2020, une année de livres

Publié le par Papillon

Ce que j'aime en fin d'année, ce sont les bilans en tous genres. Celui de mon année littéraire est assez contrasté : j'ai lu beaucoup de livres, j'en ai chroniqué très peu (beaucoup de billets sont restés à l'état de brouillons...), et mes coups de cœur se comptent sur les doigts de la main. Pour résumer l'année 2020, j'ai une fois encore récupéré le petit jeu que Delphine et Nicole ont initié sur les réseaux sociaux.
 
 
1 - Ma première lecture de l'année :
La panthère des neiges de Sylvain Tesson (Gallimard, 2019), un livre que j'ai trouvé un peu creux, à part les belles pages consacrées aux paysages et à la faune de l'Himalaya.
 
2 - Le livre que j'attendais à tout prix :
Comédies françaises d'Eric Reinhardt (Gallimard, 2020), attendu pendant trois ans, dévoré en trois jours. La vie est cruelle.
 
3 - Un auteur découvert cette année :
L'immense Toni Morrison (oui, j'avoue que je ne l'avais pas encore lue...) avec Beloved (10/18, 1993)
 
4 - Un livre lu sur les conseils de mon libraire :
Somb de Max Monnehay (Seuil, 2020), un polar qui se déroule à La Rochelle. Sympa, mais pas inoubliable.
 
5 - Le livre dont l'écriture m'a éblouie : 
Le premier homme d'Albert Camus (Folio, 2000), dernier roman, inachevé et très autobiographique, d'un écrivain que j'admire beaucoup.
 
6 - Mon plus gros flop :
Il y en a eu plein, de Ian McEwan à Fabrice Humbert, mais la plus grosse déception est venue d'Anna Hope dont les deux premiers romans m'avaient enthousiasmée et dont le dernier, Nos espérances (Gallimard, 2020) m'a paru bien fade.
 
7 - La plus belle couverture :
Les Graciées de Kiran Millwood Hargrave (Robert Laffont, 2020)
 
 
8 - Le livre que je n'aurai pas lu si...  :
Je n'aurais peut-être pas lu Du rififi à Wall street (Gallimard, 2020), un vrai faux roman noir, si je n'avais pas deviné que derrière le faux Vlad Eisinger se cachait le vrai Antoine Bello. 
 
9 - Mon plus gros pavé de l'année :
Cet été, je me suis enfilé les trois tomes de 1Q84 de Murakami (10/18, 2012. - 1680 p.), ce qui n'était pas forcément une bonne idée parce que j'ai trouvé ça très loooooooong ! J'adore Murakami mais il gagnerait à être un peu plus synthétique : il y a au moins 500 pages de trop dans ce bouquin. Mais je lui pardonne tout, grâce à cette phrase :
"Les papillons, ce sont vraiment les êtres vivants les plus élégants et les plus éphémères. Ils naissent on ne sait où, leur quête est paisible, très limitée, et ils disparaissent on ne sait où, imperceptiblement. Probablement dans un autre monde."
 
10 - Le livre qui m' a mis des étoiles dans les yeux :
La promesse de l'aube de Romain Gary : un style inimitable et l'amour fou d'une mère pour son fils. Chef d’œuvre.
 
11 - Le livre le plus ancré dans l'actualité :
Le grand vertige  de Pierre Ducrozet (Actes Sud, 2020) : l'humanité au bord du gouffre à cause du changement climatique va-t-elle enfin ouvrir les yeux ?
 
12 - Le livre le plus dépaysant :
Mississipi solo de Eddy Harris (Liana Levi, 2020) : une traversée inédite des États-Unis du Nord au Sud, et la découverte d'une autre Amérique.
 
13 - Un prix littéraire lu cette année :
Les huit montagnes de Paolo Cognetti (Stock, 2017), Prix Médicis étranger 2017, où j'ai trouvé cette phrase qui résume assez bien mon état d'esprit 2020 :
"Il n'y avait rien qui me manquât dans ce que je ne possédais pas, mais la liberté d'aller par le monde, si."
 
14 - Le livre que tout le monde aime sauf moi :
Vie de Gérard Fulmard de Jean Echenoz (Minuit, 2020), un roman sans  aucun intérêt. N'a même pas réussi à me faire sourire...
 
15 - Le livre qui a vaincu le confinement :
J'ai très peu lu pendant le confinement. J'ai fait des puzzles en écoutant des podcasts. Et j'ai relu quelques classiques, dont l'indispensable Les raisins de la colère de John Steinbeck (Folio, 1972), un roman tristement actuel.
 
 
16 - Le livre le plus poétique
L'enfant céleste de Maud Simonnot (Les éditions de l'observatoire, 2020), le roman qui donne envie de regarder le ciel.
 
17 - Un livre dont le héros a existé :
Les services compétents d'Iegor Gran (POL, 2020), où l'auteur raconte comment son écrivain de père a fait tourner le KGB en bourrique en publiant à l'étranger des romans anti-communistes.
 
18 - Le livre le plus drôle :
Esther d'Olivier Bruneau (Le Tripode, 2020) : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les robots sexuels, sans oser le demander.
 
19 - Le livre le plus émouvant :
Les étoiles s'éteignent à l'aube de Richard Wagamese (Zoé, 2016), ultime voyage d'un père et de son fils vers leurs racines amérindiennes.
 
20 - Le livre dont j'aurais aimé rencontré le héros :
Trencadis de Caroline Deyns (Quidam éditeur, 2020), qui revisite la vie et l’œuvre de Niki de Saint-Phalle, une artiste avec qui j'aurais adoré boire un verre.
 
21 - Le plus beau titre :
Sur les  ossements des morts d'Olga Tokarczuk (Libretto, 2017).
 
 
22 - Le livre le plus original :
Apeirogon de Colum McCann (Belfond, 2020), très original par sa forme en mille et un fragments pour donner à voir les mille et une facettes du conflit israélo-palestinien.
 
23 - Joker : le livre inclassable :
L'homme en rouge de Julian Barnes (Mercure de France, 2020), étourdissant patchwork qui mélange histoire et art, portrait d'un homme, reflet d'une époque, où se croisent et s'emmêlent fiction et réalité.
 
24 - Un livre pour finir en beauté :
Un gros pavé pour passer d'une année à l'autre : La Gang des rêves de Luca di Fulvio (Pocket, 2017)
 
25 - Le coup de cœur de l'année :
Betty de Tiffany McDaniel (Gallmeister, 2020)
 
 
Et  je vous souhaite à tou-te-s
une très belle fin d'année.
 

 

 

Publié dans Inventaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mes échappées livresques 04/01/2021 11:09

J'aime beaucoup ce type de bilan et ravie de voir Betty y figurer! :) Belle année à toi!

Papillon 05/01/2021 15:39

Betty m'a laissé un souvenir durable... Bonne année !

krol 03/01/2021 20:43

Très beau bilan, avec des livres qui se trouvent aussi dans le mien ou dans la liste de ceux que j'ai envie de lire.

Papillon 05/01/2021 15:36

Oui, ce n'était pas si mal pour une année aussi bizarre...

yueyin 03/01/2021 13:45

Que de belles lectures, Le premier homme (étoile dans les yeux), Toni morrison, sur les ossements des morts et tous les autres... j'ai prévu Les promesses de l'aube cete année, j'adore romain gary et je n el'ai aps lu celui-là, c'est très bizarre la vie de lectrice :-D Je n'ai lu que le premier de 1Q84, beaucoup aimé et... pas ouvert le second. Pourquoi ? je ne sais pas...

Papillon 05/01/2021 15:34

Romain Gary, j'y reviendrai certainement, et Tokarczuk aussi. Quant à Murakami, il vaut sans doute mieux ne pas les lire tous les trois dans la foulée parce qu'on se lasse des répétitions et lenteurs diverses.

Autist Reading 02/01/2021 17:08

1Q84 avait enthousiasmé la blogo à sa sortie. Je me l'étais procuré mais je n'ai toujours pas réussi à m'y mettre...
J'ai été étonne que tu n'aies pas déjà lu Toni Morrison mais je ne suis pas surpris que tu aies été envoûtée.

Papillon 03/01/2021 09:53

Je suis rentrée assez facilement dans 1Q84, la plume de Murakami est fluide, mais que de longueurs, que de répétitions... Quant à Toni Morrisson, elle était dans ma PAL depuis très longtemps

Lilly 01/01/2021 14:31

Murakami sait te flatter (complètement d'accord sur les longueurs...). Je note Camus et Gary qu'il faut absolument que je découvre, je te suis sur Steinbeck, mais j'ai abandonné "Beloved" en audio et en papier (pas le moment je pense, je m'y perds) et "Betty" ne me tente pas malgré toutes les critiques lues (j'ai l'impression qu'il en fait trop).

Papillon 01/01/2021 15:36

Je reconnais qu'il m'a fallu m'y reprendre à deux fois pour Beloved, ce n'est pas un roman facile, mais il mérite vraiment que l'on fasse un effort. Quant à Betty, je l'ai vraiment beaucoup aimé, mais certains lecteurs l'ont trouvé trop noir...

Ingannmic 31/12/2020 13:58

Belle moisson tout de même je trouve (ce n'est pas la quantité qui compte...). Je te rejoins sur La promesse de l'aube, sur les longueurs inutiles d'1Q84, et sur Echenoz, qui me laisse de marbre... Et Tiffany est d'ores et déjà noté et surligné sur mes tablettes !
Bonne fin d'année !

Papillon 01/01/2021 15:34

Betty est un incontournable, à mon avis. Bonne année !

kathel 30/12/2020 17:58

J'aime beaucoup lire ces bilans... heureusement, j'ai déjà lu quelques livres et d'autres sont dûment notés ! Belle fin d'année à toi !

Papillon 30/12/2020 20:32

J'aime bien ceux des autres parce que j'y note plein d'idées, j'espère aussi faire un peu envie (avant que ne déboulent toutes les nouveautés de janvier...)
Bonne fin d'année

Nicole Grundlinger 30/12/2020 14:45

C'est très chouette de lire ton bilan très vivant... Nous avons le même n°11 et personnellement j'ai classé L'homme en rouge qui m'a mis des étoiles plein les yeux et, comme tu le sais, Apeirogon était mon livre pour finir en beauté et il a rempli toutes ses promesses. Quelques divergences aussi mais cela prouve que nous ne sommes pas des clones. Bon bout d'an et rendez-vous pour une nouvelle année de lectures.

Papillon 30/12/2020 20:31

L'homme en rouge est vraiment très bon (mais Barnes est toujours très bon....) et Apeirogon est un coup de cœur pour moi. Quant aux divergences, il en faut, sinon on s'ennuierait terriblement !
Bonne fin d'année !

Philisine Cave 30/12/2020 12:26

Plein de Chouette, chouette ! en lisant ton article. Je compte lire Betty, j'ai envie de revenir vers Romain G et je n'ai pas non plus apprécié le dernier Echenoz (pourtant un auteur dont j'affectionne les écrits). Et je suis d'accord toi, Vive Steinbeck ! Et je te conseille les oeuvres de Toni (Home, Délivrances etc?

Papillon 30/12/2020 20:27

Betty est un incontournable, pour moi. Et je reviendrai aussi à Gary, merveilleux écrivain. A Toni, aussi, mais pas tout de suite, c'est quand même très sombre...

Dominique 30/12/2020 10:27

une belle liste dans laquelle je vais pouvoir piocher
j'ai très très peu lu cette année et encore moins fait de billets hélas
j'espère que 2021 sera plus riche en lecture et merci pour toutes ces idées

Papillon 30/12/2020 20:26

Oui, c'était un peu compliqué cette année, espérons que 2021 soit plus douce...