Le Sanctuaire - Laurine Roux

Publié le par Papillon

"Elle aime dire qu'il a le don de la survie, elle, à peine celui de la vie."
 
Ils ont fui, très vite, un monde en perdition, une pandémie aussi fulgurante que virulente. Depuis des années, ils vivent à flanc de montagne, entre falaises et forêt, dans ce qui est devenu leur territoire, le Sanctuaire. Eux : un couple et leurs deux filles. L'aînée, June, est né dans le monde d'avant ; Gemma, la cadette, dans celui d'après. Leur vie vie est simple et frugale : une modeste cabane, de la chasse et un peu de culture. Le père les soumet à un entrainement quasi militaire : exercices physiques et maniement des armes. Et chaque fois qu'un oiseau apparaît, il est abattu, d'un flèche ou d'une pierre, et son corps calciné au lance-flammes. Les oiseaux : des ennemis mortels, responsables de la maladie. Jusqu'au jour où Gemma croise un vieil homme qui tient un aigle sur son bras, faisant vaciller les certitudes...
 
"Armer, viser, tuer : voilà pour quoi je suis programmée. Voilà ce qu'il faudrait faire. Pourtant, quelque chose en moi résiste. Je voudrais garder mes mains le long de mon corps, admirer le tracé de l'oiseau, ce lent carrousel dirigé par d'imperceptibles mouvements de plumes, j'aimerais attendre cet instant où l'aigle va replier ses ailes, crier avant de piquer sur sa proie, pointe de flèche à laquelle aucune cible ne peut échapper."
 
Roman surprenant que celui-ci, dont je me suis régalée de la plume concise et épurée, et pourtant très évocatrice. Il commence comme un roman survivaliste, où la vie est dominée par la beauté de la nature brute. Mais le vernis idyllique craque très vite ; il y a une faille dans cette famille. Le père se révèle plus dur que nécessaire, il a établi une frontière à son domaine que personne ne peut franchir, sauf lui-même. Autant lui et sa fille cadette sont adaptés à cette vie sauvage, autant la mère et la fille aînée ne cessent de regretter le monde d'avant et son confort. La mère en a fait une litanie, de tout ce qu'elle a perdu. Et pendant qu'elle s'épuise à maintenir en vie ce qui a disparu, Gemma s'est emparée de son univers, avec lucidité et courage, avec son arc et son cœur, et c'est parce qu'elle a les yeux grand ouverts sur ce qui l'entoure qu'elle va tomber amoureuse d'un aigle, et soudain son monde va s'ouvrir.
 
Un roman âpre et beau, d'une incroyable densité, en forme d'ode à la transgression et d'hymne à la beauté du monde, qui nous rappelle que les liens entre la nature et l'humain, quoique rugueux, sont indissociables.
 
C'est Nicole qui m'a donné envie.
 
Les Éditions du Sonneur, 2020. - 147 p.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Noukette 30/08/2020 18:55

J'ai découvert Laurine Roux il y a peu avec son premier roman et je sais déjà que je lirai celui ci !

Papillon 31/08/2020 15:15

Elle a un univers vraiment singulier qui m'a enchantée

Nicole Grundlinger 28/08/2020 07:05

Tellement contente de te lire ! J'espère que cela te donnera envie de découvrir le 1er roman de Laurine, Une immense sensation de calme qui vient de sortir en Folio...

Papillon 28/08/2020 13:16

Je l'ai réservé à la bibliothèque :-)