureurs des bois qui épousèrent des Indiennes pour donner naissance à une population de métis. Puis vinrent des immigrants de toute l’Europe : ukrainiens, slovaques, irlandais, écossais, roumains… et canadiens français à l’âme conquérante qui furent à l’origine de la francophonie de l’Ouest. Et il en fallait du courage pour s’aventurer dans ces plaines désertes et isolées ! C’est pourtant le choix que firent Luzina et Hippolyte Tousignant, de s’installer dans ce pays de la Poule d’Eau, quelque part au Nord du lac Winnipegosis, pour y élever des moutons… et une tripotée d’enfants. Tellement d’enfants que vint le moment où ils eurent droit à leur école et à leur institutrice…

Dès les premières pages, j’ai su que j’allais aimer Gabrielle Roy. D’abord pour son style, simple et élégant, précis et teinté d’une pointe d’ironie ; ensuite, pour l’humanisme qui transparaît à chaque ligne : Gabrielle Roy aime ses personnages et sait nous les rendre attachants ; enfin pour l’histoire, simple, tendre, émouvante. Bien sûr, il y a du mythe dans cette histoire-là, où la vie dans un pays rude est rendue presque facile grâce à la solidarité, au courage et à la bonne humeur. Mais je l’aime, moi, ce mythe d’un pays qui s’est construit en faisant fi des différences de culture, de religion ou de langue. C’est bien l’image que je me fais de ce pays. Et c’est bien agréable de temps en temps de lire une histoire de gens heureux, une histoire qui exalte les vertus de l'éducation et de la culture, comme valeurs essentielles de la civilisation.


Les avis de : Cuné - Amandine


Boréal compact, 1993 (1e édition 1950). – 265 p.

Commenter cet article

sylire 23/05/2007 18:28

C'est bien mon avis !

Anne 22/05/2007 17:37

J'ai noté cette auteure pour découvrir la littérature québécoise.

Papillon 22/05/2007 22:13

Une auteure à lire et à relire, de mon point de vue ! Pas du tout ringarde, non, ni même démodée et avec un très joli style.

Florinette 22/05/2007 16:40

un auteur que je compte bien découvrir un de ces jours ! dommage que ses livres ne se trouvent pas dans les rayons des bibliothèques, j'en ai fait plusieurs et elle semble inconnu au bataillon ! ;-)

Carole 22/05/2007 12:37

Gabrielle Roy est parmi nos écrivaines choucous ici. La poule d'eau fait parti  de ses souvenirs d'enfances dans son Manitoba natale. C'est vrai que c'est un très beau roman que j'ai fort apprécié. Les grandioses paysages et les liens familiaux sont très bien décrits. De l'espace à perte de vue et une famille tricotée serrée (comme on dit ici).

sylire 21/05/2007 21:06

J'ai lu "ces enfants de ma vie"  du même auteur et beaucoup aimé. J'ai voulu faire partager mon enthousiasme à mon comité de lecture et ça  fait un flop ! Personne n'a vraiment aimé. Elles ont même trouvé cela ringard. C'est curieux car n'ai vu aucune bloggeuse déçue ! Là, vraiment,  je ne comprends pas ...J'ai la petite poule d'eau dans ma PAL, chic !

anjelica 21/05/2007 15:24

Je suis en train de lire le 2ème tome de la trilogie 'Le goût du Bonheur' qui se déroule au Québec. Je me régale ! Je rajoute ce livre dans ma LAL car il me tente bien !

Alice 21/05/2007 11:18

Il est prévu pour très bientôt ce livre j'aime bien Gabrielle Roy aussi, il se trouve sur ma table de nuit.

fashion victim 21/05/2007 09:58

Voilà une critique qui me donne envie! un roman qui exalte les vertus de l'éducation et de la culture, c'est pour moi! :)

cathe 21/05/2007 08:58

Alors je note celui-là, j'ai lu "Rue Archambault" déjà du même auteur et me suis régalée !On pensera à toi ce soir pour ton concert  :-)

Gachucha 21/05/2007 08:13

C'est vrai que cette lecture fait plaisir. j'ai beaucoup aimé le début du livre avec le voyage annuel...